Fil info
21:49Très nombreux avec notre maire Vincent Millan pour défendre notre territoire de mobilité https://t.co/gCKHfA1Hga
20:16 Rétablissons les faits réels : a publié une image de cette cérémonie.
09:51L toujours avec nous et dans notre ❤️ le faire vivre une urgence !! https://t.co/WkKC72f5CT
09:20Aujourd’hui jour de soutien à Sylvie postière à qui passe en conseil de discipline ✊🏼… https://t.co/eRtiBqNEM9

La gauche se positionne et élabore dix propositions

L’une des quatre conseillères municipales de l’opposition (depuis 2014) et déléguée de la communauté de communes de La Châtre-Sainte-Sévère (depuis 2017), Céline Bihel, a invité la presse locale à une rencontre en plein air, dans le square de la place de l’abbaye, jeudi après-midi.
Indiquant d’emblée qu’elle a toujours situé sa propre ligne politique « non dans un rapport de force ni dans une critique systématique de la majorité mais dans une attitude constructive au cœur de l’équipe municipale castraise ».
L’un de ses objectifs, inscrit concrètement dans la transition écologique qu’elle ne cesse d’appeler de ses vœux, aura été de convaincre de la nécessité pour la municipalité de diminuer une facture de chauffage qui s’élève à 300 000 euros par an. L’une des solutions préconisées étant, en l’assortissant d’une isolation des bâtiments, l’installation de chaudières à bois déchiqueté comme il s’en est fait plus ou moins récemment dans des communes des alentours : Vic-Exemplet, Neuvy-Saint-Sépulchre, Cluis, Saint-Plantaire, Marçais dans le Cher... Les lieux qui ont été primordialement désignés dans cette optique à La Châtre (mais l’attente sera longue avant la moindre réalisation) étant le champ de foire, l’hôtel de ville, la salle Maurice-Sand, l’hôtel du Chevalier-d’Ars. Par contre, ces dispositions idéales dans un pays bocager, riche en haies vives et en boqueteaux, seront bientôt appliquées dans le fonctionnement des gymnases Fouchet et Garnier et à la salle de tennis René-Croux.
Parallèlement, au plan intercommunal, en tant que vice-présidente en charge de l’environnement et des nouvelles compétences, Céline Bihel s’est profondément impliquée dans le plan local d’urbanisme, le projet d’aménagement et de développement durable, la « trame verte et bleue »...
Au sein de la municipalité, Céline Bihel a obtenu de siéger aux réunions des commissions des finances, culture et communication. Ce qui l’a conduite à réclamer des stages de formation, lesquels se sont finalement révélés utiles à elle-même et à quelques autres de ses collègues.
Au niveau intercommunal, c’est dans l’organisation de la collecte des déchets que Céline Bihel s’est particulièrement distinguée, dans un contexte économique pourtant difficile. Il nous suffit de répéter que la taxe sur les activités polluantes devrait quintupler dans les années à venir, ce qui signifie que la somme de 250 000 euros sera nécessairement à trouver...
Pourfendre les inégalités de tarification entre particuliers et professionnels, mieux planifier les séquences de ramassage des sacs jaunes et des bacs, diminuer le tonnage des ordures ménagères en incitant tout un chacun au tri et au compostage, réunions publiques d'information, rencontre avec les secrétaires de mairie, organisation de visites du centre d’enfouissement de Gournay, auront été les prenantes activités de l’élue, ce qui l’a poussée à s'investir « corps et âme ».
« Réformer le statut de l’élu »
Céline Bihel, âgée de 35 ans, originaire de la Manche (précisément de Saint-Joseph, près de Cherbourg), ingénieur en agronomie, titulaire d’un master international de développement rural acquis aux Pays-Bas, recrutée par l’ADAR-CIVAM en 2011, arrivée dans le bourg de Montgivray en 2013, ensuite habitante de La Châtre, professe « des valeurs de gauche, bien que non encartée », et avant toute chose « une vision environnementale au quotidien », circulant en voiture et à vélo pareillement électriques. À son avis, il conviendrait de « réformer le statut de l’élu et de faire appel à de jeunes actifs pour qu’ils acquièrent une reconnaissance et une expérience dans la société, évitant ainsi la mainmise de professionnels de la politique, ce que je n’ai jamais eu l'intention de devenir, seulement de transmettre mes compétences ».
Pour ce qui concerne l’élection municipale des 15 et 22 mars, Céline Bihel se sera montrée peu loquace, étant elle-même sûre de ne pas figurer dans la liste établie au sein d’un collectif alliant gens de mouvements de gauche et écologistes, se disant « ouverte » aux personnes professant l’humanisme. Actuellement en cours de structuration, ce collectif a élaboré dix propositions qu’il fera connaître dans les prochains mois. Mettant en avant son souhait d’être plus souvent auprès de ses deux enfants en bas-âge, Céline Bihel ne se lancera donc pas cette fois dans l’arène politique castraise sinon pour soutenir la liste qui ne manquera pas de se constituer. Ce qui ne l’a pas empêchée de déclarer que « ça promet d'être une campagne animée ».
À suivre sur le site Internet : alternative.lachatre2020@gmail.com
D.B.