Fil info
18:52La fabrique d’un journal. Imprimerie Rivet. Éditeur de . Colère aussi de savoir que l’, après… https://t.co/UrC2sD3iXM

Municipales : front commun du PCF, Génération-s et France Insoumise

Politique

Le parti communiste, Génération-s, la France Insoumise et des citoyens de la société civile, ont décidé de s’unir dans une dynamique de travail pour construire un projet en vue des municipales de 2020.

La gauche ne partira pas cette fois-ci dispersée. Entourés de citoyens issus de la société civile, PCF, Génération-s et France Insoumise ont en effet révélé leur démarche commune pour les prochaines échéances électorales. « Les scores du RN et de LREM nous encouragent à nous unir dans une dynamique de travail pour construire un projet écologiste, humaniste, social, républicain et démocratique », indiquent les trois formations politiques. L’annonce intervient pourtant seulement quelques jours après la diffusion d’un communiqué d’alliance entre PS et EELV.

« Nous sommes la seule liste clairement identifiée à gauche », PCF, Génération-s, FI

« Nous avions espéré un rapprochement avec EELV pour porter un projet clairement identifié à gauche. Malheureusement cet accord signé avec la tête de liste PS a mis fin à nos échanges ». Les trois formations pointent en effet les liens avec les acteurs Lrem locaux et la macron-compatibilité du candidat socialiste Fabien Ruet. « Ce dernier à un bilan municipal et communautaire », lâche l’élu d’opposition communiste Cédric Zapera, « et ce bilan, c’est celui du en même temps ». Et celui-ci d’égrainer tour à tour l’augmentation de plus de 26 % de la taxe d’habitation, la privatisation de la maison de santé de Creysse, l’instauration d’une prime au mérite, l’augmentation du temps de travail et le retrait de jours de congés des fonctionnaires de l’agglomération... « Fabien Ruet a tout voté et indique pourtant vouloir aujourd’hui porter une vision progressiste de la société et parle d’urgence sociale ! Les gens en ont marre des éléments de langages de ces élus aux belles promesses jamais appliquées ». Les appréciations sont tout aussi critiques concernant les deux autres candidats de droite en lice, Adib Benfeddoul et Jonathan Prioleaud, également élus municipaux et communautaires. « A la veille d’élections, tous parlent d’écologie, de démocratie participative, d’emplois, de social, mais qu’ont-ils fait durant cinq ans ? ». Pour l’heure, pas question de parler de tête de liste. « La stratégie habituelle d’une tête de liste autoproclamée qui part à la chasse aux voix en donnant des plaçous, ce n’est pas notre méthode », poursuit Sylvain Jousse de Génération-s, « nous sommes d’abord des humains, portant des idées, et qui ont envie de construire ensemble un projet émancipateur pour tous. Nous allons organiser des ateliers de réflexions d’où les compétences vont se montrer, le programme va se structurer et c’est seulement après que va se révéler une équipe la plus susceptible de faire gagner la gauche ». Ces tables rondes verront le jour dès septembre et se veulent ainsi ouvertes à tous les citoyens bergeracois. « Nous voulons construire un projet sincère qui réponde aux besoins criants des Bergeracois », indique l’insoumis Bernard Albrigo, « toutes celles et tous ceux qui rejettent la politique libérale et autoritaire de LREM ou ceux qui s’y associent, toutes les Bergeracoises et tous les Bergeracois qui se reconnaissent dans les valeurs de la gauche, quels que soient leurs partis, mouvements, syndicats et associations seront les bienvenus ».