Fil info
09:38 Attention, suite à un accident de la circulation, la route entre Périgueux et Sarlat (D 710) es… https://t.co/FbdhHNMpss
09:38Corrèze : Ils veulent créer un collectif pour « sauver Ruffaud » -> https://t.co/dp595UDUgj

Soixante personnes solidaires de neuf familles syriennes

Suscité dans le courant de l'année 2016 par des images montrant des migrants fuyant par milliers une zone de conflit proche-oriental et cherchant au prix de leur vie à parvenir en Europe, la création d'un collectif castrais dénommé Accueil du cœur à l'imitation de l'association analogue d'Argenton-sur-Creuse réunissait alors une trentaine de personnes à l'appel de Stéphanie Noc, Pascal Aubret et Dominique Viard..
La situation  a évolué depuis l'été dernier avec l'arrivée de neuf familles syriennes dans le secteur (53 hommes, femmes et surtout enfants), le collectif, qui n'aura pas manqué de se révéler actif entre-temps, a tenu lundi soir, dans la salle municipale de la rue d'Olmor, une assemblée générale, sous la présidence de Joëlle Cohen et Gérard Touret. Près de soixante habitants des cantons de La Châtre - Sainte-Sévère-sur Indre et de Neuvy-Saint-Sépulchre - Aigurande, dont plusieurs sont entrés en contact direct avec nos hôtes syriens, pouvant ainsi faire bénéficier de leur expérience, étaient présents lors de cette fructueuse rencontre.
En effet, bien que la volonté chez chacune et chacun de participer à une élan spontané, de s'engager, soit grande, que la générosité soit indéniable, il fallait bien dévoiler les arcanes de ce choix dépendant au départ de l'Office français de protection des réfugiés et apatrides et de l'Office de l'intégration et de l'immigration, ainsi que les méandres d'une administration qui s'avère plutôt lente, de même, par exemple, que l'obtention d'un rendez-vous en matière de santé. Cet éclaircissement a été l'œuvre de Marthe Rigaudias, l'une des deux intervenantes sociales en charge de l'installation de ces familles migrantes déléguées par l'association Viltaïs basée dans l'Allier et rayonnant dans les départements de l'Indre, l'Indre-et-Loire, la Nièvre, la Creuse, le Puy-de-Dôme, la Haute-Loire, et bientôt dans celui du Cher.
Des questions ont fusé, obtenant des réponses précises aux plans de l'éducation, sanitaire, professionnel, y compris sportif et tout simplement humain. Il en ressort que le bénévolat et une aide désintéressée demeurent nécessaires pour assurer le bien-être de gens déracinés, qui peuvent être désorientés face à nos habitudes de vie et d'alimentation ou à l'inconnu d'une étiquette dans un magasin mais qui font, malgré la barrière provisoire de la langue, d'énormes et louables efforts pour se fondre dans la population locale.  
Denis Bonet

Renseignements et mise à disposition par courriel: touret.gerard@wanadoo.fr