Fil info
22:08RT : Lubersac : Rencontre émouvante des collégiens avec Robert Hébras -> https://t.co/N9Y5MvN4FI
20:17RT : Le Lardin-Saint-Lazare : Lecta louche sur les fonds publics -> https://t.co/adGIjN6a26
20:11Chamberet : La joie de vivre au pied des Monédières -> https://t.co/yLo4ihv04P
19:35Bassillac : « Un petit festival sympa où on mange bien » -> https://t.co/spTHoueJzs
19:04Le Blanc : Fermeture définitive de la maternité du Blanc : et après ? -> https://t.co/chckaG5H2K
19:03Châteauroux : L’atelier de la poisonnerie sort de ses murs -> https://t.co/2IFlEkNCZ6
19:00Bouesse : Guillaume Cotreau a été le plus véloce -> https://t.co/q9DqKKwsrt
19:00Saint-Marcel : [intégral] Le 37e borlot des vendanges dans la pure tradition pantagruélique -> https://t.co/OLfr1ANasO
18:44 Poste - : La Poste  rien n est arrange -> https://t.co/X1IVy2C5ao
18:13Sarlat-la-Canéda : Un comité de pilotage pour le centre de santé -> https://t.co/fJvoWY1wxE
18:11Périgueux : « Quand on aime les animaux, il faut les respecter » -> https://t.co/24fuwDp2yv
16:47La fête de la citrouille bat son plein à Saint-Laurent. https://t.co/iv2XTiXvZq
16:21Lubersac : Rencontre émouvante des collégiens avec Robert Hébras -> https://t.co/N9Y5MvN4FI
16:04Le Lardin-Saint-Lazare : Lecta louche sur les fonds publics -> https://t.co/adGIjN6a26

Hélier Cosson illumine le musée Bertrand de ses œuvres

Deux ans après la dernière exposition qui lui fut consacrée, le peintre Hélier Cosson (1897-1976) revient entre les murs du musée Bertrand avec ses portraits aux lumières incroyables qui racontent un peu la France d’autrefois.

Né promenade des capucins le 3 avril 1897 à Châteauroux, Hélier Cosson a d’abord tâté le cul des vaches avant de partir vers Paris, poussé par son talent et l’envie de peindre. À 16 ans, on lui dit qu’il sait déjà tout de son art. Il part alors dans les grandes cours européennes, immortaliser les monarques d’Angleterre, d’Espagne et même de Monaco plus tard, des personnes célèbres aussi comme le champion automobile de l’époque Louis Chiron. Il reviendra à Châteauroux pendant la Seconde Guerre mondiale, diminué par la maladie mais auréolé du prestige de peintre portraitiste. Sous l’ère Dechizeaux, il organisera une exposition dans l’ancien théâtre qui rencontrera un grand succès. Les gens devaient prendre rendez-vous pour se faire peindre le portrait. Pourtant à l’époque, il fallait compter un mois de salaire pour s’offrir un Hélier Cosson !
Jusqu’à la fin décembre, l’association des amis d’Hélier Cosson invite le public à venir découvrir les œuvres de ce peintre hors pair dont l’obsession pour la lumière le conduira à la cécité, à force d’observer le soleil sans jamais se protéger.
1 300 tableaux dans toute l’Europe
Peintre prolifique, il réalisera environ 1300 œuvres mais le nombre total est sûrement plus important car beaucoup de tableaux sont restés dans les familles. Pour les membres de l’association, c’est d’ailleurs le drame de cet artiste. Les tableaux étant appréciés, ils n’ont pas ou peu circulé. Il n’y a donc pas eu d’œuvres sur le marché de l’art et l’artiste est tombé dans l’oubli.
70 œuvres sont donc exposées jusqu’à la fin du mois au musée Bertrand, surtout des portraits et des pastels, quelques paysages également, prêtés par des collectionneurs privés mais aussi par le musée qui possède 44 œuvres de l’artiste. C’est Marc Wallerand, petit-neveu du peintre, qui en a fait don. « Comme je n’ai pas de descendant et que ma mère est aussi née ici, je trouvais normal de laisser les tableaux ici plutôt qu’à Paris. Et puis, il y a un intérêt pédagogique de montrer comment on peint des pastels. »
En parallèle de l’exposition, l’association des amis d’Hélier Cosson publie un catalogue qui regroupe 200 tableaux de l’artiste, un ouvrage réalisé et conçu par Anne-Marie Delloye-Thoumyre, responsable de l’association.

FR
« Hélier Cosson, artiste peintre 1897-1976 », musée Bertrand à Châteauroux, exposition du 2 au 31 décembre 2017. Entrée libre. Catalogue disponible chez Arcanes et Cultura.