Fil info
07:43Région : Pas de justice environnementale sans justice sociale -> https://t.co/1YXHqy5mps
23:24Dans la brume d'un matin, la quiétude du patelin, vas subitement être troublée, par le passage éphémère du train, à… https://t.co/N3cs7thY5c
19:36Région : Pas de justice environnementale sans justice sociale -> https://t.co/UA5mJQ5Xuy
19:04Châteauroux : Une centaine de marcheurs pour le climat -> https://t.co/HZfjdm59wj
19:03Indre : Téléthon : 47 055 euros récoltés dans l’Indre au 36 37 -> https://t.co/8ZjSgzVifY
19:02Indre : Gilets jaunes : 500 sous la pluie -> https://t.co/BnP7ygfor3
18:43# # - -Vienne : Un espace dédié à la jeunesse -> https://t.co/zvhtWrDsQz
18:42Brive-la-Gaillarde : Une avenue à côté de la plaque pour la LDH | L'Echo https://t.co/iZEN0mUs2L via
18:42Corrèze : Des chutes d'eau extraordinaires au barrage du Chastang | L'Echo https://t.co/LaGqDYxpkx via
18:38# # - -Vienne : Un Téléthon marqué par la pluie et les mouvements sociaux -> https://t.co/rGqDu5mjBP
18:11Périgueux : La saison des truffes est ouverte -> https://t.co/d90ExcPOij
18:07Dordogne : La voiture de Jacqueline Dubois et celle de son époux incendiées -> https://t.co/AiizANR4TZ
18:07La Sainte-Barbe du centre de secours Maurice-Lebon à Guéret était l’occasion, outre la passation de commandement en… https://t.co/dMQzMy3oc5
18:01Dordogne : Les Gilets jaunes demandent à être enfin entendus -> https://t.co/HAF2OIwRUr
18:00Dordogne : Ils ont marché pour le climat -> https://t.co/w41a9zDeLV
17:57Sarlat-la-Canéda : La fin d’une époque pour Majuscule -> https://t.co/dTt7fRn2UJ
17:23France : Ligne Limoges-Ussel -> https://t.co/SJWMWJo3Uf
17:20# # - -Vienne : Des Gilets jaunes dans l’attente -> https://t.co/2Qab5JramC
17:09Région : La gare de Limoges «bouclée» -> https://t.co/Q30Xdy1YCS
17:00Région : Marche pour le climat: la gare de Limoges «bouclée» | L'Echo https://t.co/jacK0BRELN via
16:59Région : Marche pour le climat: la gare de Limoges «bouclée» | L'Echo https://t.co/4prmNAbd6v via
16:57Région : Marche pour le climat: la gare de Limoges «bouclée» | L'Echo https://t.co/1D2y4CGXUG via
16:56Région : Marche pour le climat: la gare de Limoges «bouclée» -> https://t.co/N3tyxfvUeh
16:47 ça vous dirait de soutenir un projet agricole et ? - > https://t.co/6A6WjbdUC2
14:37Dordogne : Le PCF au cœur des luttes -> https://t.co/H9VcVEashq

Auberge espagnole et mini jardins

Artisanat

Flavie Ramshorn a ouvert une boutique dans le centre historique. Elle y expose ses créations de jardins autonomes sous verre créées sur place ainsi que d’autres curiosités.  

Observer un écosystème entier sans avoir à quitter son salon ou déployer des compétences de botanistes, c’est en substance ce que propose Flavie Ramshorn dans sa boutique installée rue Elie-Breuil.
Une boutique-atelier qui a pris racine depuis deux mois dans des locaux chargés d’histoires, longtemps tenus par des bouquinistes.
Son histoire, Flavie Ramshorn ne la couche pas dans des livres mais dans des bocaux où les mots ont été remplacés par des plantes. En résulte des petits jardins autonomes sous verre comme des fenêtres ouvertes sur des mondes intérieurs.
Cette passion pour les terrariums, la jeune femme l’a développée à la lecture d’un article il y a plusieurs années. «Un homme ne sachant plus quoi faire d’une dame-jeanne à décidé d’y jeter trois graines et de la refermer. Plusieurs années après, une vraie jungle s’y était développée sans y avoir touché». Aussi intriguée que séduite par cette expérience Flavie Ramshorn décide de se lancer dans l’aventure.
Après 16 années passées à Paris, elle quitte la capitale pour un virage à 180 degrés pour retrouver sa ville natale. Son bocal personnel pour son propre épanouissement ?
Toujours est-il que Flavie Ramshorn de retour sur son substrat de naissance y développe ceux de ces jardins miniatures.
«J’en ai fait 5 puis dix avant de faire une exposition pour avoir un premier retour sur mon travail. J’ai tout vendu. J’ai alors recommencé et rebelote j’ai encore tout vendu» explique la désormais personne à la tête de Mi Casita.
Mais avant de s'installer rue Elie-Breuil, la créatrice végétale est passée par un incubateur : celui de la boutique éphémère.  «Après plus de 10 ans de salariat, j’étais plutôt anxieuse à l’idée d’ouvrir une boutique permanente, par les coûts, l’investissement, la peur de ne pas rentrer d’argent»  explique-t-elle. Après une expérience de trois semaines, la créatrice de terrariums est rassurée. «Les gens étaient curieux, ils posaient plein de questions et j’ai plutôt bien vendu».
Ces retours clients positifs ont donc poussé la créatrice à passer du mode hors-sol à une installation permanente.  
à ses terrariums créés sur place, la nouvelle occupante des lieux a aussi associé une «sélection» d’objets vintages des années 50 / 60 pour renforcer un peu plus l’univers hors du temps de sa Casita qu’elle ouvre aux chineurs.
De son passage en boutique éphémère, Flavie Ramshorn a aussi conservé le partage de l’espace en invitant d’autres créateurs d’ici et d’ailleurs à s’exposer entre ses murs. On y retrouve les sculptures de Christian Cébé, les cahiers de Constance, un sérigraphiste berlinois et d’autres qui  forment une insolite auberge espagnole chaleureuse où s’épanouissent plantes sous verre et autres curiosités.   
Lorsqu’on pousse la porte de ce «concept store»  on n’en comprend que mieux le nom. Car dans cette petite maison singulière du centre ville l’évocation de mi Casita suit l’expression : es tu casita.
Ouvert du mardi au vendredi de 12h30 à 19h et samedi de 10h30 à 19h.

Mathieu Andreau