Fil info
06:30[Revue de Presse] Ça se passait comme ça à … Procès : les salariés n’ont rien oublié ! De p… https://t.co/SH46Xxvdal
00:31[Europe] Homologues danois reçus par l'école hôtelière du Périgord ! 👉 https://t.co/byHmj6wWCM
21:13 Visiblement, ce n'est pas pour tous les élèves...

CGT : pour un service public au service du public

Service public

Sécurité sociale, assurance maladie, droits du travail, impôts... l’union locale CGT donne rendez-vous mardi aux usagers pour répondre à toutes leurs questions relevant du service public.

La Poste rive gauche comme les boutiques EDF et Orange sont désormais portes closes à Bergerac. Du côté de la sous-préfecture, les plages horaires d’accueil, comme les effectifs, ont subi un sérieux coup de rabot. Pas mieux concernant le centre des impôts ou aux guichets du Pôle Emploi et de la SNCF. Du coup, question service public on est bien loin de ce que les usagers sont en droit d’attendre. Désormais, on les renvoie dans leurs démarches vers le téléphone ou internet. Problème, le Français doit décidément être un  bon vieux Gaulois réfractaire, car poireauter au téléphone ou surfer sur internet, finalement c’est pas trop son truc.

« Internet ne peut être la seule réponse », Laurent Devautour, CGT

C’est en tout cas se que révèle le tractage organisé sur le marché par l’union locale CGT. A la rencontre des Bergeracois, le syndicat venu informer de sa prochaine action concernant justement les services publics, a largement pu se rendre compte que les usagers sont bel et bien les sacrifiés sur cet autel d’une vaste dématérialisation. Eloignés des centres de décisions et du numérique, les Bergeracois font en effet facilement part aux dossards rouges de leur désarrois face à la désertification des services publics et de celui qui demeure encore le très mystérieux internet. Et oui, car aux inégalités des services entre ville et campagne s’ajoute en plus une véritable fracture numérique. « Internet ne pas être que la seule réponse aux besoins des usagers », glisse Laurent Devautour, le secrétaire de l’union locale CGT, « Bergerac est impactée directement par une succession de fermetures des services publics engendrant une véritable détérioriation du service rendu pour de nombreux citoyens ». Le syndicat dénonce depuis des lustres les coups portés sur la fonction publique et ses conséquences dramatiques pour les usagers. « Le contexte actuel nous prouve que les Français sont attachés aux services publics et en réclament même davantage. Leur déstruction n’aura pour résultat que de priver de droits des pans entiers de la population déjà exclus ou invisibles socialement », poursuit le syndicaliste. C’est pourquoi la CGT, dans le cadre des Mardis de l’urgence sociale instaurés par Montreuil, a décidé d’occuper le terrain. Mardi de 9 h à 17 h, le syndicat installera ainsi un stand devant la sous-préfecture. « Des militants spécialisés répondront aux questions des usagers sur l’ensemble de leurs droits et les accompagneront dans leurs démarches via une plateforme internet ». Ce service sera gratuit, et l’opération est amenée à être renouvelée régulièrement afin de répondre aux attentes légitimes des citoyens mais également de dénoncer la politique d’Etat concernant les services publics.