Fil info
22:14 La Corrèze s'incline devant son groupe préféré https://t.co/SHfLEErjCG
20:51 Trop de places assises vendues ce soir pour le concert aux Trois Provinces. Les organis… https://t.co/KMqLYwzL2K
20:46 . Trop de places assises vendues... Les organisateurs demandent à ce que les plus… https://t.co/tvs7v12Ers
20:01 Salle comble ce samedi soir à salle des Trois Provinces. 4000 personnes venues de toute… https://t.co/b2kedDQSTH
17:55Creuse : Le tabou du mal-être paysan | L'Echo https://t.co/Bjy7a3Guk5 via
13:00Région : Le chocolat, un produit courant et pourtant si méconnu | L'Echo https://t.co/yBddTy4LcE via

Par delà le réel !

Exposition

L’artiste Mika Dominguez expose au centre culturel son monde en surimpression jusqu’au 30 avril. Le plasticien francilien animera également une conférence sur sa vision de l’esthétisme à Cultura le 20 avril prochain.
Le monde en surimpression de Mika Dominguez n’est pas inconnu des Brivistes. Il ne l’est plus non plus du petit monde de l’art.
Après une première exposition en terres gaillardes au Majour à l’été 2017 (relire notre article) suivie d’une autre au début 2018 au Grand-Hôtel, les œuvres du plasticien ont depuis su capter des regards cosmopolites à Paris, New-York et bientôt en Corée.
Pas question pour autant de succomber aux sirènes d’une internationalisation à tout crin pour celui qui à longuement hésiter à faire voyager ses œuvres. «La culture elle doit être partout et certainement pas qu’à Paris».
De retour à Brive, Mika Dominguez expose 18 des ses œuvres au centre culturel. Dix-huit clichés multiples comme autant de portes d’entrées vers une autre vision du réel créant un moment de flottement entre la réalité et l’imaginaire.

L'art dans le sang !

Un sens esthétique et une technique pour lesquels l’artiste a passé deux longues années avant d’en maîtriser les subtilités pour s’imposer chef de file «d’un courant qui n’existait pas à proprement parler». Car pour cet artiste plasticien qui cherche à voir au delà de l’objet,  «tout est matière».
Et derrière ce travail en surimpression se cache quelque chose de plus profond qui a de tout temps animé l’artiste avant même qu’il ne le devienne.
«L’art, ça m’est tombé dessus» résume l’intéressé baigné depuis sa plus tendre enfance par le théâtre, mais aussi la musique ou la danse.
En filigrane de ces œuvres combinant des points de vue pour en faire surgir de nouveaux, un processus  atypique par lequel la création n’est plus une finalité mais un point d’étape vers une nouvelle représentation du monde. Un mouvement perpétuel par lequel l’œuvre crée d’autres œuvres.
Pour son prochain projet, l’artiste est d'ailleurs en train d’imaginer un autre concept novateur : une sculpture façonnée par ses propres acides corporels.
Une création «de manière organique» par lequel l’art devient littéralement viscéral !
Mika Dominguez sera de retour à Brive le samedi 20 avril pour animer une conférence sur sa vision esthétique à l’espace Alain-Gazeau de Cultura à 15 heures.