Fil info
10:44Dans l' de ce mardi 18 décembre, un article sur l'inauguration de la Salle Roland Pierrot au l… https://t.co/kllgoeoOfh
07:54Région : Ils défendaient seulement une petite ligne -> https://t.co/WBXAcRuG7n
07:53Région : Conseil régional: budget maîtrisé? -> https://t.co/P4ei2EH00Q
07:50 agriculteurs # - -Vienne : Les JA dénoncent le déficit d’image et de revenus -> https://t.co/5DAdEmXrVp
18:47Châteauroux : Les belles pochettes de Stéphane Merveille -> https://t.co/wSM86UN2F0
18:00Coulounieix-Chamiers : Jacqueline Gourault vient donner le coup d’envoi de l’opération Anru -> https://t.co/hpvF1NKwIt
17:54Roussines : Les aînés choyés par la commune -> https://t.co/Ctyn1nzf6A
17:28Dordogne : Le procès des Gilets jaunes renvoyé -> https://t.co/Sx4dKJlzXp
17:27Dordogne : Le laboratoire départemental veut reprendre au plus vite -> https://t.co/fc2PxlHpw1
17:25Argenton-sur-Creuse : Les collégiens se mobilisent pour les orphelins de Kinshasa -> https://t.co/mdiAyh0j8V
17:06RT : Georges Abdallah militant communiste libanais est incarcéré depuis tr… https://t.co/p8geECOjVC
16:52Terrasson-Lavilledieu : L’office de tourisme lance son nouveau site -> https://t.co/ZR5POr1SVy
16:18# # - -Vienne : Toutes les communes de Haute-Vienne reconnues au titre de calamités agricoles -> https://t.co/jujzlq6Bjp
15:57Corrèze : Des éoliennes dans les Monédières ? -> https://t.co/UloVUCgBzF
15:55Bergerac : Gilets Jaunes moins nombreux, mais déterminés -> https://t.co/woDVrRQUoc
15:52Bergerac : Le PCF fédère autour de ses revendications -> https://t.co/nbQZTffZR0
14:35Ribérac : La rupture de l’égalité -> https://t.co/UZNvv9NDs8
13:59 Georges Abdallah militant communiste libanais est incarcéré depuis tr… https://t.co/p8geECOjVC

Rue de la République, le microsillon refait surface

Musique

Un nouveau commerce à ouvert ses portes rue de la République cette semaine. Avec la boîte à vinyles, Frédéric Cuny veut redonner ses lettres de noblesse au disque dans la cité gaillarde.

Cela fait plus de vingt ans que la cité Gaillarde en était sevrée. Les accros du microsillon avaient beau rôder, il leur était impossible de se délecter les esgourdes d’une bonne galette faute de trouver un disquaire en centre-ville. Cette longue période de disette est désormais révolue depuis l’ouverture, cette semaine, de La boîte à Vinyles. Une «boîte» qui ne manque pas de ravir tous les musicomanes avertis qui, depuis l'avènement du compact disc puis de la musique en streaming, ne pouvaient se résoudre à tourner la page d’une culture musicale construite et développée grâce à son bras armé : le tourne disque.
Aux platines de cette nouvelle adresse, Frédéric Cuny. Un projet ourdi de longue date déjà par ce musicien et mélomane  qui las des bureaux d’étude pour mettre en musique les projets des autres a choisi de mettre le sien en musique. Et si le disquaire est désormais une denrée rare, Frédéric n’a pas pris cette trajectoire par simple réflexe pavlovien. «Depuis plusieurs années déjà, le vinyle revient en vogue. Des commerces se montent un peu partout» observe-t-il. Ce retour en grâce, le désormais disquaire, le fait remonter au début des années 2000 avec le développement du mix, du scratch avec une flopée d’artistes ressortant des cartons les douces mélopées de leurs illustres aînés qui, faute de CD ou de Mp3 les avaient figés sur de fiers vinyles pressés.  Et si la tendance au vintage n’est pas pour déplaire à notre disquaire, elle n’est certainement pas la principale motivation de sa démarche. Car selon lui, «rien ne peut égaler le son du microsillon». Et les musiciens et autres labels semblent lui donner raison puisque «aujourd’hui tous les artistes sortent leurs albums en vinyle» explique-t-il. Et même s’il est difficile de rivaliser avec le streaming et l’accès qui lui est donné par internet, sur le marché de la musique «physique», qui ne cesse de dévisser depuis plus de dix ans, seul le vinyle affiche une très bonne santé. Entre 2012 et 2015, les ventes de vinyles neufs ont doublé en France et avec 1,7 million d’unités vendues en 2016, le microsillon a encore progressé de 72% en un an.
Avec 1.200 références «pour commencer», Frédéric Cuny mise évidemment sur des valeurs sûres. En poussant la porte de la boîte à vinyles difficile de ne pas remarquer un bon vieux Pink-Floyd, un réjouissant Sweet Smoke ou un autre cultissime Doors sur les murs de cette nouvelle échoppe. «On ne peut pas monter un tel commerce sans avoir quelques Jimmy Hendrix et albums de légendes en rayon» plaisante le disquaire. Pourtant, pas question de faire l’impasse sur les nouveautés. «Je travaille aussi avec des labels indépendants pour faire vivre la musique et faire découvrir des talents». Avec une légère prédilection pour l’énergie punk new wave des années 1980 et le jazz, le disquaire ne s’enferre pas dans un style particulier.
Entre Hip Hop, Jazz fusion, electro, soul & funk,... même les fans de variétés françaises peuvent trouver leur bonheur. Enfin, au delà même de retrouver le plaisir de fouiner dans les bacs,  nul n’est à l’abri de trouver ce qu’il n’était pas venu chercher !

Mathieu Andreau

La boîte à vinyles, 17 Rue de la République, 09 81 68 92 88.