Fil info
09:51L toujours avec nous et dans notre ❤️ le faire vivre une urgence !! https://t.co/WkKC72f5CT
09:20Aujourd’hui jour de soutien à Sylvie postière à qui passe en conseil de discipline ✊🏼… https://t.co/eRtiBqNEM9
16:38Par contre, cette année, l' n'est plus là pour publier une photo de la commémoration au monument de l'e… https://t.co/euZNNcnbwt
14:55RT : Donner plutôt que vendre ou jeter, en quelques clics https://t.co/NbfaHrTj7k https://t.co/KCSKlGehoP
14:54RT : Séisme dans le sud-est : quatre blessés dont un grave (nouveau bilan préfectures) https://t.co/yxerv4pHvG
14:52RT : Après la démission d’Evo Morales, la Bolivie plonge dans l’inconnu https://t.co/bdeqjA64kS
14:48RT : Le commandant des forces armées avait exigé la démission de . Cette démission aux allures de coup d’Etat n’… https://t.co/p62tAQPYwp
14:47RT : « Le vinyle, on a commencé avec, on finit avec » : à Limoges, deux copains disquaires ont ouvert leur magasin il y… https://t.co/ZC45kNiNe2
14:40RT : Au lendemain des élections législatives qui ont vu un essor massif du parti fasciste Vox, des manifestants bloquent… https://t.co/CFZb5qTIrZ
14:38RT : Mardi 12 Novembre, disons stop à la précarité étudiante ! https://t.co/7gnj4omXPu
14:36RT : "Ce canard c'était un patrimoine, c'était le quotidien de la classe ouvrière" Georges Châtain, journaliste à l'écho… https://t.co/CTqnpWhBoL
14:35RT : Disparition de l'Echo Dordogne. Pour Germinal Peiro : "un signal inquiétant pour le pluralisme des idées (...) Il… https://t.co/UEaWHp8gIO
14:33RT : Hommage mérité pour une personne discrète et fidèle à la table de presse et à son métier de journaliste depuis tant… https://t.co/QnpGmShQ7q
14:27RT : Durant 33 ans, Gérard Raymond, mon ex-collègue du service des sports de n'a loupé qu'un seul match de ch… https://t.co/i34BFuY9RV

La commune se mobilise pour son école

Education

La fermeture envisagée d’une classe à l’école de Chanteix par l’Inspection d’académie à la rentrée prochaine  mobilise la population de la commune, ses élus et bien-au-delà. Un blocage de l’école est dans les clous...

Chanteix ne fait pas que chanter tout l’été. Elle sait aussi se mobiliser quand une cause la touche au plus près d’une identité sociale qu’elle affirme et construit depuis des décennies. Pouvoir vivre, travailler, apprendre, s’épanouir  en milieu rural, c’est possible mais pour se faire, il faut aussi des
services publics où on en a besoin. L’annonce en fin de semaine dernière de la possible fermeture d’une classe sur les deux que compte l’école de Chanteix a mis le feu aux poudres. D’autant plus que les arguments avancés par l’Inspection d’académie sont d’ordre purement mathématique. Si l’école perd deux élèves d’ici la rentrée prochaine, un poste sera supprimé. Ils sont 31 inscrits cette année et seraient seulement 28 élèves en septembre 2018. Place alors à une classe unique de cinq niveaux ! «C’est Ubu Roi. On veut fermer une école alors qu’on va avoir plus d’enfants dans les années qui viennent. C’est idiot. Et à l’école, ce n’est pas l’idiotie qu’on enseigne» s’insurge Jean-François Poumier, adjoint au maire de Chanteix, lors d’une réunion de mobilisation organisée hier soir. Effectivement, la commune a enregistré un nombre de naissances constant depuis 2015 avec 7 nouveaux-nés par an. Mais voilà, deux élèves vous manquent et tout peut être dépeuplé. Pas de chance non plus, l’école n’accueille les élèves qu’à partir de la Grande Section (5 ans). Il suffirait qu’une Petite ou Moyenne Section ouvre pour changer le ratio. Les parents d’élèves craignent que la fermeture d’une classe n’entraîne à moyen terme celle de l’école.
La fermeture d’une classe aurait pour conséquences la baisse des activités du Centre de Loisirs  communal  Lou Loubatou qui accueille des enfants scolarisés. Un poste serait menacé dans cette structure conventionnée avec 7 communes du pays de Tulle. «Il y en a marre de vouloir faire des économies sur tout. Payer un instit devant 10-12-15 élèves, ce n’est pas du gaspillage» s’agace Jean Mouzat, maire de Chanteix. Une mère de famille constatait sans les opposer : «Dans les zones prioritaires, 12 élèves par classe, c’est bien. Nous, 15 par classe, c’est pas assez»... Une autre rappelait son choix de vie «celui d’un  enseignement de qualité à taille humaine. Ma fille m’a demandé si  elle pourra rester dans l’école jusqu’en CM2. Ce n’est pas facile à vivre».
Depuis plusieurs jours, draps, pancartes ont fleuri un peu partout dans le bourg pour défendre l’école. Elus, parents d’élèves ne veulent pas rester les bras croisés. Les  slogans sont d’ores et déjà prêts : «Je suis une école rurale» ; «Touche pas à mon école» ; «Non à la fermeture de classe» ; «Je n’ai pas 5 ans, je ne compte pas» ; «Laissez-nous nos écoles de proximité»... Le   Collectif des parents d’élèves de Chanteix a mis une pétition en ligne sur change.org  qui a recueilli plus de 140 signatures. Des pétitions papier sont aussi accessibles dans la commune.
Le temps presse. Lundi prochain, l’IA-DASEN de la Corrèze a rendez-vous avec les maires concernés pas des fermetures. Il y aurait 9 postes en tout sur le département. Le collectif prévoit un blocage festif de l’école lundi ou mercredi matin : «Pour montrer qu’à Chanteix on y est bien et qu’on veut y rester». Dont action !

Serge Hulpusch

https://www.change.org/p/collectif-des-parents-d-%C3%A9l%C3%A8ves-de-cha...

air max 90 essential mens