Fil info
11:51 Dupuytren 2 et ils fermeront bientôt St-Junien et St-Yrieix !!! Complètement à côté de la plaque !!!
11:43Pour ne prendre aucun risque sur la neige aujourd’hui, l’atelier “comprendre comment mon enfant se sent aimé” animé… https://t.co/tyIN7407KI
11:11Bergerac : Six mois de travaux et un accueil de la mairie entièrement repensé -> https://t.co/UCNI92L8W5
09:14Sport : Lucas Pouille en 1/2 finale de l'open d'Australie -> https://t.co/EiKadoldBD
08:32 il faut améliorer le cheminement des visiteurs et malades qui viennent à la journée c'est h… https://t.co/1BzdlWBdiu
08:30 # - -Vienne : Les Steva ne sont guère enthousiastes -> https://t.co/1QerQipBbz
08:28RT : Région : Le CHU Dupuytren 2 ouvre en mars -> https://t.co/047eEyCcvO
08:23Région : Le CHU Dupuytren 2 ouvre en mars -> https://t.co/047eEyCcvO
21:36Assises de la Creuse. Une amitié d’enfance qui se brise. Un réfectoire qui renvoie à sa propre solitude... Debout a… https://t.co/B0mZ92DWiN
21:34Région : Des témoignages d’amitiés aux paroles d’experts... -> https://t.co/rqUUQrw0rW
18:42Périgueux : La mémoire des médaillés militaires honorée -> https://t.co/sdEZGlkk39
18:41Châteauroux : Nuit de la lecture à l’école Jean-Racine -> https://t.co/vQMVyK1rFH
18:39Indre : De la bonne pratique des outils numériques -> https://t.co/m2KUH8wNRl
17:58Notre-Dame-de-Sanilhac : Un poste en moins auprès des résidents -> https://t.co/SGcrkRH5Sb
17:06Sarlat-la-Canéda : Visite de Lou Cocal -> https://t.co/ejaC3nyFAk
17:01Terrasson-Lavilledieu : Participation citoyenne à La Feuillade -> https://t.co/faSMkdO1GB

Handifly : beau challenge pour neuf compétiteurs

Pour la première fois en France, l'école française de parachutisme du Blanc organisait, cette semaine, un stage d'entraînement de voltige tandem Handifly, en vue du challenge européen, qui aura lieu à Moscou en juillet.

Toute une équipe sportive, technique, médicale est mobilisée pour encadrer, briefer et faire progresser,  « performer » les compétiteurs, venus de tout l'hexagone.
« La France est très novatrice dans le domaine du handifly. Elle a voulu faire profiter l'Europe de son savoir-faire. Nous avons déposé un dossier Érasmus, qui a été accepté. Grâce aux subventions allouées, nous avons organisé le 1er challenge européen, en 2016, à Lille. 26 compétiteurs, tout handicap confondu, de  13 pays y ont participé ! », explique Marie-Claude Feydeau, vice-présidente de la Fédération française de parachutisme (FFP).
Et puis, il y a eu en 2017 Minsk, où l'équipe française a constaté que leurs concurrents russes s'étaient beaucoup plus et mieux entraînés qu'eux ...et avaient raflé toutes les médailles !
 Cyril, Maxime, Claire, Fabien, Jordan, Christophe, Hayette, Hayri, Yann, débutants pour certains, déjà confirmés pour d'autres, mais tous volontaires et motivés, ont profité au maximum des apports de ce premier stage, alternant pratique et  théorie. Ils sautent en tandem, quand les conditions météo le permettent et débriefent au sol.
« J'ai été assez bluffé par l'expérience de sauter. Sauter, c'est rien ! Je me jette volontiers, Mais maîtriser ce que l’on doit faire, faire les exercices demandés, comprendre comment son corps arrive à évoluer dans l'air, ça semble facile et pourtant, ça ne l'est pas du tout ! », confie Cyril, par ailleurs athlète paralympique en ski et en escrime.
Quant à Fabien, très grand sportif lui aussi, rescapé d'un accident de moto, il compte 25 sauts à son actif. Il était déjà présent aux deux challenges précédents et compte bien enchaîner celui de Moscou et les championnats de France de Vichy en août.
« Huit centres en France sont labellisés, référencés Handifly. La FFP a passé une convention avec eux. Ils s'engagent à avoir des moniteurs handifly disponibles et des conditions financières acceptables », indique Frédéric Ramy, professeur de sport, en charge de la partie technique, et de la formation des moniteurs et entraîneurs handi auprès de la FFP.
L'évaluation des vols se fait par un jury, après visionnage du film, pris lors du saut, par un cameraman. Tout le monde suit avec attention le déroulement du stage.
« Ici, nous sommes tous des parachutistes. Mon rôle est multiple. J'ai bien sûr, en tant que médecin,  une vision de sécurité, mais aussi un rôle d'aide au développement de la technique, de leur performance », note Michel Guievar'ch.
Mardi matin, les parachutistes scrutaient le ciel, attendant que le vent se lève – condition obligatoire facilitant l’atterrissage – pour embarquer. Il faisait bon sur le tarmac !
Et Maie-Claude Feydeau, initiatrice de ce stage, a tenu à remercier Annick Gombert, maire, rappelant que l'école avait été créé en 1973, avec le soutien de la municipalité.
Martine Tissier