Les Gilets Roses rejoignent le cortège des Gilets Jaunes

Social

Ils étaient un peu moins de trois cents Gilets Jaunes ce samedi pour cette treizième journée de mobilisation nationale. En tête de défilé, des assistantes maternelles en colère.

Rouge, jaune, verte ou rose... la contestation sociale arbore décidément toutes les couleurs pour dire toute sa colère. Ce samedi, pour le treizième acte des Gilets Jaunes, ce sont des chasubles roses qui ont pris la tête du cortège. Une poignée de femmes dont le métiers est assistante maternelle. Toutes dénoncent ce jour-là la réfome de leur allocation chômage prévue par le gouvernement. La ministre du Travail envisage en effet la suppression de leur indemnisation en cas d’activité réduite. En clair, le manque à gagner pourrait atteindre jusqu’à trois cents euros mensuels.

« Un coup de pouce qui nous permet de survivre », Audrey, une Gilet Rose

« Actuellement, je travaille cinquante heures par semaine, du lundi au vendredi, pour m’occuper de quatre enfants », explique cette assistante maternelle, « mais mon activité est très variable, elle dépend exclusivement de la situation des parents ». Des vacances, un déménagement, une perte d’emploi, et c’est pour les assistantes maternelles un contrat en moins. « Nous sommes complètement tributaires de cette réalité-là, et nos rémunérations varient du simple au double selon celle-ci. Du coup, ce petit complément chômage nous aide à survivre et de pouvoir tout simplement vivre dignement de notre métier ». Le retrait de cette allocation pourrait inciter de nombreuses nounous à arrêter leur activité déjà peu rémunératrice. « Sans assistantes maternelles, les parents qui n’ont pas d’autres solutions de garde vont devoir arrêter de travailler », prévient en outre une autre professionnelle de la petite enfance qui souligne les difficultés à trouver des places dans certains cas, « en ce qui me concerne, je travaille pour des personnels de l’hôpital qui ont des horaires particulièrement atypiques. Pour eux, il n’est pas question de crèche d’autant que la ville ne compte que deux structures d’accueil ». Bergerac ne compte qu’une soixantaine d’assistantes maternelles. Si leur présence est indispensable, notamment en milieu rural, leur condition déjà précaire pourrait à travers cette réforme les inciter à mettre la clé sous la porte. Alors pour elles, pas question de lâcher leur revendication quant à ce projet du ministère du Travail. Une prochaine manifestation départementale est d’ores-et-déjà prévue. Elle aura lieu le 9 mars à Périgueux. Les assitantes maternelles de Bergerac proposent du covoiturage pour s’y rendre et invitent le plus grand nombre à se faire connaître auprès de l’Union Locale Cgt pour y participer.

jordan retro 11 mens china