Fil info
11:11Périgueux : Les syndicats unis pour sauver les trésoreries et mes emplois de Dordogne -> https://t.co/6fRjs6vZ8O
09:11Sainte-Eulalie-d'Ans : Chute de cheval : un blessé grave près de Sarlat -> https://t.co/nHjuRboHp0
07:43# # - -Vienne : Au Phare jusqu’au 2 novembre, Toiles urbaines par Sophie Nicaise -> https://t.co/9keqHy1Sl4
07:40# # - : Midi-concerts, L’esprit des pierres -> https://t.co/YlNxPUK3Af
07:38# # - : Les centres culturels font leur rentrée -> https://t.co/CQhq9lD24E
07:36# # - -Vienne : Entre animalistes et paysans, un point de convergence mais deux propositions irréconciliables… https://t.co/TFe8tcTBtI
07:34# # - -Vienne : Luxe: deux étudiants japonais à Limoges -> https://t.co/KofAhvFf58
07:32# # - -Vienne : Le procureur serre la vis -> https://t.co/DGssHWDezd
07:30Région : Une grande vente aux enchères pour célébrer les 90 ans du CSP -> https://t.co/uLFqosJ8g9
07:28Région : Les coulisses du patrimoine -> https://t.co/59q5Q9rvWC
03:47L'écobuage tourne mal : le porte secours à un homme grièvement brûlé près de C dans… https://t.co/ORiwTJRSP7
03:39Hautefaye : L'écobuage tourne mal : un homme grièvement brûlé près de Périgueux -> https://t.co/L9J34iCfmO
23:07Ce message est excellent il faut le partager très vite aux politiciens inconscients des risques https://t.co/UO5eEqnckx
20:36Creuse : On s’en doutait… | L'Echo https://t.co/kNyLxjkKN8 via
19:33Issoudun : Hôpital : la télémédecine c’est maintenant -> https://t.co/Zn3L2f1M3l
19:33 88%? On ne m'a jamais demandé mon avis...
19:30Déols : Dix-huit candidates pour une seule place de Miss Centre -> https://t.co/ms5IXRRMnw
19:28Châteauroux : L214 sur le marché pour dénoncer les conditions d’élevage -> https://t.co/dQjjde0KjI
19:25Le Poinçonnet : Très bons débuts du Poinçonnet -> https://t.co/tBZ7j4U1wL
19:07Coulounieix-Chamiers : Préfet Frédéric Perissat : « nonobstant la loi chasse, je reste le patron » -> https://t.co/WGQBNSjKM6
18:36Périgueux : Prise de conscience de l’urgence climatique et sociale -> https://t.co/3npg9YL2Rs
18:19RT : Pour un Jean-François choqué, l’incarcération de est particulièrement sévère au regard de son âge. Venant… https://t.co/oRDsTLZrE8
18:18RT : La droite qui s’indigne de l’incarcération de Patoche c’est la même qui a fait du « laxisme de la justice » son fon… https://t.co/YWj0Z29AGn
18:04Saint-Laurent-sur-Manoire : Une troisième saison riche de découvertes -> https://t.co/Ksxua3wlZj
18:04RT : [A LA UNE A 18h00] De nouvelles scènes de violence ont émaillé des manifestations interdites à Hong Kong, la police… https://t.co/3SuiyShqYU
18:00Castelnaud-la-Chapelle : Sensibiliser le public aux enjeux du climat et de la biodiversité -> https://t.co/00uPHwNESp
14:18RT : Merci aux ⁦⁩ ⁦pour cette article sur le train des primeurs. Ils confirment mes propos ainsi que ceux de ⁦… https://t.co/a1wVulXTlH

Maternité : pour qui sonne le glas ?

La sirène du centre de secours a retenti, le curé a fait sonner les cloches, les ambulances locales ont elles aussi « donné de la voix » dans les rues,
et la mairie s’est drapée de noir en signe de deuil.

Oui, la commune est en deuil. Moment de grande émotion, mercredi, à 18 h. Après plus de six années de lutte, de combat... et d'espoir, aujourd'hui anéanti, la maternité a fermé ses portes pour la période estivale. La direction a fait cadenasser les salles d'accouchement, laissant derrière elle un personnel désemparé et des futures mamans en état d'abandon. « C'est horrible ! Je dois accoucher en août. J'ai reçu un appel téléphonique d'une personne me convoquant à la maternité pour me remettre mon dossier. Cette dame ne s'est même pas présentée. Et moi, je n'y suis pas allée, tant la colère et le stress engendrés par cette décision sont montés en moi », indique une jeune femme, qui a fait le choix d'accoucher ailleurs qu'à Châteauroux.
Jean-Michel Mols, président du comité de soutien des usagers de site hospitalier blancois et son équipe,  dont Annick Gombert, maire de la ville, avaient tenu à réunir les Blancois pour les remercier de leur implication sans faille, les informer des démarches entreprises et surtout leur dire que le combat continue, « un combat que nous allons gagner, parce qu'il y va de l'avenir de notre territoire », martèlent les membres du comité
Au titre des actions engagées, plusieurs lettres ont été envoyées, une ouverte, au Premier ministre, signée de nombreux maires (lire encadré) et une seconde accompagnée de la pétition, qui, à ce jour, dépassait les 4 000 signatures en ligne. François Jolivet, député, était en étroite relation avec le cabinet de la ministre de la Santé. Un collectif de femmes, un autre d'enfants, ont écrit à Brigitte Macron. D'autres actions, non divulguées à ce jour, sont dans les « tuyaux », dixit Jean-Michel Mols. Annick Gombert a annoncé qu'une requête en référé auprès du tribunal de Limoges était en cours. Le médiateur de la République, une autorité indépendante, a été lui aussi saisi.
Et puis... Elles sont arrivées, les yeux rougis par les larmes. Elles, ce sont les femmes qui depuis des années accompagnaient les mamans dans ces moments uniques qu'est l'arrivée d'un bébé dans une famille. « Je vous préviens. Je vais pleurer. Il y a six ans et demi, ils ont essayé. Cette fois, ils se sont organisés, se sont mieux préparés. On garde tous en tête tous ces cris d'enfants, ces vies sauvées, ces bons souvenirs...Mais il faut qu'on gagne, on doit gagner, on va gagner, sinon ce sera une catastrophe sanitaire », clame l'une d'elles. Applaudissements chaleureux de la salle.
Jean-Michel Mols, très ému lui aussi, se demande où est la dimension humaine dans tout cela. Quant à Jean-Paul Chanteguet, il annonce « un travail de longue haleine » : « Rien n'est perdu. Nos arguments sont particulièrement solides. Notre hôpital est reconnu comme géographiquement isolé. Il faut tenir dans la durée. »
Néanmoins, quel gâchis ! Et pourquoi une telle inflexibilité et un tel acharnement à détruire tous les services publics de proximité ? Est-ce bien le rôle de l'État de traiter ainsi les citoyens ?
Liberté, Égalité, Fraternité...Trois mots apposés sur les frontons des édifices publics. Ont-il encore un sens, aujourd'hui ?
Martine Tissier

Air Jordan 12 Low