Fil info
09:38 Attention, suite à un accident de la circulation, la route entre Périgueux et Sarlat (D 710) es… https://t.co/FbdhHNMpss
09:38Corrèze : Ils veulent créer un collectif pour « sauver Ruffaud » -> https://t.co/dp595UDUgj

Trois familles syriennes reçues à l'hôtel de ville

Hier matin, à 10 h 30, en provenance du Liban via les aéroports de Roissy-Charles de Gaulle et de Clermont-Ferrand, trois familles syriennes ont été reçues dans la salle d'honneur de l'hôtel de ville.

Les trois familles syriennes, dont deux d'entre elles demeurant initialement à Homs et l'autre à Alep (Syrie), comptent ensemble une quinzaine d'enfants âgés de trois mois à 18 ans. Elles étaient accompagnées de deux jeunes femmes, intervenantes sociales, et avaient besoin d'un traducteur, en l'occurrence Aziz Benmansour, interprète officiel près la cour de Bourges.
En présence des conseillères municipales Patricia Vilches Pardo, Danielle Péaron, Sylvie Birer et Marie-Thérèse Belluaud, et au près de lui Jean-Philippe Morel, directeur du pôle des réfugiés du comité « Viltaïs », Patrick Judalet, maire de La Châtre, a souhaité la bienvenue à chacun. Précisant qu'ici, en tant que « terre d'accueil, nous pratiquons une politique qui nous semble indispensable pour vous rassurer comme pour notre état d'esprit qui est de bien recevoir des gens dans la douleur. Plusieurs personnes et des associations ont été et pourront être mises à votre disposition. En particulier, Denis Plisson, notre garde champêtre, qui sera à votre écoute au quotidien, et Virginie Payet, qui sera votre guide en matière scolaire. » En effet, à la suite de la signature d'un contrat d'intégration républicaine, il s'agira pour nos hôtes étrangers d'apprendre la langue française, et pour les enfants de fréquenter une école ou un collège à la rentrée de septembre. L'été devra être propice à cet apprentissage.
Pour Jean-Philippe Morel, « ceci est la continuité d'un long processus de sélection qui est passé par le commissariat des Nations Unies aux réfugiés (UNHCR), par l'office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA), l'Union européenne, l'Etat français et la préfecture de l'Indre qui vous procure des récépissés pour un séjour de douze mois . Par la voie des communes et des bailleurs sociaux, des logements ont été mis à votre disposition. Vous serez très sollicités pendant les quatre mois prochains, surtout pour parler la langue française et l'utiliser au quotidien. Puis il vous sera demandé de vous insérer dans la société aux plans social et professionnel. C'est un challenge à relever. »
Nous souhaitons de tout notre cœur la bienvenue à ces trois familles syriennes qui habitent désormais à La Châtre, tout comme à celles qui viennent d'arriver à Sainte-Sévère-sur-Indre et à Aigurande (deux dans chaque commune) et à celle qui ne tardera plus à être accueillie à Neuvy-saint-Sépulcre.