Fil info
18:54Châteauroux : «Qu’on nous redonne des bras !» -> https://t.co/lAulfkh4fd
18:52Indre : 128 bébés décédés à la Martinerie retrouvent un nom -> https://t.co/QlDqPdl95C
17:19 y sera sur le stand arvmc : Les américains à chateauroux 1951-1967 de Mascle https://t.co/WM7iND8iBY

La ville honore Sarah Caryth

Une plaque à son nom a été dévoilée mardi après-midi dans une nouvelle rue, perpendiculaire au boulevard de la Valla.
Cette rue dessert un lotissement en cours de construction qui comprendra 47 logements en locatif et accession à la propriété. L’opération est conduite par l’OPAC : la livraison est prévue pour fin juin. D’ailleurs, l’emplacement actuel de la plaque n’est pas définitif. Trois rues desserviront le lotissement. La rue portera en fait le nom de la philosophe Simone Weil, la rue Sarah-Caryth sera celle qui se situe dans le prolongement mais qui est encore en travaux. La plaque a été dévoilée en avance afin de coïncider avec une conférence organisée le jour même par le Cercle Condorcet sur la célèbre dompteuse de fauves. Elle était animée par Isabelle Hannequart, universitaire, propriétaire de la maison où a vécu Sarah Caryth à Saint-Lactencin, et auteur d’une biographie qui lui est dédiée.
Isabelle Hannequart a tout naturellement été associée à cette inauguration de même que les membres du Cercle Condorcet, dont le président, Jackie Laurent. Le maire, Gil Avérous, a rappelé le parcours de Sarah Caryth née à Guéret dans la Creuse mais qui a grandi rue de la Gare chez ses grands-parents à Châteauroux, dans un milieu bourgeois dont elle s’est vite éloignée, peu attirée par « une vie confortable et conformiste ».
« À sa manière, Sarah Caryth a fait avancer la cause des femmes tout au long de sa vie du fait de son exigence de s’affranchir de la société bien-pensante de son époque », a-t-il souligné.  
Après avoir suivi des cours de danse, Sarah Caryth s’est produite sur la scène de nombreux cabarets parisiens. Elle a aussi beaucoup fréquenté les fêtes foraines de son temps où l’on trouvait encore des ménageries qui proposaient des numéros avec des fauves. Elle fut l’une des premières femmes de l’histoire du cirque à entrer dans la cage aux lions. Le maire a évoqué deux épisodes qui se sont déroulés à Châteauroux : la fois où elle a dansé quasi nue enroulée dans son python faisant scandale, et la fois où elle a fait poser trois dents en or à son lion Prince à l’Apollo.
Sarah Caryth s’est éteinte à la clinique Saint-François en 1979 et repose au cimetière Saint-Denis. Une commission municipale a été créée afin de réfléchir aux futurs noms de rue en privilégiant les femmes, car Châteauroux compte peu de rues avec des noms de femmes célèbres. La délibération avait été votée en mars 2016.
JMD

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.