Fil info
22:51France : Incendie mortel au cœur de la très chic station de Courchevel 1850 -> https://t.co/sBRlGn7zCY
22:49France : Psychiatrie : les personnels réclament de l’« humain » -> https://t.co/ep9TC7WLTV
19:18Indre : La France insoumise mise sur le local pour les européennes -> https://t.co/boPSjSWLVr
19:17Châteauroux : Une nouvelle directrice à l’APF pour la nouvelle année -> https://t.co/Y2x7USruik
19:14Indre : Acte X : des bougies en hommage, le débat vu comme de l'enfumage -> https://t.co/iOaN9LyXXE
18:17Comme chaque samedi depuis le 17 novembre, les gilets jaunes du sud de la Creuse se réunissent au carrefour de La S… https://t.co/WE4SAyCyxH
18:13Dordogne : Grand débat national, élections, les ambitions des marcheurs -> https://t.co/KAyNcQGIfi
18:12Beynac-et-Cazenac : Les opposants à la déviation écrivent aux entrepreneurs -> https://t.co/XA5QWofgxk
18:04Saint-Léon-sur-l'Isle : Les communistes veulent relever les défis politiques de 2019 -> https://t.co/EgNM6OBsl2
18:01Périgueux : Une fête intimiste pour célébrer le diamant noir du Périgord -> https://t.co/BUw1rhrBLD
17:58Beauregard-de-Terrasson : Améliorer le quotidien -> https://t.co/dT6CtqKoYr
16:54Bergerac : Virage à gauche pour des vœux aux accents très politiques -> https://t.co/ABNDiVZAr3
14:20Nouveau succès pour la à la . Petits et grands lecteurs ont investi la bibliothèque jus… https://t.co/QzLAH8mNDd

Nos poubelles sont militantes

tri sélectif à la source

Le tri des déchets à la source sera une obligation pour les collectivités d’ici 2025. Les communes se doivent d’apporter à chaque citoyen des solutions adaptées pour permettre ce geste quotidien. En avril 2019, une troisième zone expérimentera la collecte de biodéchets.

Pour lancer cette nouvelle initiative qui emmènera la ville vers une collecte généralisée des biodéchets d’ici 2025, le SIRTOM et l’Agglo de Brive avaient invité les habitants des quartiers Breuil et Malecroix à une réunion publique mercredi soir à la salle Dumazaud. Une centaine de personnes ont répondu présent, curieuses de connaître exactement les modalités de la collecte de ces déchets dits fermentescibles. «Faire changer les habitudes est difficile. Il y a souvent des réticences mais ça n’est pas insurmontable» a assuré Daniel Fischer, élu de Malemort et délégué de l’Agglo pour l’ amélioration du changement des méthodes de collecte et du tri des déchets ménagers et assimilés, avant d’expliquer à l’assistance «Tous les déchets OMR sont brûlés alors qu’on peut valoriser le tiers avec des coûts de traitement deux fois moins importants. Nous devons faire cet effort pour l’environnement, pour nos enfants. Ce sera un beau geste» a complété l’élu, remplissant là idéalement son rôle. «En un an, sur un seul quartier nous avons collecté 100 tonnes de biodéchets soit 5 semi-remorques qui ne sont pas allés à l’incinérateur. Quand on sait que le coût de la tonne d’incinération s’élève à 110 euros, on voit là les économies engendrées pour la collectivité» a-t-il encore appuyé. Philippe Delpeuch, directeur du SIRTOM, de conforter ces propos en désignant les déchets, non plus comme tels mais en les envisageant comme des «produits» avec l’ambition de les valoriser selon trois objectifs : «Maîtriser les coûts de gestion, améliorer la qualité de l’environnement, changer le regard sur les déchets». Quand bien même les déchets deviennent des euros, il ne s’agit pourtant pas d’en produire plus pour gagner plus mais bel et bien de jeter moins voire pas du tout ou sinon mieux.

Des ambassadeurs pour guider les 1er pas

Pour connaître les bons gestes au quotidien et s’assurer que les choses ne virent pas au cauchemar, Anaïs, Martine et Gianni, tous trois ambassadeurs du tri, sonneront aux portes des habitations afin de transmettre les principes de bases, répondre aux questions et calmer les inquiétudes. Mouches et asticots seront-ils légion dans nos pavillons ? Le tri à la source ne va pas sans un matériel adéquat. Les foyers seront équipés de bio-seaux ajourés avec poches de papier kraft. Une centaine de poches seront fournies au départ puis à la demande, selon l’utilisation de chacun. Le tout sera accompagné d’un bac de 60 litres à sortir tous les 15 jours avec son bac jaune, qui recevra pour sa part et dorénavant, pots de yaourts et emballages plastiques. Le papier sera comme le verre en apport volontaires dans les bornes ad-hoc dont une centaine de bleues seront installées courant du mois à proximité de celles dédiées au verre.  Un calendrier annuel de ramassage sera établi pour informer des jours de collecte des fermentescibles. «Si vous compostez déjà de façon individuelle, l’idée est de ne surtout pas arrêter ! L’avantage du collectif c’est que vous pourrez mettre les restes de viandes, poissons, coquillages dans les bio-seaux» encourage Daniel Fischer tout en précisant que le choix des containers de 60 litres s’est décidé en partenariat avec «les ripeurs» (néologisme pour éboueurs) afin de préserver la mécanisation du ramassage et de fait,  le confort de cet honorable métier.

Un numéro vert pour poser des questions particulières : 0800 204 054.