Fil info
17:03parvis*
15:30 Sur le parivis de la collégiale Saint-Martin génuflexion gilets jaunes en mode happening artis… https://t.co/4YQiyGo8D7
14:36 en marge de l inauguration des aménagements du bourg des échangent avec le député LREM Christo… https://t.co/ccdwfR5u2b
14:33 une cinquantaine de gilets jaunes marchent sur le boulevard périphérique de Brive. Ils défilen… https://t.co/GKjv27lwU8

Secteur à haute valeur écologique en danger!

Environnement

Le 15 novembre dernier, le conseil municipal a voté une modification du PLU au mépris de parcelles classées  Zone Naturelle Remarquable.
L’entreprise Lachaux avait sollicité la mairie de Brive pour étendre  la zone d’exploitation de carrière sur le lieu-dit La Lissoulière afin de «développer son programme d’innovation de Blocs Béton Empilables» arguant la nécessité d’un besoin accru en manière première. Ce faisant, et malgré le classement des trois quarts des parcelles en Zone Naturelle Remarquable, le conseil municipal a voté à 40 voix pour sur les 42 votants, la modification du PLU accordant une extension de plus de 15 hectares à l’exploitant de carrière. La concertation a-t-elle réellement eu lieu en amont ou est-ce la décision d’un seul homme ?
Pourtant selon l’article R146-1 du code de l’urbanisme, les zones humides et milieux temporairement immergés, comme c’est présentement le cas, «sont préservés, dès lors qu'ils constituent un site ou un paysage remarquable ou caractéristique du patrimoine naturel et culturel et sont nécessaires au maintien des équilibres biologiques ou présentent un intérêt écologique».
Un travail de longue haleine mené par l’association Jardin Sauvage a permis la sauvegarde de ces milieux remarquables qu’une trentaine d’experts en botanique étaient venus encore observer en mai dernier. Des plantes annuelles rares voire uniques en Limousin, qui poussent  nulle part ailleurs que sur ces pelouses brivistes et qui risquent de disparaître au profit d’intérêts économiques particuliers désignés comme «projet d’intérêt général»! A l’heure de la COP 23 et des enjeux climatiques, les questions environnementales seraient-elles prises à la légère à Brive ? à quand une prise de conscience? Lorsque la Corrèze aura atteint un taux de cyano-bactéries tel que l’air y sera vicié ?

Sabine Parisot

Commentaires

Donc, si je comprends bien des élus/es de la République peuvent enfreindre les lois de celles-ci : Art. R 146-1 du Code de l'Urbanisme...les mêmes pratiques perdurent !..continuons à saccager la Nature...pourquoi pas construire un Centre Commercial, tant qu'on y est...sans doute qu'il n'y en a pas assez !!!

le clientèlisme politique et les retours sur investissement sont toujours d'actualité dans ce beau paysage briviste corrézien... Et le plus extraordinaire c'est de les faire passer au nom de l'intérêt général... Mr Soulier a fait le pas et il n'est pas le seul, son conseil est bordé d'intérêts particuliers aux longues dents !