Fil info
00:39le mouvement de la paix 19 soutient ; participez à la souscription https://t.co/DN1ipfEcB3
23:30 Le sociologue de la de à jeudi 24 oct à l'invitation du et de… https://t.co/6ADygJ1kE6
23:23Périgueux : Le sociologue de la famille François de Singly en réunion publique -> https://t.co/cTxdajcmVp
20:42Bergerac : Fin de contrats, chômage partiel... Eurenco serait-elle en sursis ? | L'Echo https://t.co/LEiCcanePU via
19:45Périgueux : Alternatives aux pesticides : colloque national à Périgueux | L'Echo https://t.co/rkUd8QXRlI via
19:34RT : La direction de La Poste a décidé de réduire de 27 heures semaine à 15 heures semaine les horaires du bureau de Pos… https://t.co/ymIPzzfA8P
19:19Pommiers : Le Team Bethenet affiche sa belle santé -> https://t.co/NnoZb2hckN
19:17Gargilesse-Dampierre : Les généreux projets de l’asso « Pour Kungur » -> https://t.co/HLgr8WLOAf
19:16France : Des vestiges gallo-romains presque partout dans le secteur -> https://t.co/lB4icSu42A
19:15Châteauroux : La coopération plus que jamais -> https://t.co/blgUq2bqnV
19:13Indre : Le triporteur de Télématin sur la piste des produits berrichons -> https://t.co/0ZSBglvjfE
18:44Sainte-Croix-de-Mareuil : Omya : licenciements et débrayage -> https://t.co/LNPKGwkeYW
18:39Domme : Objectif à minima pour service de santé à bout de souffle -> https://t.co/FzyafHsisf
18:32Marsac-sur-l'Isle : Samedi, on se jette sur les savons pour aider à contrer les accidents de la vie -> https://t.co/fH1N7BoEDD
18:27Périgueux : Un meurtrier pouvant se contrer -> https://t.co/rwnW7nkbnZ
17:53RT : [senat] les pétitions de principe, les condamnations verbales ne suffiront pas à arrêter le pouvoir de qui… https://t.co/SSlHe9a36F
17:46RT : Si votre politique est si "bonne" monsieur le Premier ministre, pourquoi la France exprime t'elle autant de souffra… https://t.co/mst2HyiRBQ
16:52Terrasson-Lavilledieu : Réunion suivie sur l’intérim -> https://t.co/JuDW5G0x7H
13:38 1 colloque à pour défendre le purin d’ortie, le petit lait, Les décoctions… https://t.co/7y4icDzemg
13:21Quinsac : Alternatives aux pesticides : colloque national à Périgueux -> https://t.co/tNHZRQdq2C
13:01La direction de La Poste a décidé de réduire de 27 heures semaine à 15 heures semaine les horaires du bureau de Pos… https://t.co/ymIPzzfA8P
12:35Bergerac : Fin de contrats, chômage partiel... Eurenco serait-elle en sursis ? -> https://t.co/OCVzdyUVmL
12:30Saint-Pierre-d'Eyraud : La fête de Pradelou laissera des souvenirs impérissables -> https://t.co/va3qY4jm2N
12:14 candidate au label « TERRE DE JEUX 2024 », lancée par Paris 2024 dans le but d’engager tous les terri… https://t.co/GN68hxoAeC
11:48RT : 2020 En termes de postes, on en reste au vieux principe d’habiller Pierre (+ 440 postes dans le primaire… https://t.co/kfVI7CihaZ
11:46RT : La concurrence dans le rail se traduira par une hausse des prix et une baisse de la sécurité. Angleterre, Allemagne… https://t.co/Fr9PDCh7t7
08:27 Ah, ce n'est pas la bonne photo
08:18C'est dingue les photos d'à peine 2 ans et qui montrent une ambiance disparu au complet.. Ligne, train, personnels.… https://t.co/MnZqZUl2K0
07:40 Intéressant de voir le monde entier s'insurger et de comprendre qu'il ne s'agit pas de couleur ou de… https://t.co/J1cYOO5cUk
07:34 Pour le candidat à la mairie de le rival "… https://t.co/RVqCqaYPYg
07:33# # - -Vienne : Le Secours Populaire, solidaire et inconditionnel -> https://t.co/qmX8OBxmxY
07:31# # - -Vienne : «Communication à distance et mail art système», une conférence de Rémy Pénard -> https://t.co/gI5PzpDKA6
07:30# # - -Vienne : Faire de l’emploi un droit sur le territoire -> https://t.co/mhcGpnpWys
07:28France : Le savoir-faire de la boucherie limousine reconnue à l’unanimité -> https://t.co/hjGGa7Kgz5
07:26Région : Des cheminots «méprisés» à tort -> https://t.co/DQn4cV2AgQ
07:21Périgueux : Frédéric Gojard (RN) gère le calendrier -> https://t.co/duEb8Oq3Td

L’été 44 de Raymond Goutmann

Quarante-trois membres de sa famille sont morts en déportation. Raymond Goutmann était enfant à l’époque. Il avait 4 ans en 1939. Ses parents se sont cachés à Châteauroux puis à Veuil pour échapper aux arrestations de Juifs. Il est l’un des derniers témoins encore en vie. Il se souvient.

