Fil info
09:38 Attention, suite à un accident de la circulation, la route entre Périgueux et Sarlat (D 710) es… https://t.co/FbdhHNMpss
09:38Corrèze : Ils veulent créer un collectif pour « sauver Ruffaud » -> https://t.co/dp595UDUgj

Six cents Bergeracois dans la rue pour dénoncer les casses sociales

Social

A l’appel de l’intersyndicale CGT, FO, UNSA, la première mobilisation sociale de la rentrée a réuni près de six cents manifestants ce mardi après-midi dans les rues de Bergerac.

De coutume, les manifestations se tiennent en fin de journée. Ce mardi, l’intersyndicale a donné rendez-vous dès 14 h. C’était un pari. Il a été relevé haut la main. Près de six cents personnes ont en effet répondu à l’appel des syndicats. Un succès pour cette première mobilisation de la rentrée. « La politique des méprisants n’est plus supportables », lâche une manifestante, « aujourd’hui le seul rapport de force qui nous reste, c’est la rue ». Tour à tour, les syndicats ont pris la parole dénonçant tous la casse d’un modèle social « pour le seul profit d’une caste de privilégiés ».

Une pétition pour le bureau de Poste

Dans le viseur : Parcoursup, l’assurance chômage, la loi Pacte, la réforme annoncée des retraites, mais aussi le démantèlement des services publics. Sur ce dernier point, les syndicats pointent la fermeture annoncée du bureau de Poste de La Madeleine. « C’est là une des conséquences concrète sur notre territoire de cette politique gouvernementale », clame Laurent Devautour, le secrétaire de l’Union locale CGT, « c’est pourquoi nous allons traverser la rue, mais aussi le pont pour rejoindre et soutenir nos camarades de La Poste ». Le cortège s’est ainsi dirigé vers le faubourg où sur place les postiers ont tenu un piquet de grève depuis midi. Symboliquement des passages piétons ont été peints au sol. « Nous le seul truc qu’on a en traversant la rue, c’est un service de proximité en moins », proteste un agent. La fermeture du bureau de Poste de La Madeleine est annoncé pour le 15 octobre. Ce mardi, les manifestants étaient invités à signer une pétition contre la suppression de ce service. Elle sera remise ce mercredi matin à la direction. « Notre syndicat continuera de lutter pour une répartition des richesses de l’entreprise et pour un service public postal qui réponde aux besoin de chaque citoyen », assure Gisèle Bourcier, secrétaire CGT FATP 24. De son côté la CGT Retraités appelle à une nouvelle mobilisation le 18 octobre.