Fil info
22:40 Garder la mémoire pour soutenir notre tête !
21:33RT : Élections européennes : en Dordogne, les premiers résultats tombés donnent tous le RN en tête. Mauvaise soirée...
20:10RT : Tulle : bureau Latreille À où a voté François Hollande. Résultats : LREM 88 voix ; RN 65 voix ; PS 59 voix... Derr… https://t.co/mb1zchRGEP
19:54Châteauroux : Les lauréats Escapages désignés après une année de folles lectures -> https://t.co/L0Vj5HGXEk
19:49Châteauroux : L214 alerte sur le poids climatique de la viande -> https://t.co/tOeR7S7USK
19:47Le Blanc : Système de santé : chronique d’un « désastre annoncé » -> https://t.co/7zFDM3eJQx
19:45La Châtre-Langlin : Les « vieilles grands-mères » font recette -> https://t.co/ALcryrABfA
18:52Périgueux : Le climat a besoin du ferroviaire -> https://t.co/0m4H9LPq7M
18:49Périgueux : 220 Périgourdins ont défilé pour défendre l’avenir -> https://t.co/dmol3fv1uf
16:49 En espérant qu'ils ont rempli leur devoir de citoyen avant !
15:12Corrèze : Le tourisme à la mode virtuelle -> https://t.co/ETYmnaKlXZ
14:10 Toujours, toujours ✌️✌️
14:01 Il est sérieux monsieur le maire
12:43Élections européennes : le taux de participation à midi en Dordogne est de 25,06 % (contre 19,59 % en 2014 et 16,44 % en 2009).
06:30[Revue de Presse] Ça se passait comme ça à … Procès : les salariés n’ont rien oublié ! De p… https://t.co/SH46Xxvdal

Cultiver la forêt dans la durée

Bois

L’assemblée générale de la coopérative forestière Alliance Forêts Bois, Section Limousin s’est déroulée hier au centre sportif de Bugeat. Le  directeur général de groupe Stéphane Vieban a parlé à ses adhérents de stratégie de développement, de défis, de changement climatique,  d’adaptation et du rôle central de la forêt.

Le premier groupe coopératif forestier du pays poursuit son développement en s’adaptant à différents  défis dont celui du changement climatique.
Devant une centaine d’adhérents de la Section Limousin du groupe Alliance Forêts Bois, le directeur général Stéphane Vieban  se voulait rassurant et positif : «On fait bien de la gestion durable quoi qu’en disent certains», en insistant sur le taux de bois certifié PEFC/FSC* en Limousin de 87%.
Il est vrai qu’au cœur du plateau de Millevaches, le moral des forestiers et des professionnels  n’a pas toujours été au beau fixe.
A Bugeat, le projet d’usine à pellets torréfiés très controversé -que Stéphane Vieban considère comme non viable économiquement- a créé un climat délétère de tension. En décembre dernier un incendie criminel a touché l’entreprise forestière usselloise Mécafor qui en faisait les frais collatéraux de manière radicale. Sans oublier la polémique autour de l’élagage sur les bords de routes corréziennes piloté à vue par le Département qui gonflait jusqu’au niveau national. Bref, le contexte était particulièrement tendu sur le sujet du bois. Et le directeur général de rappeler hier l’existence d’une  pétition en ligne   et de ses 700 signatures réclamant l’interdiction des coupes rases. Justement, dans la salle, un forestier s’est interrogé sur le modèle de gestion des plantations et l’effet des coupes rases «qui lessivent les sols et fragilisent la biodiversité».

