Fil info
06:24 Le Conseil Départemental de la Corrèze a mis le paquet d’entrée pour couvrir tout son territoire!
00:36Ce chat a pris l'habitude de lire le journal. L' pourrait faire un effort... https://t.co/SNgBZRz4N5
23:21Corrèze : La fibre optique : c'est parti ! | L'Echo https://t.co/twYxAdSsmO via
22:39Super article de l', comme bien souvent d'ailleurs ! 🛫🎤🎶😎 https://t.co/GGQgIFPZOA
21:42Région : La crème de la race vers Paris. La sélection des animaux a eu lieu à https://t.co/BY18DwRcX7
21:20Région : La crème de la race vers Paris -> https://t.co/ABaltULCRS
20:10Périgueux : Des voeux à deux voix dissonantes -> https://t.co/eVILAE0fMt
18:33Châteauroux : Visite nocturne au conservatoire -> https://t.co/yrBYgC9N6s
18:32Indre : Maintien des vols vers Ajaccio, Nice et Londres -> https://t.co/l4YZu0z5b1
18:27RT : Arnac-Pompadour : La fleur de «selle» récompensée -> https://t.co/an1e1Mle37
18:27RT : Un député qui vote contre son propre amendement, une députée qui signe une tribune pour l’interdiction du… https://t.co/oEyzH77riA
18:09 Allez courage..
18:07Arnac-Pompadour : La fleur de «selle» récompensée -> https://t.co/an1e1Mle37
18:03Dordogne : « Le capitalisme est un ogre insatiable » -> https://t.co/jEjjS0J7tf
17:57Dordogne : Après l’incendie, le laboratoire se reconstruit petit à petit -> https://t.co/okrcmV2bG1
17:12Après Clandestino en 2017, le festival Check In Party réinvestira cet été l’aérodrome de Saint-Laurent pour trois j… https://t.co/vJ6vQ9fGVU
16:43Le Blanc : Le pôle dentisterie de l’hôpital étoffe son offre de soins -> https://t.co/MnW36zw1eN
16:42Carsac-Aillac : Un pôle médical en projet -> https://t.co/kphknlfHHW
16:42Argenton-sur-Creuse : Deux événements d’importance à l’agenda du Moto-Club -> https://t.co/yt4PY9EeA4
16:41Aigurande : Bingo géant in english please ! -> https://t.co/HWyBVeusx6
16:39Dordogne : La Maison de l’emploi privée de ses emplois ? -> https://t.co/mwQ5m9fRbm
16:35Indre : Les rendez-vous sportifs du week-end -> https://t.co/ReGaTxOnnM
16:04Corrèze : La fibre optique : c'est parti ! | L'Echo https://t.co/naFx0Ks6L1 via
15:57Corrèze : La fibre optique : c'est parti ! -> https://t.co/54JYA9EfjU
15:45Périgueux : Un nouveau trimestre aux accents éclectiques au Sans Réserve -> https://t.co/SBjZX1QGZT
15:44Périgueux : Concertation avec le personnel -> https://t.co/4PiDGj375E
15:38RT : Atelier chant avec une centaine de jeunes d' à l' Sophie Dessus avec et le… https://t.co/HiPInEJgs0
15:32Atelier chant avec une centaine de jeunes d' à l' Sophie Dessus avec et le… https://t.co/HiPInEJgs0
13:07RT : Colloque de l’incubateur de Limoges. Une salle attentive. Des interventions de qualité. Après Me Marie Golfier-Rouy… https://t.co/nGJfoZJ2CR

La volière de Napoléon s’envole pour une tournée des Amériques

Attendant son conditionnement pour voyager jusqu’au Canada où elle entamera une tournée des musées, la volière de Napoléon a été démontée en trois jours par deux restaurateurs spécialisés. Elle sera de retour en septembre 2019.

Objet emblématique des collections du musée de Châteauroux, considérée comme trésor national par les Musées de France, ramenée en 1840 par le général Bertrand sur « la Belle Poule » lors du rapatriement des cendres de Napoléon, la volière de Sainte-Hélène s'apprête à quitter son nid pour un long périple à travers les États-Unis.
Elle abandonne sa salle dédiée pour  le musée des Beaux-Arts de Montréal où elle sera exposée dans le cadre de l’exposition « Napoléon - Art et vie de cour au palais impérial », prévue jusqu’en mai 2018. Après cette première étape, elle sera installée à Richmond puis à Kansas City aux États-Unis, avant de revenir en France pour être exposée au Musée National du château de Fontainebleau. La volière devrait être de retour en septembre 2019 à Châteauroux.
Depuis lundi, deux restaurateurs du patrimoine, spécialisés dans les sculptures, s’affairent pour démonter l’immense cage en bambou, vieille de plus de 170 ans et dont la dernière intervention de restauration date de la fin des années 90. Le puzzle géant est constitué d’une centaine d’éléments qui parsèment maintenant trois salles du musée. Le conditionnement en caisse est prévu début janvier. Les deux spécialistes seront les seuls habilités pour la remonter et se déplaceront dans chaque lieu d’exposition outre-atlantique.
« Avant d’intervenir, il y a une longue période d’observation, explique l’un d’eux. C’est très fragile, il faut comprendre comment elle a été montée. Il faut  se creuser la tête même si elle a été fabriquée de manière à pouvoir être démontée. Au fil du temps, on voit qu’elle a été modifiée et rénovée. On distingue des traces de deux ou trois montages précédents. »
Au fur et à mesure de l’avancée, les restaurateurs photographient et consignent chaque pièce dans un registre informatique, pour établir une sorte de manuel de montage, en précisant l’ordre des pièces. D’ici le retour de la volière, le musée devra trouver un moyen de continuer à attirer le public avec sa collection, notamment le reliquaire de Vivan Denon et le Sakountala de Camille Claudel.
FR