Fil info
00:21Corrèze : La sculpture s'installe en pleine nature jusqu'au 23 juillet | L'Echo https://t.co/gvkVOiQeFE via
23:38France : Les syndicats agricoles réunis par Macron -> https://t.co/L3fgBJztod
23:36International : Israël : la Knesset vote le racisme d’État -> https://t.co/IBnged6nWB
23:34Région : Une certaine vision du service public -> https://t.co/SBSJItKgUW
21:05Cyclisme : Geraint Thomas gagne au sprint à l'Alpe d'Huez -> https://t.co/IdsdrsVO8t
20:50Périgueux : Table rase sur les services publics | L'Echo https://t.co/lTpdUYjk5T via
20:39Corrèze : La sculpture s'installe en pleine nature jusqu'au 23 juillet -> https://t.co/1RYpAAYfyE
18:58Châteauroux : [intégral] L’alphabet façon Ghe2toBlaster -> https://t.co/fO7oDLMchp
18:55Périgueux : Table rase sur les services publics -> https://t.co/aqdzO3YvCY
18:54Indre : Les Familles Rurales manquent d’aides à domicile -> https://t.co/JXSqdlxTG1
18:51Ambrault : Demain soir, rendez-vous pour la 5e édition de Bluesberry -> https://t.co/zCK67Oecok
18:50Salagnac : Ils vont vadrouiller en attendant La Grande Vadrouille -> https://t.co/vsYGdKsbZo
18:19RT : Surprise! Le gvt espagnol lutte pour enlever les restes de Franco de son mausolée. Mais les moines qui gèrent ce li… https://t.co/657GDNJp2D
18:18RT : La comparution est chaque fois un peu moins immédiate... Après un malaise le jour de la première audience, le 11 ju… https://t.co/RHCLwhV9oj
18:11La comparution est chaque fois un peu moins immédiate... Après un malaise le jour de la première audience, le 11 ju… https://t.co/RHCLwhV9oj
17:37RT : Ce Macron qui a privatisé l'équipe de France à son seul profit, c est le même qui a baissé de 7… https://t.co/S2NrXG0GLk
17:37RT : Visite ce matin de la préfète de la . Nous lui demandons un RV avec pour lui demander ce qu'il… https://t.co/SoaqhMd30z
17:35RT : Affaire , les réitèrent leur demande d’une commission d’enquête sur les violences qui ont eu li… https://t.co/P0mXDaKayi
16:04Lubersac : Yannick Icebe a rencontré les jeunes rugbymen stagiaires -> https://t.co/unH00Vgu6q
14:51RT : 19/07 grille Châteauroux ST SEBASTIEN Limoges https://t.co/AkBdJFGs4C . Pour le Vendredi 20 juillet, s… https://t.co/hoQP9TL9MI
14:50RT : Région : Brive : La pression monte chez Anovo -> https://t.co/NB01gLnPzC
14:50RT : Visite ce matin de la préfète de la . Nous lui demandons un RV avec pour lui demander ce qu'il… https://t.co/SoaqhMd30z
12:38RT : Affaire . J’avais déposé une commission d’enquête sur les incidents du 1er mai refusé par la majorité ⁦… https://t.co/bFWqBdcrqm
12:37RT : Insupportable ! On apprend ce soir que le collaborateur d’ Alexandre Benalla déguise en policier s’e… https://t.co/9S2GJNLAYh
12:37RT : A Nice Estrosi coupe l'eau aux SDF, des commerçants se mobilisent et leurs viennent en aide ... Ici Mme Baerts phar… https://t.co/1s39tHS4Qh

Carrefour : les actionnaires d’abord, les salariés dix fois après

Samedi, dans l’Indre comme dans toute la France, les supermarchés Carrefour ont été perturbés par une grève du personnel largement suivie visant à dénoncer « le plan de transformation » imaginé par Alexandre Bompard, PDG du groupe.

Ancien chantre de la mondialisation, le groupe Carrefour peine à relever le défi de la révolution copernicienne vécue par le secteur de la distribution : le changement de comportement des consommateurs et le virage technologique imposé à marche cadencée par le géant Amazon. Les résultats sont à la baisse. Le résultat opérationnel a chuté de 14,7% en France en 2017. Pour inverser la tendance, Alexandre Bompard, amiral du groupe depuis l’été 2017 auréolé de ses résultats à Europe 1 et à la Fnac, a dégainé début janvier « un plan de transformation », calqué sur ses précédents succès : des investissements financés par les suppressions de postes et la réduction des charges. Le PDG prévoit un investissement de 2,8 milliards d'euros sur cinq ans et la suppression en parallèle de 2 400 emplois au siège France et 2 300 dans les magasins.
Deuxième week-end de l’année en termes de chiffre d’affaires, autant dire que le week-end pascal était attendu par la direction. Patatras, les salariés du supermarché du centre-ville ont mis leur grain de sel. Installés aux deux entrées du magasin, ils faisaient signer des pétition et distribuaient des tracts aux clients qui dans leur grande majorité affichaient leur soutien. Car si les salariés doivent trinquer, il en va autrement pour les actionnaires. Leurs émoluments seront versés malgré les difficultés du groupe : 350 millions d’euros au bas mot. Pour atteindre ce chiffre, c’est la prime d’intéressement qui fond comme neige au soleil, divisée par dix.
Samedi matin, les salariés se sont donc mobilisés en nombre, une centaine, soit plus de la moitié des effectifs. « C’est la première fois que tous les secteurs sont touchés, souligne Sébastien Ramelet, délégué syndical FO et salarié depuis 2 000. Ce qui a mis le feu aux poudres, c’est la prime de participation de cinquante-sept euros. Les gens auraient été moins choqués s’ils avaient touché deux cents ou trois cents euros. Ils connaissent les difficultés qui existent depuis quatre ou cinq ans. Le plan annoncé touche le siège, les entrepôts et les magasins. On dénonce l’orientation globale que prend le groupe avec les hypers : menace de location gérance, arrivée de nouvelles technologies et mise en place d’un nouveau mode de fonctionnement.»
De 600 à 57 euros de prime
Ils ne veulent pas du plan Bompard qui prévoit donc de diviser leur prime, passant de 600 euros l’an dernier à 57 euros cette année. D’autre part, le risque de devenir une franchise serait synonyme de dégradation des conditions de travail pour les syndicats. « On dénonce le deux poids deux mesures, reprend le syndicaliste. On pourrait faire autrement. FO a d’ailleurs demandé le reclassement de tous les départs volontaires. »
En  milieu de matinée, les salariés ont défilé dans la galerie commerciales en chantant leur détermination à ne pas vouloir appliquer le plan Bompard. Aux caisses, en chemise blanche, les membres de la direction assuraient les encaissements, aidés par des salariés embauchés en CDD ou des personnes en période d’essai.
« La location gérance engendrerait une perte équivalent à deux mois et demi de salaire en moyenne, déplore Manuel Da Silva, délégué CFDT à Carrefour. On perdrait aussi les avantages sociaux. Tout cela aurait pu être évité si monsieur Bompard l’avait voulu. C’est un manque de respect envers les salariés.»
Dans le reste du département, les magasins du Péchereau et de Buzançais ont également été perturbés samedi. De prochaines actions sont déjà prévues, « en fonction de l’évolution des discussions à Paris », prévient Sébastien Ramelet.
FR

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.