C’était il y a soixante-quinze ans, l’été 1944. Raymond Goutmann, 9 ans, pédale sur la route de Châteauroux. Il peine un peu. Quarante kilomètres à vélo pour quelqu’un qui n’a pas l’habitude, cela commence à faire. Son père l’encourage. Deux autres enfants font partie de l’expédition : son cousin Charlie, qui a le même âge que lui, et sa cousine Liliane.
Après plusieurs mois à se cacher dans un grenier à Veuil, c’est le grand retour vers Châteauroux. Les Allemands ont évacué la ville. Les maquisards du groupe Indre-Est occupent mairie et préfecture. Des résistants de Valençay, qui ont appris la nouvelle, sont venus les chercher.
Les Goutmann, une famille juive, sont arrivés en 1939 à Châteauroux. Ils ont ouvert un magasin de fourrure rue de la Gare. Mais la guerre éclate. Adolphe, le père, part faire son devoir. Quand il revient quelques mois plus tard, on a fait fermer son magasin, sans doute par jalousie. Il le fait rouvrir.
Faux papiers
Dans le même temps, il noue des contacts avec un petit groupe de résistants dont fait partie le pharmacien Roger Cazala qui sera arrêté sur dénonciation et mourra en déportation. Ils viennent en aide à des Juifs en leur fournissant de faux papiers. « Fuyant Paris, ils arrivaient à Châteauroux pour prendre le train. Mon père envoyait Alice, la vendeuse du magasin, acheter les billets pour qu’ils ne se fassent pas repérer car ils avaient souvent un fort accent », raconte Raymond Goutmann.
Il se souvient aussi de ce jour de 1942 où une colonne allemande est entrée dans Châteauroux : « Nous étions près du lycée Giraudoux qui était alors le lycée national. Mon grand-père m’a tiré par la manche et nous sommes partis ». Jusqu’en 1943, Raymond fréquente l’école de Capucins. Pendant les bombardements, les enfants trouvent refuge dans le souterrain qui relie le tribunal à la prison aujourd’hui détruite. Mais le climat s’alourdit et la peur les fait trouver refuge dans un premier temps chez des amis originaires de Veuil et Vicq-sur-Nahon, les Faisan, qui habitaient rue Marceau. Finie l’école et interdiction de sortir. « Les plus dangereux, c’était les Français qui étaient entrés dans la milice... », souligne-t-il.
Dans un grenier
En janvier 1944, un événement dramatique survient : la famille Katz est arrêtée. Il n’est plus sûr pour les Goutmann de rester à Châteauroux. Des résistants de Valençay viennent les chercher à bord d’une voiture à gazogène. Direction : une épicerie à Veuil tenue par la famille Dion. Une pièce a été aménagée pour les accueillir dans le grenier. « Une armoire cachait la porte de l’extérieur. Il fallait que l’on frappe quand on voulait sortir », se souvient encore Raymond Goutmann.
Le petit citadin découvre la vie à la campagne, les animaux, les bouteilles que l’on met au frais dans la fontaine. Les enfants de la famille Dion, étudiants, lui donnent des cours particuliers car, bien sûr, pas question de retourner à l’école.
Ce jour d’août 1944, ils peuvent enfin rentrer chez eux. Sa mère, qui ne sait pas faire de vélo, a été reconduite en voiture. Peu avant Levroux, le père et les trois enfants sont stoppés par des résistants : une colonne allemande remonte de Châteauroux. On les cache quelques heures dans une ferme. Après une nouvelle halte à Vineuil, les voilà enfin chez eux, mais le répit est de courte durée.
Le 29 août 1944, une nouvelle colonne allemande, la fameuse colonne Elster remonte vers Châteauroux. Chef de la résistance locale, Robert Monestier préfère se retirer de Châteauroux. Les Goutmann se cachent quelques jours rue de Strasbourg. Le 10 septembre, c’est la deuxième libération de Châteauroux. Le petit Raymond Goutmann peut à nouveau aller librement. C’est là que, rue Victor-Hugo, devant l’hôtel de France, il voit des femmes se faire tondre... « Je m’en souviens car ça m’a marqué », dit-il. La vie reprend, le magasin rouvre. Raymond Goutmann retrouve en octobre le chemin de l’école. Quelques années plus tard, il monte à Paris pour y apprendre le métier de fourreur. Il y découvre une musique qui va changer sa vie, le jazz. Il côtoie de nombreux musiciens, dont Henri Renaud, natif de Villedieu-sur-Indre, croise Boris Vian et travaille pour le label Vogue. Revenu à Châteauroux, il crée, en 1964, le Jazz club du Berry. Raymond Goutmann a eu la chance de vivre. Dans sa famille, 43 personnes sont mortes en déportation.

Jean-Marc Desloges

Retrouvez également le témoignage de Raymond Goutmann en vidéo sur notre site internet à la page http://l-echo.info/videos. Images et montage : Lisa Brissaud. Également sur notre chaîne Youtube à l'adresse suivante : https://www.youtube.com/watch?v=tl89YsTjtsw

Interview de Raymond Goutmann