Sylvicultures adaptées

Le directeur général a répondu pragmatique  : «Il y a la question de la régénération naturelle, artificielle par plantation ou d’autres scénarios de cultures différentes. La réponse se fait au moment de la rédaction du plan de gestion, pas au moment de la plantation. Chez Alliance, il n’y a pas de mauvaises ou de bonnes sylvicultures. Ce sont des sylvicultures qui doivent être adaptées à la fois aux conditions stationnelles et à ce que veut  mettre en place le propriétaire. Nous aujourd’hui, on n’arrache pas les souches. On les arase, on les traite et on les laisse en place».
Plus globalement, Stéphane Vieban  porte la bonne  parole sylvicole face aux critiques et autres contre-vérités. «On a une super histoire à  raconter. On contribue à tout. On crée de la richesse. On stocke du carbone. On coche toutes les cases». Un résultat net de 1.199K€, 20M€ de CA en Limousin en 2018, la coopérative coche la case d’une bonne santé économique. De quoi attiser des  convoitises du côté des adhérents sur le prix d’achat du bois ? «Non. Il y a un choix politique. Le bois est payé au cours du marché. On a fait le choix de remise sur les prestations. On est des reboiseurs» justifie Stéphane Vieban.

Grand plan de reboisement

Dans les faits, sur le grand Ouest, la plantation annuelle est de 18,3 millions de plans sur 17.000 ha. En Limousin, les 240 ha reboisés pour le compte de 5.222 propriétaires forestiers génèrent 4.400 tonnes de CO2 stockés. Des plans en godets de Douglas en 200 et 300 cc ont circulé de mains en mains dans la salle. La coopérative développe un programme d’optimisation des techniques d’élevage et de transposition du Pin maritime vers le Douglas dont la génétique permet une bonne adaptation aux évolutions climatiques.
Le groupe s’active pour la mise en place d’un grand plan de reboisement en lien avec la région Nouvelle Aquitaine : «On ne replante pas assez. 25% de la forêt française est en Nouvelle Aquitaine.  Il faut reboiser 50.000 hectares en France. Il en faut au moins 10.000 en Nouvelle Aquitaine. Il faut qu’on ait cette ambition-là» annonce Stéphane Vieban.

Serge Hulpusch

(*) Ces certifications garantissent une gestion durable des forêts : respectueuse de l’environnement, socialement bénéfique et économiquement  viable. L’intégralité de la chaîne d’approvisionnement et de distribution doit détenir la certification pour garantir un produit certifié au consommateur final. La certification ne se limite pas à la simple gestion forestière. Elle permet de différencier les produits à base de bois issus de ces mêmes forêts par l’apposition d’un logo. Les deux systèmes sont contrôlés par un organisme indépendant.


Cours porteurs mais gare aux scolytes
Un commercial du groupe Alliance se félicite d’une conjonctureéconomique favorable : «Le marché est porteur et les prix sont bons». Ceci expliquerait le nombre de coupes que l’on voit se multiplier en Corrèze et dans le reste  du Limousin.  Mais un petit insecte ravageur pourrait altérer le marché.  Dans les forêts du nord-est de la France, en Allemagne, au nord de l’Europe, les attaques de scolytes causent d'importants dommages sur les peuplements d’épicéas. Le phénomène touche la région Auvergne-Rhône-Alpes et  le Limousin. Les professionnels se mobilisent pour lutter contre ce fléau  favorisé par le changement climatique. «Des coupes importantes de bois dans les pays touchés pourraient tirer les cours vers le bas» craint notre vendeur.


Le poids d’Alliance forêts bois
Alliance Forêts Bois est le premier groupe coopératif forestier de France créé et administré par des propriétaires forestiers privés. Il est présent sur tout le grand Ouest au service de 42.000 propriétaires forestiers adhérents, au travers de 13 agences territoriales et générant près de 2.000 emplois directs et induits.
Les chiffres clés du groupe Alliance en 2018 sont :
- 18,3 millions d’arbres plantés, soit 17.000 ha de reboisement
- 55.300 ha de travaux sylvicoles
- 3,2 millions de m3 de bois
mobilisés et commercialisés.
En Limousin en 2018
Alliance Forêts Bois c’est :
- 64 salariés et 132 emplois directs et induits
- 20 millions de chiffre d’affaire
- 1.075 chantiers réalisés
- 1.400 ha de travaux sylvicoles
- 240 ha de surfaces reboisées
- 289.400 arbres plantés
- 326.000m3 de bois mobilisés
- 87% de bois certifié PEFC/FSC