Fil info
19:12Champagne-et-Fontaine : un enfant de quatre ans a été grièvement blessé ce soir vers 17 h en chutant d'une dizaine… https://t.co/9QZLJisaw5
19:09RT : ⚡️La est placée en aux orages à partir de 19h. Soyez particulièrement prudent lors… https://t.co/VR6F6KCSUU
19:07Sarlat-la-Canéda : Une mobilisation sans faille pour une famille serbe -> https://t.co/M4ps8gHhar
18:54Valençay : Jacky Chichery a dédicacé son livre à la médiathèque -> https://t.co/Msw7uErCvL
18:50Région : Le renouveau du monde rural -> https://t.co/En8l6pHZjg
18:49Saint-Gaultier : La cité galtoise reçoit le trophée « commune la plus sportive » -> https://t.co/XNcGI7vWHE
18:47Châteauroux : Le PS lance sa campagne « sociale et écologique » -> https://t.co/5zwb1Y14RW
18:44Châteauroux : Des laboratoires flambant neufs -> https://t.co/MW6TqseoFq
16:59Sarlat-la-Canéda : Une année exceptionnelle pour le Festival de Théâtre -> https://t.co/TtLZiynL1I
16:07 Le préfet s'est rendu ensuite dans les locaux de Rivet presse Édition qui imprime à le qu… https://t.co/CeuSvsfmID
15:53Presse et entreprise 🗞️ | Créé depuis 1943, est diffusé sur 5 départements. Seymour MORSY, préfe… https://t.co/vUpsc14zy4
11:43Bergerac : Incendie rue Neuve-d'Argenson -> https://t.co/KQC83d8gJA
11:38Périgueux : Premières rencontres du sport en entreprise à Périgueux -> https://t.co/PKGCtco2io
11:01 merci !
10:51Terrasson-Lavilledieu : L'incendie anéantit la moitié de sa récolte de noix -> https://t.co/6IyG2x8IXu
09:24Tulle : Le Sporting joue contre le cancer -> https://t.co/nKYRX7vLU5
09:09 L'hôpital local de va contracter 1 emprunt d'une dizaine de M€ pour sa reconstruction que… https://t.co/mmglrGVNe6
08:58Saint-Astier : Thierry Boissinot mènera un chantier à 11,6 M€ -> https://t.co/GAH95YtOUD
07:34# # - -Vienne : Municipales, «Limoges au cœur» officiellement lancée autour de Emile Roger Lombertie -> https://t.co/Ryiwnh60P7
07:31# # - -Vienne : Le préfet dans nos murs -> https://t.co/4yRgdW0rBk
07:28# # - -Vienne : Le quotidien d’un club sportif de banlieue -> https://t.co/H9J0PZ7PSE
07:25Région : FuturoWeen, l’Halloween familial du Futuroscope -> https://t.co/V32Bftjlt8
07:23Région : La grogne paysanne en suspens -> https://t.co/up6smLfsiQ
00:39le mouvement de la paix 19 soutient ; participez à la souscription https://t.co/DN1ipfEcB3
23:30 Le sociologue de la de à jeudi 24 oct à l'invitation du et de… https://t.co/6ADygJ1kE6
23:23Périgueux : Le sociologue de la famille François de Singly en réunion publique -> https://t.co/cTxdajcmVp
20:42Bergerac : Fin de contrats, chômage partiel... Eurenco serait-elle en sursis ? | L'Echo https://t.co/LEiCcanePU via

