Fil info
21:22Saint-Sulpice-le-Guérétois : Le travail du bois, une passion, un métier | L'Echo https://t.co/Vdq0ECnUrO via
20:52 Engendrer..
20:51 L’écologie n’a rien à voir avec tout ça !!! Vous ne savez rien de ce que peut engendré ce… https://t.co/W12hCtgkST
19:53Brive-la-Gaillarde : Solidaire est le Secours Populaire -> https://t.co/pmngsMMHRb
19:47 Le cri de soulagement du Patrimoine et de la biodiversité 🐾🌳🌍
19:08Indre : 258 millions d’euros pour un an -> https://t.co/3qu1tQJEnK
18:12Plus que jamais Président des Régions de France… https://t.co/cwZ8G394sk
17:52Dordogne : Le parti socialiste compte sur ses valeurs pour retrouver des couleurs -> https://t.co/x71S0Ovl7u
17:49Beynac-et-Cazenac : Déviation : le cri de colère des entreprises -> https://t.co/uEmRSQEDBv
17:28RT : Les agents des finances publiques ont protesté à Tulle contre 17 suppressions de postes en https://t.co/TebYxVnJE7
17:20RT : En fin de cortège, on rend hommage au ⁦⁩ ⁦⁩ Par le… https://t.co/7Pw3YkiwHx
17:10Périgueux : Nouvelle saignée aux impôts -> https://t.co/fIsU0LOw5Y
16:54Sarlat-la-Canéda : A vos agendas 2019 -> https://t.co/hXvkLBbxtE
15:57RT : En fin de cortège, on rend hommage au ⁦⁩ ⁦⁩ Par le… https://t.co/7Pw3YkiwHx
15:53Marsac-sur-l'Isle : Un salon de passionnés à l’ambition régionale -> https://t.co/PYalTw0ytJ
15:37Mérigny : Les seuils de l'Anglin arasés cette année -> https://t.co/UnmtKOBc0c
15:32Indre : Le photovoltaïque au centre des vœux -> https://t.co/xqPyrT2nf2
15:26RT : Pour conquérir le numérique, « La Marseillaise » a un besoin vital de votre soutien https://t.co/zsWebVd2tu
12:18Tulle : Hôpital : une cérémonie des voeux sous tension sociale -> https://t.co/MUlPtOjG5U
10:54Vœux à la population de Jean-Paul Grador et partage de la galette, à l'Auditorium Sophie Dessus à ven… https://t.co/a6Hwqcn7ZX
09:01Région : La situation du Brésil, on en débat à et à https://t.co/EetKPkHqOb
08:45🎒 Sainte-Feyre dans la est le village à découvrir dans . & Benoît Ligneau vous y att… https://t.co/i6xP2PXGsk
07:54France : Don du sang, une fréquentation en dents de scie -> https://t.co/tMk4rjPMwH
07:51 débat -Claude Leblois - -Vienne : Le oui mais du conseil départemental au grand débat -> https://t.co/2unGKm8epg
07:49France : Deux temps pour échanger sur la "fascisation" au Brésil -> https://t.co/FYn44xEO10
07:45Région : Métier : chirurgien du livre -> https://t.co/YnXfbNkbiB

Ras-le-bol et inquiétudes à la Poste

Social

Depuis la réorganisation du 5 février, rien ne va plus à La Poste briviste. C’est pour porter leur cri d’alarme auprès des usagers qu’une dizaine d’agents ont dressé une tente devant leur bureau hier, recueillant signatures et messages d’encouragements.
«Les agents ne finissent plus à l’heure en fin de service, car il n’y a plus aucun moyen humain. Certains bureaux ne désemplissent pas de la journée, ce qui entraîne une file d’attente permanente avec des incivilités» explique Jean-François Chaudières, secrétaire de la CGT FAPT.
Au bureau Anatole France la semaine dernière, une agression a même eu lieu, nécessitant l’intervention des forces de police, «et c’est de plus en plus récurrent».
Une réelle souffrance au travail
La raison de ces dysfonctionnements qui poussent des usagers à devenir agressifs se trouve selon lui dans la logique de gestion des ressources humaines : non remplacement des départs en retraite, horaires fluctuants, inadéquation des profils des intérimaires remplaçants...
Pour mieux se rendre compte de la situation, une titulaire (qui a tenu à rester anonyme par peur de représailles en interne) propose de parler de ce qu’elle vit au quotidien depuis plusieurs mois. «Après la réorganisation, j’ai un poste très inconfortable : je fais trois bureaux sur trois semaines. Le matin dans une agence, l’après-midi dans une ou deux autres. C’est difficile par rapport à mon âge, je suis en fin de carrière». Contrainte de faire des dépassements d’horaires systématiques car elle est fière «d’avoir une conscience professionnelle», elle met en avant ses 33 ans de métiers qui ne lui octroient aucun avantage. «Il y a une réelle souffrance au travail, je ne suis pas seule. Comme je l’ai dit à la médecine du travail l’autre jour, je passe la semaine à travailler avec des collègues aux yeux rouges. Tout le monde craque ! Et il n’y a pas de dialogue descendant avec la hiérarchie : ils ne nous écoutent pas et ne nous respectent pas».
Seule éclaircie au tableau pour cette journée, les agents ont été reçus en fin de matinée à la mairie par le secrétaire du cabinet du maire. «Il nous a écoutés et a dit qu’il allait faire remonter tout ça au maire. Apparemment il n’avait pas eu les 700 pétitions que nous lui avions envoyées il y a plus de deux mois. Mais surtout, ce que nous avons demandé c’est d’avoir le soutien des élus, et de rouvrir le bureau à Pierre-Semard et d’avoir des moyens supplémentaires» raconte Jean-François Chaudières, sans toutefois se faire beaucoup d’illusions. «On sait bien ce qui va se passer après : pas grand chose. Mais au moins on nous a reçus et écoutés, c’est assez rare pour être signalé, surtout sur Brive».
Vladimir Fouillade