Fil info
19:33Issoudun : Hôpital : la télémédecine c’est maintenant -> https://t.co/Zn3L2f1M3l
19:33 88%? On ne m'a jamais demandé mon avis...
19:30Déols : Dix-huit candidates pour une seule place de Miss Centre -> https://t.co/ms5IXRRMnw
19:28Châteauroux : L214 sur le marché pour dénoncer les conditions d’élevage -> https://t.co/dQjjde0KjI
19:25Le Poinçonnet : Très bons débuts du Poinçonnet -> https://t.co/tBZ7j4U1wL
19:07Coulounieix-Chamiers : Préfet Frédéric Perissat : « nonobstant la loi chasse, je reste le patron » -> https://t.co/WGQBNSjKM6
18:36Périgueux : Prise de conscience de l’urgence climatique et sociale -> https://t.co/3npg9YL2Rs
18:19RT : Pour un Jean-François choqué, l’incarcération de est particulièrement sévère au regard de son âge. Venant… https://t.co/oRDsTLZrE8
18:18RT : La droite qui s’indigne de l’incarcération de Patoche c’est la même qui a fait du « laxisme de la justice » son fon… https://t.co/YWj0Z29AGn
18:04Saint-Laurent-sur-Manoire : Une troisième saison riche de découvertes -> https://t.co/Ksxua3wlZj
18:04RT : [A LA UNE A 18h00] De nouvelles scènes de violence ont émaillé des manifestations interdites à Hong Kong, la police… https://t.co/3SuiyShqYU
18:00Castelnaud-la-Chapelle : Sensibiliser le public aux enjeux du climat et de la biodiversité -> https://t.co/00uPHwNESp
14:18RT : Merci aux ⁦⁩ ⁦pour cette article sur le train des primeurs. Ils confirment mes propos ainsi que ceux de ⁦… https://t.co/a1wVulXTlH
08:26Périgueux : (VIDÉO) Jean-Philippe Granger : "le monde agricole est aussi des négociations sur le réforme des retrai… https://t.co/quugxSk02B
07:08Chancelade : Deux incendies, une maison totalement détruite aux portes de Périgueux -> https://t.co/zJ68vKjs43

Jérémy Bertin a fait son trou

Installé depuis bientôt deux ans au 15, rue Saint Lazare, Jérémy Bertin, tatoueur professionnel, commence à être connu, reconnu et apprécié des amateurs.
Désormais, la clientèle dépasse largement la région et les candidats viennent de Paris, Bordeaux, Toulouse...
Et pourtant, rien ne le prédestinait à cela ! « Tatoo, tatouage... Plus jeune, j’étais contre ! Cela m’est tombé dessus un peu par hasard », avoue Jérémy, avant tout dessinateur passionné et talentueux. L’idée fait son chemin.
Il voit ses amis tatoués, a la chance de rencontrer à Paris un tatoueur qui l’initie à cet art si particulier et se lance ! Sur lui, sur ses jambes, sur les « potes » qui acceptent de servir de « terrain d’entraîne-ment »...
Pas de diplôme, pas de formation reconnue pour les tatoueurs. Aucun diplôme n’existe à ce jour. Seule une formation de trois jours, sur l’hygiène, validée par l’État, est obligatoire. Jérémy l’a passée et obtenue au CHU de Poitiers.
Lui, sa spécialité, c’est le dessin, le crayon. Aujourd’hui, il se démarque et travaille de plus en plus d’après photo, avec une approche réaliste et hyperréaliste, et très souvent en noir et gris.
« Les gens me proposent un thème, par exemple la famille, les félins, la passion, etc. On discute ensemble. Ensuite, je dessine, je fais le montage que j’imprime sur une feuille calque, qui donnera une idée du volume du tatouage. Je le propose au client, qui, si cela lui convient, passera une demi-journée ou une journée entière pour la réalisation », explique Jérémy Bertin. Un temps suffisamment long, douloureux parfois... où les aiguilles à tracer dessinent les contours du futur tatouage sur un bras, une jambe, un cou... « Je commande mes fournitures exclusivement sur un site français très sérieux. Mes encres sont certifiées françaises. On touche à la peau ! », poursuit le tatoueur, qui aime réaliser un travail plein de finesse et d’élégance.
Les soins consécutifs à l’intervention dureront deux à trois semaines.
Un document informe clairement les personnes sur le mode d’emploi à suivre pour une bonne cicatrisation.
Et quand on demande à Jérémy Bertin ce qu’il aime le plus dans son activité, il répond : « Je dessine toute la journée. J’ai une grande liberté de vie. L’important pour moi, c’est de ne jamais juger l’attente du client, quelle qu’elle soit, de prendre le temps d’échanger, d’établir une certaine complicité et d’être à l’écoute. On n’oublie pas le jour de son tatouage ! Ça marche à la confiance ! »
Les résultats sont bluffants. Les amateurs de tatoos le savent et préfèrent attendre quelques mois pour être tatoués par Jérémy Bertin dont la talent, l’originalité, le sérieux et la qualité du travail commencent à essaimer à travers la France.
Martine Tissier

Renseignement au « Au vêtement incarné », 15 rue Saint-Lazare, 36300 Le Blanc – 09 61 60 19 03. Site internet : au.vetement.incarne.com. Facebook : vetementincarne. Courriel : auvetementincarn@gmail.com