Fil info
10:37Mercredi, Alain s’est levé un quart d’heure avant minuit. Comme d’habitude. Il a claqué quelques bises à… https://t.co/KQgcm8Sc1I
21:49Très nombreux avec notre maire Vincent Millan pour défendre notre territoire de mobilité https://t.co/gCKHfA1Hga
20:16 Rétablissons les faits réels : a publié une image de cette cérémonie.

Destination Cuba avec Aniurka

Depuis dix-sept ans, Aniurka Balanzo anime avec Antoine Joly les cours de salsa sur le stage Darc. Cette année, elle vient aussi chanter les titres de son premier album sorti au printemps, Poder volar. Rencontre.

Ce qui lui plaît avant tout, c’est de transmettre sa culture. Née à Santiago de Cuba, Aniurka Balanzo s’est installée à Paris il y a 28 ans mais retourne régulièrement dans son île. C’est là qu’elle a enregistré avec des musiciens locaux neuf des dix compositions que l’on retrouve sur son premier album solo, Poder Volar (pouvoir voler).
« J’ai toujours écrit des chansons. Ce qui m’intéresse, c’est la mélodie. La musique nous émeut sans que l’on ait besoin de comprendre les paroles. J’ai enregistré ces chansons pour moi et puis à Paris, j’ai eu la chance de rencontrer Philippe Gaillot qui a donné la couleur à mon album sorti en mai sur le label Ilona records. Nous avons enregistré une nouvelle chanson dans son studio avec les musiciens qui m’accompagnent sur scène et qui seront là mardi soir », explique Aniurka.
Depuis sa plus tendre enfance, elle a baigné dans la musique et la danse. En France, elle a chanté dans plusieurs groupes (Corazón, Iya Emi) et a été choriste du talentueux pianiste cubain Alfredo Rodríguez. À Châteauroux, on la connaît surtout comme professeur de salsa sur le stage avec Antoine Joly depuis 17 ans. « La salsa, ce n’est pas qu’une danse, c’est un état d’esprit. Il faut apprendre à écouter la musique et apprendre à être avec l’autre puisque c’est une danse de couple. On a le droit de se tromper. Il ne faut pas attendre d’être parfait pour prendre du plaisir. On est très heureux de voir le résultat, les stagiaires  ressortent du cours avec le sourire », se réjouit Aniurka.
Cette année est un peu particulière puisque éric Bellet l’a invitée à se produire avec ses musiciens sur la grande scène de la place Voltaire mardi prochain, en première partie de Marcel et son orchestre. « Je suis heureuse de pouvoir montrer une autre facette de ma personnalité », dit Aniurka.
Sa musique est un mélange des rythmes nonchalants des Caraïbes : bolero, cha-cha-cha, son et trova jazz, mais pas de salsa. À l’écoute du disque, on se sent instantanément transporté sous le soleil cubain avec ses rues, son architecture, ses paysages et ses personnages hauts en couleur. Il flotte sur cet album comme une douce nostalgie. Avec ses mots et sa musique, Aniurka y évoque son parcours et ses rencontres. Un concert à ne pas manquer, un moment de grâce comme le festival sait nous en réserver chaque année.

Mis Calles - Aniurka [Teaser Poder Volar]