Fil info
11:51RT : Un terrible orage de grêle le 8 mai a mis l’avenir de Raulhac en péril. La totalité de la récolte 2018 et probablem… https://t.co/e8BgivOY02
19:59 Bonjour, nous avons besoin d'aide pour pour faire perdurer notre activité agricole et jeunesse en… https://t.co/NPgbuZnDLm
19:54Périgueux : Festival Mimos : les apparences tirent le jeu | L'Echo https://t.co/g54y0Fn9iA via
17:42Sarlat-la-Canéda : Une carte de fidélité pour gagner des clients -> https://t.co/MdoHAav653
17:40Périgueux : Festival Mimos : les apparences tirent le jeu -> https://t.co/EjKrGjFVOk
17:39Château-l'Évêque : Fusion : le manque d’informations pointé du doigt -> https://t.co/ZMYE5pKqY6

Une asso solidaire avec l’Afrique

Solidarité

L’association Cac 24 (Communauté Afrique centrale) soutien, solidarité, entraide fera son inauguration officielle le 17 février à la salle du Suchet de Boulazac ou elle présentera ses objectifs et les actions qu’elle mène.

L’association Cac 24 a été créée en avril 2016 par Steeve Oko Ondende et Précieux Ngongo Dickho avec pour objectif d’apporter une aide matérielle et financière aux orphelinats de certains pays d’Afrique en général et plus particulièrement d’Afrique centrale. Mais aussi un soutien matériel aux diabétiques, aux patients souffrant de maladies infectieuses et pour l’éducation de la petite enfance, « aussi bien en Afrique qu’en Europe et en Dordogne ou nous avons été accueillis chaleureusement et soutenus par l’administration », explique Précieux Ngongo Dickho qui ajoute : « ça nous a semblé pertinent de monter une association qui puisse permettre d’accompagner des gens dans le besoin et de les orienter vers les services compétents en Dordogne ». L’association travaille d’ores et déjà en partenariat avec l’orphelinat de Mwana à Pointe Noire au Congo Brazzaville. « Nous avons commencé à les assister en faisant des dons sur nos fonds propres mais pour l’instant c’est irrégulier car nous n’avons pas encore de subventions. Il faut donc que nous soyons mieux implantés pour ne plus avoir à utiliser nos fonds propres mais les dons ».
Un orphelinat qui vient en aide à des jeunes dont les parents sont décédés lors d’épisodes de violence en lien avec la situation politique du pays, séparés de leurs parents dans des déplacements de population ou encore abandonnés dans des hôpitaux. « L’orphelinat essaie de les secourir avec le peu de fonds dont ils disposent. Donc pour l’instant nous essayons d’envoyer des produits pharmaceutiques, des vêtements, des objets du quotidien ainsi que des livres pour enfants, des jeux, etc... Pour l’instant nous nous focalisons sur cet orphelinat en attendant d’être mieux implantés et d’avoir davantage de dons de la part de personnes qui veulent rejoindre notre combat ». « Nous avons également besoin de moyens par rapport au diabète qui touche beaucoup de monde en Afrique. Or, il y a un manque criant de moyens de tests pour l’insuline, pour prendre la tension, ou des thermomètres alors que ce sont des choses très courantes en Europe, en Afrique elles sont rares et précieuses. Il y a des gens qui ne découvrent leur maladie que très tard et qui ne prennent pas le temps de se soigner », explique Steeve Oko Ondende.  Localement, l’association souhaite aussi se rendre dans les hôpitaux pour visiter les enfants malades, « mais aussi dans les Ehpad pour visiter ces personnes qui sont parfois un peu seules et leur redonner le sourire ». Pour faire connaître leur association les membres de Cac 24 participent à de nombreux événements. Depuis deux ans ils sont présents à la fête de la musique, ont participé au Forum des associations, multiplient les contact avec d’autres associations tournées vers l’Afrique mais aussi, aident lors des ventes du Secours populaire, et auprès des coopératives scolaires comme celle de Saint-Georges pour aider à financer de petites sorties scolaires. « Notre but ce n’est pas que l’Afrique mais c’est aussi d’apporter notre aide localement ».

Pour contacter l’association :  06 78 17 94 57, 06 65 75 15 68 ou 06 51 97 30 45.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.