Fil info
17:03parvis*
15:30 Sur le parivis de la collégiale Saint-Martin génuflexion gilets jaunes en mode happening artis… https://t.co/4YQiyGo8D7
14:36 en marge de l inauguration des aménagements du bourg des échangent avec le député LREM Christo… https://t.co/ccdwfR5u2b
14:33 une cinquantaine de gilets jaunes marchent sur le boulevard périphérique de Brive. Ils défilen… https://t.co/GKjv27lwU8

L’Agglo imagine la mobilité de demain

Transports

Avec la révision de son plan de déplacement urbain, l’Agglo veut encourager le co-voiturage, développer les transports collectifs et renforcer l’étoile ferroviaire briviste. Avec plus de 80 délibérations au menu, le dernier conseil communautaire de l’année était particulièrement copieux. Il a pourtant été mené bon train en un peu plus de trois heures, avec pour plat principal, la révision du Plan de déplacement urbain (PDU).
Une révision devenue primordiale après la création de la CABB afin d’adapter ce PDU au nouveau périmètre survenu au 1er janvier 2014.
Au regard des enjeux identifiés en diagnostic, trois grandes visions de l’avenir de la mobilité sur le territoire ont été envisagées. La première concerne l’encouragement des mobilités individuelles moins polluantes et la valorisation des nouvelles pratiques liées à la voiture. La deuxième vise le développement des réseaux de transports collectifs routiers quand la dernière mise sur la valorisation de l’étoile ferroviaire briviste comme réseau structurant de l’agglomération.

Placer Bordeaux à 1h15 via Périgueux

A travers ce PDU, l’Agglo a souhaité «également exprimer clairement sa volonté de conforter l’accessibilité en direction de Bordeaux via Périgueux». Un souhait appuyé par le président de l’Agglo, Frédéric Soulier : «Aller à Bordeaux via Périgueux en 1h15 est du domaine du possible à condition qu’il y ait des travaux sur la ligne et s’il n’y a pas d’arrêt entre Périgueux et Bordeaux. Il faudrait au moins un aller-retour par jour». Une liaison vers la capitale régionale qui n’a pas fait oublier l’amélioration de la ligne POLT. «Brive ne doit pas se retrouver à plus de 4h15 de Paris. L’amélioration de cette voie ne peut se limiter à la régénération. Il faut la porter à un niveau capable d’accueillir des matériels aptes à faire gagner du temps» a souligné l’élu briviste André Pamboutzoglou, préférant l’accueil d’un matériel neuf à celui d’anciennes rames de TGV un temps envisagé.
«Ce matériel neuf, nous ne serons pas les seuls à le demander. Se positionner sur des rames anciennes serait une erreur. Ne nous trompons pas de combat» prévenait à son tour Frédéric Soulier.
L’amélioration des lignes Brive-Objat, Brive-Turenne et Brive-Allassac et le développement de la ligne urbaine Tulle-Brive font aussi partie des actions privilégiées par le PDU.  «Si la création d’une halte ferroviaire à Brive Ouest est bien inscrite dans le PDU en prévision du développement de la ZAC Brive Laroche, celle de Malemort a quant à elle, été suspendue au regard des contraintes financières nouvelles ainsi que de la volonté d’aide financière de l’opérateur historique» indique le rapport. Un abandon que n’a pas manqué de critiquer Philippe Tillet qui voit dans celle-ci «une stratégie d’avenir» et une nécessité pour le développement d’une ligne ferroviaire urbaine Tulle-Terrasson par extension de la ligne Tulle-Brive, par ailleurs inscrite au PDU. Une «idée intéressante» selon Frédéric Soulier arguant malgré tout du manque d’intérêt de la part de la SNCF et RFF pour ce projet estimé à 1 million d’euros pour une soixantaine de passagers concernés.
«Les haltes ferroviaires sont peut-être des infrastructures nécessaires mais la grande question est de savoir, au vu des engagements, qui les fera fonctionner» a souligné le président de la CABB. Ce à quoi l’élu de Jugeals-Nazareth rétorquait «La halte ferroviaire à Brive Laroche est estimée à 800.000 euros mais pour combien de personnes ?».

Mathieu Andreau