«Une large victoire de la république»

Elections présidentielles

Les sympathisants et adhérents d’En Marche ont célébré ce dimanche soir la victoire d’Emmanuel Macron à Brive.

Une centaine de personnes étaient réunies au bar du théâtre briviste l’Avant-Première. Avant même l’annonce des résultats, l’atmosphère était plutôt à l’optimisme dans les rangs corréziens du mouvement En Marche. Sans surprise, à 20 heures les premières estimations ont été accueillies par une salve d’applaudissements et de cris de joie de rigueur. Avant de lancer les agapes, la référente départementale du mouvement désormais à la tête de l’Etat, a rendu hommage à la députée socialiste des Côtes d’Armor, Corinne Erhel, décédée après un malaise lors d’une réunion publique de soutien à Emmanuel Macron.  «Un parcours similiaire au mien même si je n’ai pas été députée, du moins pas encore» a déclaré Patrica Bordas. «Je me félicite de cette large victoire» lançait-elle ensuite, faisant résonner à nouveau les applaudissements des sympathisants. «Une large victoire de la République et de ses valeurs universelles. Je sais qu’Emmaneul Macron est conscient de ses responsabilités et sera le président de la République de tous les Français. Cette victoire est aussi celle du refus de la haine, du repli sur soi et de l’incompétence du FN» a-t-elle ajouté avant d’enjoindre les 800 adhérents corréziens du mouvement à «rester mobilisés pour les législatives». «Seuls ces candidats soutiendront fidèlement le Président de la République sans arrières-pensées et sans allégeance à un parti».
Dans le brouhaha des agapes bruissent déjà quelques commentaires. «65,9% c’est extraordinaire» se réjouissent certains. C’est le cas de Michel, un ancien socialiste qui souligne «un très bon score». «On ne s’attendait pas à atteindre ce niveau là. Le débat a eu le mérite de mettre en exergue ce que voulait Marine Le Pen et cela a été favorable à Emmanuel Macron». Pourtant, Michel reste conscient qu’un sentiment de peur a animé la campagne. «Il n’y a pas eu de prise de conscience comme en 2002. Il n’y a pas eu d’engagement civil. C’est là qu’on s’aperçoit que c’est un parti politique qui va continuer à peser».  Pour cet adhérent, cette victoire est surtout celle «de la jeunesse, du renouveau avec une nouvelle vision de la France» portée par une «politique plus fédératrice». Et pour ce soutien à Emmanuel Macron «la priorité c’est l’économie. Le social viendra ensuite».

Mathieu Andreau

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.