Elans sincères, reculades calculées

Spectacle commandé cinq ans auparavant par l'association du théâtre Maurice Sand, la version Caméléon Production de la pièce de Marivaux « Le jeu de l'amour et du hasard » qui a été jouée vendredi soir devant une salle comble a reçu le meilleur accueil : une écoute soutenue et des applaudissements nourris à la fin.
La célèbre troupe de la ferme de Bellevue, située à Villentrois, aura suivi avec un grand respect le texte rédigé dans la belle langue française classique. Les comédiens se seront permis juste assez de légèreté pour ne pas sombrer dans la gaudriole dont ils sont friands par ailleurs (des Renards chauves aux Bodin's). La moitié d'entre eux aura éprouvé depuis le sud du département qui leur est familier une complicité établie de longue date avec leurs comparses certes également et éminemment berrichons mais doublement influencés par la proximité la Touraine et de la Sologne.
Francis Rivière, Bertrand Duris, les frères Vincent et Sébastien Fraiscinet, Christèle Chappat, Mélissa Chatelet, ont donc pratiqué sur scène les élans sincères et les reculades calculées provoqués par l'ignorance du changement de l'identité de leurs hypothétiques futurs conjoints, d'une part d'essence noble et d'une autre de petite extraction. Mais, bien que soit brillamment démontrée l'hypocrisie d'un monde dans lequel le sang bleu comptait davantage que l'inclination naturelle, même à l'époque que l'on désignera bien plus tard, historiquement, des Lumières, la morale se devait impérativement, au troisième et dernier acte, d'être sauve...

Nike React Element 87