Fil info
09:38 Attention, suite à un accident de la circulation, la route entre Périgueux et Sarlat (D 710) es… https://t.co/FbdhHNMpss
09:38Corrèze : Ils veulent créer un collectif pour « sauver Ruffaud » -> https://t.co/dp595UDUgj

La CGT lance une pétition contre la coupe des arbres de la Myrpe

Environnement

L’union locale CGT s’inquiète du devenir de la place de la Myrpe, et tout particulièrement de ses arbres voués à la coupe dans le cadre d’un projet intercommunal.

C’est peut-être là un aspect où l’on n’attend pas forcément le syndicat. Et pourtant, à y regarder de plus près le dossier colle au plus près du social si cher à la CGT. Et oui, l’environnement c’est aussi un levier du vivre ensemble. Alors, quand l’Union locale a appris les projets de la ville et de l’agglo autour de la place qui abrite le syndicat, ce dernier n’a pas tardé à réagir. Depuis septembre en effet, dans le cadre du projet « Action Cœur de Ville » signés par les deux collectivités, plusieurs projets de travaux et rénovations ont débuté ou sont prévus au niveau du Quai Salvette et du centre historique dont fait partie la place de la Myrpe.

Plus de trois cents signatures déjà recueillies

« Quel ne fut pas notre étonnement de découvrir par le biais de la publication des esquisses de ce projet sur la page Facebook et sur le site de la ville de Bergerac, une nouvelle place de la Myrpe dépourvue de ses arbres que les Bergeracois aiment tant », explique le syndicat qui déplore la coupe prochaine des nombreux végétaux du site. Aux yeux de la CGT, les desseins des collectivités pour cette place porteraient fortement atteinte d’une part aux rassemblements fraternels qui s’y déroulent notamment lors des fins de manifestations où ce lieu s’avère propice pour se détendre, discuter et partager. Mais outre son aspect social ou esthétique, c’est aussi le rôle écologique des arbres en milieu urbain pour lequel le syndicat s’interroge. « Les arbres ont des bienfaits importants que l’on ne peut ignorer : purification de l’air, rôle de climatiseur, maintien de la biodiversité, protection contre le soleil, la grêle, la pluie et la neige, diminution de la pollution sonore ». Le syndicat s’étonne d’ail-leurs que la Ville de Bergerac puisse justifier sur papier sa démarche dans cette même dynamique environnementale, arguant vouloir « créer des cheminements agréables et ainsi favoriser les déplacements doux mais également de développer la nature et la biodiversité en ville, y compris dans les espaces denses ». Quoi qu’il en soit, l’Union locale CGT de Bergerac refuse catégoriquement « le massacre de cette place » et invitent les Bergeracois à se mobiliser via une pétition à retrouver en ligne sur www.change.org. Lancée il y a deux jours, le document a déjà recueilli plus de 300 signatures.