Fil info
11:39RT : Avec les postier.e.s en lutte à devant le centre de tri… https://t.co/RcjvkQ1Pkw
11:08Incompréhensible cluzel!!! Région : L’ARS ferme le centre expert autisme du Limousin | L'Echo https://t.co/bjaDRaLYnY via
07:59Région : Dépôt de bilan de l’entreprise de porcelaine J.l. Coquet à Saint-Léonard -> https://t.co/PHjZHN9Cjk
07:35# # - -Vienne : Tati Limoges reste ouvert et change d’enseigne -> https://t.co/2hwwgiUo7O
07:33France : «Le labyrinthe de la Voix» sillonne la porte océane -> https://t.co/lWpldLZ5Bs
07:30France : Limousine Park, moins cher, plus interactif -> https://t.co/reUfVzI2SL
07:26Région : Contre les punaises de lit : notre meilleur ami, le chien -> https://t.co/dv2rPSJqZE

La nécessité de filmer ici ou là

Rencontres du Moyen Métrage à Brive

Le cinéma Rex a plié rideaux et tapis rouges des seizièmes Rencontres Internationales du Moyen Métrage. Un format qui
montre toujours la belle liberté d’expression chez les cinéastes que les «faiseurs de Longs» affectionnent. Une édition toute en émotions.

Les Rencontres du Moyen Métrage, six jours où le cinéma  passe en mode laboratoire. Ce cinéma qui nous titille le cœur, chamboule l’esprit ou actionne nos méninges est plein du mystère de la création. Au bout l’écran, le fauteuil rouge, le spectateur. Mais avant, ça se passe comment ?
Ces Rencontres ont été, une fois encore, une invitation à plonger dans cet univers tout à la fois à part et intime. Autour des 22 films en compétition, séances spéciales, ciné-concert et tables rondes donnent à vivre le cinéma autrement. Le dialogue entre réalisateurs est toujours un moment prévilégié pour comprendre les différentes étapes de création, de l’écriture au montage en passant par le tournage et le casting.  Thierry de Peretti avait invité cette année Mati Diop à converser autour de leur métier. Tous deux sont passés au long métrage très récemment. Si la question de l’économie du film finit toujours par être posée, les tourmentes et les joies évoquées, celle de la cruciale «nécessité» de faire du cinéma reste incontournable. Là advient, chez ces deux créateurs, la notion de «territoire». Thierry de Peretti est homme de théâtre, ses deux premiers films se déroulent en Corse, son île. Son
prochain quittera son fief (une première) pour investir un milieu, celui des stups et des trafiquants de drogues. Il s’interroge «où sont les récits qui méritent le cinéma ? Où sont les territoires qui ont un réservoir de fictions ?»
Mati Diop vient de monter son premier long. Le tournage s’est déroulé à Dakar, sa terre paternelle. «Je suis de Paris mais l’ailleurs d’où je viens m’habite en permanence. C’est un moteur important, un mélange entre désir, nécessité et manque. J’ai grandi dans un cinéma blanc avec très peu de films où l’on voit des acteurs noirs» exposera Mati Diop. Agir ici et non ailleurs pour dire et montrer la vérité d’un coin du monde. «Une nécessité» à révéler à ses contemporains. Une contribution pour faire avancer les imaginaires collectifs parfois coincés dans des paysages folkloriques.
Thierry de Peretti et Mati Diop partagent l’idée d’un «cinéma de troupe» où la création et les idées seraient privilégiées au strict mais obligé plan de travail ; «où l’on pourrait revenir au tournage pendant le montage. Il faudrait inventer des modèles économiques qui permettent ça». Elsa Charbit, déléguée générale du festival de conclure l’échange «Le moyen métrage reste un format de film qui permet cette liberté précieuse».

Une dernière séance

«C’est un énorme crève-cœur de quitter le festival. C’est un endroit assez exceptionnel. Depuis qu’il a été créé, ce festival garde son échelle humaine avec énormément de sens, énormément de rencontres. C’est vraiment les Rencontres du Moyen Métrage. Ce nom n’est pas volé. Tout est là pour favoriser la générosité et la transmission» affirme celle qui travaille à la sélection des films depuis 2015. Elsa Charbit reprend la direction d’un autre festival. Les Entrevues de Belfort. Un départ qui aura valu quelques larmes versées lors de la cérémonie de remise des Prix dimanche soir.

Le palmarès 2019

Grand Prix D’un château l’autre de Emmanuel Marre
Prix du Jury ex-aequo Vie et mort d’Óscar Pérez de Romain Champalaune & Juste un jeu de Daniela Lanzuisi
Prix du Jury Jeunes ex-aequo : Akaboum de Manon Vila & Daniel fait face de Marine Atlan
Prix du Public Le Chant d’Ahmed de Foued Mansour
Prix spécial Ciné+ ex-aequo : Daniel fait face de Marine Atlan & Braquer Poitiers de Claude Schmitz
Prix de la Distribution Topo y Wera de Jean-Charles Hue
Concours Scénario Je n’embrasse pas les images de Pascal Hamant
Prix Maison du film  remis pour le projet, Youssou et Malek de Simon Frenay

Mention Spéciale

Concours Scénario   Le Varou de Marie Heyse et La Soeur de DiCaprio de Lucie Anton

Air Max 90 Ultra BR