Fil info
06:24 Le Conseil Départemental de la Corrèze a mis le paquet d’entrée pour couvrir tout son territoire!
00:36Ce chat a pris l'habitude de lire le journal. L' pourrait faire un effort... https://t.co/SNgBZRz4N5
23:21Corrèze : La fibre optique : c'est parti ! | L'Echo https://t.co/twYxAdSsmO via
22:39Super article de l', comme bien souvent d'ailleurs ! 🛫🎤🎶😎 https://t.co/GGQgIFPZOA
21:42Région : La crème de la race vers Paris. La sélection des animaux a eu lieu à https://t.co/BY18DwRcX7
21:20Région : La crème de la race vers Paris -> https://t.co/ABaltULCRS
20:10Périgueux : Des voeux à deux voix dissonantes -> https://t.co/eVILAE0fMt
18:33Châteauroux : Visite nocturne au conservatoire -> https://t.co/yrBYgC9N6s
18:32Indre : Maintien des vols vers Ajaccio, Nice et Londres -> https://t.co/l4YZu0z5b1
18:27RT : Arnac-Pompadour : La fleur de «selle» récompensée -> https://t.co/an1e1Mle37
18:27RT : Un député qui vote contre son propre amendement, une députée qui signe une tribune pour l’interdiction du… https://t.co/oEyzH77riA
18:09 Allez courage..
18:07Arnac-Pompadour : La fleur de «selle» récompensée -> https://t.co/an1e1Mle37
18:03Dordogne : « Le capitalisme est un ogre insatiable » -> https://t.co/jEjjS0J7tf
17:57Dordogne : Après l’incendie, le laboratoire se reconstruit petit à petit -> https://t.co/okrcmV2bG1
17:12Après Clandestino en 2017, le festival Check In Party réinvestira cet été l’aérodrome de Saint-Laurent pour trois j… https://t.co/vJ6vQ9fGVU
16:43Le Blanc : Le pôle dentisterie de l’hôpital étoffe son offre de soins -> https://t.co/MnW36zw1eN
16:42Carsac-Aillac : Un pôle médical en projet -> https://t.co/kphknlfHHW
16:42Argenton-sur-Creuse : Deux événements d’importance à l’agenda du Moto-Club -> https://t.co/yt4PY9EeA4
16:41Aigurande : Bingo géant in english please ! -> https://t.co/HWyBVeusx6
16:39Dordogne : La Maison de l’emploi privée de ses emplois ? -> https://t.co/mwQ5m9fRbm
16:35Indre : Les rendez-vous sportifs du week-end -> https://t.co/ReGaTxOnnM
16:04Corrèze : La fibre optique : c'est parti ! | L'Echo https://t.co/naFx0Ks6L1 via
15:57Corrèze : La fibre optique : c'est parti ! -> https://t.co/54JYA9EfjU
15:45Périgueux : Un nouveau trimestre aux accents éclectiques au Sans Réserve -> https://t.co/SBjZX1QGZT
15:44Périgueux : Concertation avec le personnel -> https://t.co/4PiDGj375E
15:38RT : Atelier chant avec une centaine de jeunes d' à l' Sophie Dessus avec et le… https://t.co/HiPInEJgs0
15:32Atelier chant avec une centaine de jeunes d' à l' Sophie Dessus avec et le… https://t.co/HiPInEJgs0

Un an de chantier pour 14 pavillons de briques et de tuiles

Au n°195 de la rue Nationale, là où 14 pavillons sont dans le premier cours de leur érection, lundi à 11 h, sous une pluie qui a heureusement diminué d'intensité, une trentaine de personnes a assisté à la pose symbolique de la première pierre (en fait d'une brique, matériau choisi), avec l'ajout d'un tuyau de métal dans lequel avaient été glissés les paraphes des personnalités présentes.
Parmi ces personnalités signataires, s'activant manuellement auprès des bailleurs sociaux et de l'architecte Charles Oliviero, citons Patrick Judalet, maire de La Châtre et président du syndicat mixte du pays de La Châtre en Berry, Nicolas Forissier, député et conseiller régional, Kaltoum Benmansour, conseillère régionale, François Daugeron, président de la communauté de communes de La Châtre et Sainte-Sévère-sur-Indre, Pascale Silbermann, sous-préfète, plusieurs conseillers municipaux castrais, Mathieu Monnerie et Marc Touchet, respectivement directeur du service technique et directeur général des services de la ville de La Châtre. La rue qui doit être percée entre les 14 pavillons qui seront achevés dans un an devant porter le nom de Georges Raveau, sa descendante, Isabelle Jacono-Raveau, était également venue en voisine puisque sa demeure se situe tout près.
Cette manifestation terminée, chacun a été invité à entendre quelques allocutions dans la salle d'honneur de l'hôtel de ville. Une pleine satisfaction s'exprimait alors dans la perspective de voir surgir, selon Kaltoum Benmansour « après démolition, un ensemble répondant aux besoins de la population, pour laquelle ce sera un luxe qui s'accompagnera d'une économie d'énergie. En tous cas, ce sera beaucoup plus rentable que ce qu'on connaît aujourd'hui en matière de logements, et se situera près de belles bâtisses (d'anciens hôtels particuliers, NDCL). Courage à ceux qui s'attellent à ce chantier. »
Des petites tuiles
sur le toit
Pour Nicolas Forissier, cela se révèle être « le résultat de longues négociations et d'un montage adéquat, qui aboutiront à un aménagement urbain assorti d'options au plan de l'environnement. Il s'agit d'une réponse à une demande sociale, qui contribuera à une amélioration de la qualité de la vie. Pour l'intégration dans le paysage urbain de ces pavillons et en relation avec les trois architectes des Bâtiments de France qui se sont récemment succédé, j'ai demandé que les toits soient couverts de petites tuiles. Cette opération s'inscrit dans une volonté d'éviter l'étalement urbain en périphérie en réutilisant des terrains en friches et des bâtiments abandonnés en centre-ville, afin de gagner en nombre d'habitants. »
Pascale Silbermann a déclaré : « Malgré les critiques à son sujet, je trouve toutefois que l'État arrive à faire des miracles ! Il a énormément de talent, n'est pas rancunier, et n'a pas d'état d'âme lorsqu'il nous faut permettre à des gens jeunes ou anciens qui ont des moyens modestes d'avoir un logement proche de leur travail, de commerces, de centres de soins », comme c'est le cas ici.
Pour la construction de ces 10 logements de « type 3 » et 4 de « type 2 » comportant pareillement un jardinet et un garage, le coût global s'élèvera à 1 666 329 euros, la somme avancée par le bailleur social étant amoindrie par une subvention de 27 000 euros de la part de l'État et une subvention de 43 000 euros de la part de la Région Centre-Val de Loire, la municipalité de La Châtre se portant garante de cette opération.
À noter que soixante personnes se sont d'ores et déjà montrées intéressées par la location d'un des pavillons...
Denis Bonnet