Lavoisier mobilisé pour préserver un enseignement de qualité

Social

Hier, en début d’après-midi,  le personnel et les élèves du lycée Lavoisier, à Brive, étaient rassemblés dans la cour pour protester contre la baisse de la dotation globale horaire. Une baisse annoncée de 67 heures à la rentrée 2019. Ce qui augure des suppressions de postes et une dégradation considérable des conditions d’enseignement comme le résume Valérie Joliac, l’une des porte-parole pour l’ensemble des syndicats enseignants : «On pense à trois postes au moins susceptibles d’être supprimés pour la rentrée prochaine. Ça va impacter l’organisation qui a été menée dans l’établissement depuis plusieurs années. On va être obligé de repartir à zéro. Le soutien sera mis à mal, les dédoublements de classes rendus
impossibles. La sécurité des ateliers également. Si on se retrouve avec des groupes de 17 élèves au lieu de 10, les choses sont différentes. Les  conditions de travail pour la rentrée 2019 seront absolument déplorables. Notre direction essaie de faire pour le mieux. Elle tente de mettre en
place une répartition intéressante mais avec si peu de moyen, c’est impossible».
C’est une diminution de 10% d’heures allouées par rapport à 2018 qui a été annoncée par le rectorat, justifiée par des statistiques. Neuf élèves en moins à la rentrée 2019 égal 67 heures supprimées pour l’établissement.
L’ensemble du lycée a choisi de se mobiliser le jour de la visite des inspecteurs généraux pour exprimer leur mécontentement face à ce choix basé sur des prévisions infondées aux yeux des enseignants. Ils n’ont pas hésité à voir les choses en grand avec une installation faite pour être bien en vue sur les réseaux sociaux : une carcasse d’automobile surélevée, des silhouettes métalliques sur socle arborant une cible sur le poitrail, des banderoles revendicatives, les savoir-faire du lycée étaient mis en avant.

Des filières industrielles demandées

«On ne comprend pas les statistiques du ministère et du rectorat. Aujourd’hui en seconde, j’ai 22 élèves. Le rectorat estime qu’ils seront 18 en Première l’année prochaine. On ne sait pas pourquoi !» donne en exemple Jérôme Faramond, professeur en chaudronnerie. Les disciplines industrielles risquent de pâtir de cette perte d’heures alors même que ce secteur est en recherche de personnes compétentes et que le lycée
Lavoisier maintient ses effectifs d’élèves.  «Il y a trois ans, on avait des effectifs de 15 élèves alors que l’industrie n’arrêtait pas de nous dire  «Mais nous on a pas assez de jeunes formés, prenez-en d’avantage». On avait des demandes. L’équipe éducative, appuyée de nos députés, a réussi à obtenir le doublement de la classe avec 22 élèves voire 24. Ce qui nous permettait de fournir le tissu industriel. Mais maintenant, on ne nous a pas mis les moyens en face. On nous a dédoublé l’atelier, certes mais les classes en enseignement général se voient avec 25 élèves par classe. Les moyens ne sont pas venus avec» déplore l’enseignant. Et il semble qu’ils ne seront toujours pas raccords avec la réalité des filières professionnelles alors qu’ils sont nécessaires pour assurer une transmission de qualité et la sécurité des élèves.
«Imaginez 1000 m2 d’atelier, le professeur à l’opposé, des élèves «foufous» qui arrivent du collège, qui n’ont pas toujours été les
premiers de la classe et qui vont tenter des expériences sur des machines outil de plus de 60 tonnes... Voilà ce qui peut arriver !» s’alarme, à raison,
Jérôme Faramond.

Des élèves conscients

Théo et Yanis ont 15 ans. Ils sont en seconde TCI (Technicien en chaudronnerie industrielle). «On se rend compte qu’on va perdre un professeur. Sur 22 élèves, perdre un professeur c’est impossible. Déjà avec deux, gérer les 22 élèves, c’est difficile. Avec un seul, c’est inimaginable. On pourra pas s’en sortir. C’est un métier qu’on apprend, qui est recherché en France, qui est en train de se perdre. Pour moi, c’est pas possible qu’on nous enlève un professeur» témoigne Théo. «On emploie des machines qui demandent l’assistance d’un professeur. S’il n’y en a plus qu’un, ça devient très dangereux. On augmente les risques de se blesser. La qualité de l’enseignement est moindre parce qu’on a moins d’assistance. C’est
vraiment important d’avoir deux professeurs» ajoute Yanis. Il en va de même pour l’atelier de la filière mécanique.
«Notre établissement est reconnu jusqu’ici pour la qualité de ses formations, le sérieux de son encadrement, et l’aide pédagogique et éducative engagée auprès des élèves, notamment ceux en difficulté. C’est tout cela qui est menacé aujourd’hui» stipulent les personnels du lycée Lavoisier dans leur communiqué.
Une audience a été demandée par courrier auprès de la Rectrice de l’Académie. Un comité technique académique se tenait à Limoges en parallèle de la manifestation du lycée briviste. Un conseil d’administration de l’établissement aura lieu le 4 février prochain où la question sera examinée de près.
Tous attendent «une dotation globale horaire à la hauteur des besoins de [leurs] élèves».

Sabine Parisot

Air Jordan IV 4 Shoes