Fil info
22:51France : Incendie mortel au cœur de la très chic station de Courchevel 1850 -> https://t.co/sBRlGn7zCY
22:49France : Psychiatrie : les personnels réclament de l’« humain » -> https://t.co/ep9TC7WLTV
19:18Indre : La France insoumise mise sur le local pour les européennes -> https://t.co/boPSjSWLVr
19:17Châteauroux : Une nouvelle directrice à l’APF pour la nouvelle année -> https://t.co/Y2x7USruik
19:14Indre : Acte X : des bougies en hommage, le débat vu comme de l'enfumage -> https://t.co/iOaN9LyXXE
18:17Comme chaque samedi depuis le 17 novembre, les gilets jaunes du sud de la Creuse se réunissent au carrefour de La S… https://t.co/WE4SAyCyxH
18:13Dordogne : Grand débat national, élections, les ambitions des marcheurs -> https://t.co/KAyNcQGIfi
18:12Beynac-et-Cazenac : Les opposants à la déviation écrivent aux entrepreneurs -> https://t.co/XA5QWofgxk
18:04Saint-Léon-sur-l'Isle : Les communistes veulent relever les défis politiques de 2019 -> https://t.co/EgNM6OBsl2
18:01Périgueux : Une fête intimiste pour célébrer le diamant noir du Périgord -> https://t.co/BUw1rhrBLD
17:58Beauregard-de-Terrasson : Améliorer le quotidien -> https://t.co/dT6CtqKoYr
16:54Bergerac : Virage à gauche pour des vœux aux accents très politiques -> https://t.co/ABNDiVZAr3
14:20Nouveau succès pour la à la . Petits et grands lecteurs ont investi la bibliothèque jus… https://t.co/QzLAH8mNDd

La médiathèque Louis Aragon n’en finit plus de séduire

En à peine deux ans d’existence, la médiathèque Louis Aragon est parvenue à trouver sa place et à rayonner bien au-delà de Boulazac. Elle ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Ouverte depuis le 2 avril 2016, la médiathèque Louis Aragon de Boulazac ne désemplit jamais et ses chiffres de fréquentation en feraient pâlir plus d’un. En même pas deux ans d’existence, l’équipement, dont l’utilisation est gratuite et ouverte à tout le monde, a enregistré 48 000 entrées et 98 000 prêts, sans compter tous les passages de gens qui viennent tout simplement lire le journal, étudier, et qui ne s’inscrivent pas. La médiathèque compte un peu plus de 4 000 abonnés dont près de la moitié sont hors commune.
Autre succès, celui du cinéma Studio 53 qui après avoir enregistré 7 200 spectateurs en 2017, en a vu passer 11 024 l’an dernier, sur un total de 237 000 dans l’ensemble des salles du réseau Ciné Passion. « N’en déplaise aux pisse-froid qui s’interrogeaient sur la pertinence du projet,  la médiathèque répond bien à un besoin », souligne le maire Jacques Auzou. Livres, espaces de lecture cosy, rencontres jeux vidéo ou jeux de société, ateliers créatifs, séances pour les tout-petits, ce ne sont pas les activités qui manquent à la médiathèque, lieu où il est également possible de s’initier aux nouvelles pratiques numériques à l’heure où tout se numérise. Une numérisation à marche forcée avec la dématérialisation de bon nombre de services, en particulier de l’Etat, qui met une multitude de citoyens sur le bord du chemin par manque de moyen pour s’équiper d’un ordinateur et d’une connexion internet ou tout simplement par incapacité à s’approprier l’outil. Une fracture numérique à laquelle les élus boulazacois ne pouvaient se résoudre. Voilà pourquoi depuis le mois de septembre la Ville vient de créer un nouveau service pour les habitants de Boulazac-Isle-Manoire : un poste d’écrivain numérique rattaché à la médiathèque, en la personne de Julie. Un peu comme la fonction d’écrivain public dans le temps, Julie est chargée d’accompagner les habitants de la commune (et uniquement eux) dans leurs démarches numériques, que ce soit par exemple pour demander des papiers d’identité, effectuer des démarches auprès des différentes administrations, etc. « La fracture numérique est un vrai problème qui touche toutes les couches de la population, des jeunes aux moins jeunes », souligne Jacques Auzou.
Le service d’écrivain numérique est disponible sur rendez-vous (1). Actuellement cinq à six personnes sont accompagnées par semaine, mais cela ne demande qu’à monter en puissance. Pour l’instant, l’expérience boulazacoise est un cas unique, mais Jacques Auzou aimerait que le modèle essaime. Selon lui, les secrétaires de mairie dans les communes seraient tout à fait en mesure d’assurer ce service d’écrivain numérique. Il a d’ailleurs, avec l’aide du député Modem du Nontronnais Jean-Pierre Cubertafon, transmis une proposition en ce sens à Jacqueline Gourault, la ministre de la Cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales. A voir si ce service, qui répond à un vrai besoin, est développé.
E.C.
(1) 05 53 35 59 78.