Fil info
22:08RT : Lubersac : Rencontre émouvante des collégiens avec Robert Hébras -> https://t.co/N9Y5MvN4FI
20:17RT : Le Lardin-Saint-Lazare : Lecta louche sur les fonds publics -> https://t.co/adGIjN6a26
20:11Chamberet : La joie de vivre au pied des Monédières -> https://t.co/yLo4ihv04P
19:35Bassillac : « Un petit festival sympa où on mange bien » -> https://t.co/spTHoueJzs
19:04Le Blanc : Fermeture définitive de la maternité du Blanc : et après ? -> https://t.co/chckaG5H2K
19:03Châteauroux : L’atelier de la poisonnerie sort de ses murs -> https://t.co/2IFlEkNCZ6
19:00Bouesse : Guillaume Cotreau a été le plus véloce -> https://t.co/q9DqKKwsrt
19:00Saint-Marcel : [intégral] Le 37e borlot des vendanges dans la pure tradition pantagruélique -> https://t.co/OLfr1ANasO
18:44 Poste - : La Poste  rien n est arrange -> https://t.co/X1IVy2C5ao
18:13Sarlat-la-Canéda : Un comité de pilotage pour le centre de santé -> https://t.co/fJvoWY1wxE
18:11Périgueux : « Quand on aime les animaux, il faut les respecter » -> https://t.co/24fuwDp2yv
16:47La fête de la citrouille bat son plein à Saint-Laurent. https://t.co/iv2XTiXvZq
16:21Lubersac : Rencontre émouvante des collégiens avec Robert Hébras -> https://t.co/N9Y5MvN4FI
16:04Le Lardin-Saint-Lazare : Lecta louche sur les fonds publics -> https://t.co/adGIjN6a26

Le nouveau centre de réanimation du Centre Hospitalier a été inauguré

Santé

Le centre hospitalier de Brive a inauguré vendredi son nouveau centre de réanimation avec son unité de surveillance continue ainsi que l’espace bien-être du service oncologie. Deux équipements qui viennent renforcer la prise en charge des patients.
L’espace réanimation du centre hospitalier de Brive répond désormais aux normes de fonctionnement du schéma régional d’organisation sanitaire avec l’adjonction d’une unité de soins continus au service de réanimation. L’implantation centrale du nouveau bâtiment jouxte la maternité, le bloc opératoire, l’imagerie et les urgences permettant une prise en charge efficace des patients dont le pronostic vital est engagé.
Le service accueillera trois médecins réanimateurs en plus des quatre déjà présents et regroupera 74 personnels de santé pour 15 lits en réanimation et 12 lits en soins continus. « Une nouvelle unité de réanimation qui préfigure l’hôpital de Brive de demain et qui vient conforter sa position dans le triangle Périgueux-Brive-Cahors» a déclaré dans son discours Romain Alexandre, directeur de l’Agence régionale de santé.
Le coût total des travaux s’est porté à 5 M d’euros dont 2,5 M alloués à un équipement permettant aux équipes de travailler dans un environnement innovant. Les architectes ont apporté au bâtiment  une  attention particulière sur la lumière naturelle, sur l'acoustique et l’accueil des familles. Vincent
Delivet, directeur du centre hospitalier s’est dit «attendre un impact sur le fonctionnement général de l’hôpital et la prise en charge des malades». Il souhaite un «lien renforcé avec les habitants».

Apporter le bien-être en milieu hospitalier

Depuis juin dernier, le service oncologie bénéficie d’un espace aménagé d’un lit de flottaison -le premier en France à être installé au sein d’un centre hospitalier- et d’une baignoire balnéothérapie permettant aux malades en hospitalisation complète de bénéficier de soins d’hygiène et de bien-être de jour comme de nuit. Une approche globale de la prise en charge des patients souhaitée par l’équipe soignante et qui apporte une amélioration dans la vie quotidienne du malade. «ça fait du bien de changer de cadre. L’ambiance zen et la musique permet de se détendre. On oublie. Le corps se relâche et l’esprit aussi. Les jets massent par zone. C’est le relâchement total. Il y a la luminoscopie qui apaise. ça sent bon» détaille Pascale, hospitalisée dans le service, qui s’est rendue par deux fois à l’espace bien-être.
Le personnel hospitalier ne regrette en rien ce dispositif très sollicité par les patients, qui vient compléter l’offre de soins proposée par le service oncologie et hématologie mais dont les patients hospitalisés en soins palliatifs peuvent bénéficier. Le Dr Laure Vayre, responsable du service, estime qu’il est possible de «faire encore plus à côté de la thérapie traditionnelle qu’il y a partout dans les hôpitaux».
Vincent Delivet affirme quant à lui qu’il existe au sein du service «une dimension humaine qui va au-delà de l’investissement technique et
financier».

Sabine Parisot