Fil info
20:10RT : Tulle : bureau Latreille À où a voté François Hollande. Résultats : LREM 88 voix ; RN 65 voix ; PS 59 voix... Derr… https://t.co/mb1zchRGEP
19:54Châteauroux : Les lauréats Escapages désignés après une année de folles lectures -> https://t.co/L0Vj5HGXEk
19:49Châteauroux : L214 alerte sur le poids climatique de la viande -> https://t.co/tOeR7S7USK
19:47Le Blanc : Système de santé : chronique d’un « désastre annoncé » -> https://t.co/7zFDM3eJQx
19:45La Châtre-Langlin : Les « vieilles grands-mères » font recette -> https://t.co/ALcryrABfA
18:52Périgueux : Le climat a besoin du ferroviaire -> https://t.co/0m4H9LPq7M
18:49Périgueux : 220 Périgourdins ont défilé pour défendre l’avenir -> https://t.co/dmol3fv1uf
16:49 En espérant qu'ils ont rempli leur devoir de citoyen avant !
15:12Corrèze : Le tourisme à la mode virtuelle -> https://t.co/ETYmnaKlXZ
14:10 Toujours, toujours ✌️✌️
14:01 Il est sérieux monsieur le maire
12:43Élections européennes : le taux de participation à midi en Dordogne est de 25,06 % (contre 19,59 % en 2014 et 16,44 % en 2009).
06:30[Revue de Presse] Ça se passait comme ça à … Procès : les salariés n’ont rien oublié ! De p… https://t.co/SH46Xxvdal
00:31[Europe] Homologues danois reçus par l'école hôtelière du Périgord ! 👉 https://t.co/byHmj6wWCM

À l’assaut des étiquettes !

Jeudi, à l'invitation de l’association castraise « Grand Air » (gymnastique volontaire), en partenariat avec la Maison des jeunes, de la culture et des savoirs et le Comité départemental d’éducation à la santé (CODES), vingt femmes et deux hommes ont activement participé à un atelier au titre explicite : « Pour acheter ses aliments, savoir lire les étiquettes ».
Diététicienne auprès de l’association « Prévention-Santé » et de personnes présentant des troubles du comportement alimentaire, atteintes d’addictions diverses et en particulier par l’alcoolisme, Annabelle Desaix, de façon ludique, a su mettre en garde son auditoire au sujet des risques d’une alimentation trop riche en sucre, sel et matière grasse pouvant entraîner ou aggraver des problèmes sanitaires tels que les maladies cardiovasculaires, le diabète, l’hypertension, l’obésité. En découle la nécessité de bien lire et de savoir interpréter ce qui est écrit sur les étiquettes collées sur les emballages et les boîtes de conserve.
Les principaux critères d’achat évoqués auront été la composition des produits, leur intérêt, leurs qualités nutritionnelles, la fraîcheur, la provenance, le besoin en énergie, le geste citoyen et solidaire ; les taux de sucre et de matière grasse ; l'utilisation ou non de
l’huile de palme ; la consommation de fruits et de légumes de saison. L’accent a été mis sur la liste trop longue des additifs : colorants, édulcorants, émulsifiants, conservateurs... qui modifient la texture, l’onctuosité, la couleur,
l’homogénéité et la durée des produits. Les nanoparticules, reconnues comme perturbateurs endocriniens, ont été dénoncées ainsi que l’abondance de sucre dans toutes les préparations, même dans la vinaigrette !
Besoin vital et plaisir
Des astuces ont été préconisées afin d’effectuer de meilleurs achats : faire ses courses après avoir mangé (la tentation sera moins forte de remplir son chariot), écrire au préalable la liste de ses emplettes, ne pas emmener systématiquement les enfants ou les petits-enfants.
Ne pas tomber toutefois dans l’excès des contraintes. N’oublions pas que manger reste un besoin vital assorti d’un plaisir favorisant également le lien social. Il suffit de faire attention à la fréquence des repas ; au nombre d’achats impulsifs ou déraisonnables ; de se montrer insensible aux campagnes de publicité et aux promotions souvent mensongères, tout en acceptant l’aspect pratique d’un produit industriel susceptible de dépanner.
Progressivement, le « nutri-score » mis au point par des équipes de recherche internationales, composées de scientifiques, de médecins, de nutritionnistes, va apparaître sur les étiquettes. Ce logo associant les lettres de l’alphabet de A à E et un code de couleurs va permettre de choisir plus facilement les aliments.
Les participants ont néanmoins déclaré qu’ils privilégaient la cuisine préparée à la maison, et ce malgré la corvée de vaisselle ! En préférant les fruits et légumes de saison et si possible provenant du verger et du jardin.
Pensons surtout à transmettre aux plus jeunes l’excellence d’une alimentation variée et équilibrée doublée d’une activité physique régulière.
Sylvie Bonnet