Fil info
05:36Bergerac : Dandinement jusqu'à Périgueux -> https://t.co/XJFptXY8oF
17:02Bergerac : Ce soir, c’est Suzane qui est concert et c’est gratuit ! -> https://t.co/rEf4QIHVv9
16:51RT : | ♻️ La rentrée approche et vous souhaitez vous équiper ? 🤝 Développée par Limoges Métropole, utili… https://t.co/AxCI2QdOOh
16:50RT : Je suis co-signataire de cette lettre initiée par . Nos ports doivent s’ouvrir à l’accueil des migrants e… https://t.co/U2cUwTKTGj
16:49RT : POUR NE PAS OUBLIER / NOT TO BE FORGOTTEN; il y a 20 ans, le 17 août 1999, 5 sapeurs-p… https://t.co/ox7GKoiBER
15:05RT : Si ma vaillante petite moto arrive à gagner le Plateau des Mille Vaches, arrivée prévue ce dimanche matin. Hâte hât… https://t.co/dS3vK5atAV

L’adieu fraternel à «Jeantou»

Cérémonie

L’hommage républicain au résistant FTP et ancien élu communiste de Clergoux Jean Maison, a rassemblé hier en début d’après-midi, plusieurs centaines de personnes. Les différents intervenants ont salué un homme d’engagement et de combat qui lutta toute sa vie. Emotions et recueillement ont accompagné Jean Maison, dit «Jeantou», dans sa dernière demeure.
Hier matin, le ciel corrézien avait pleuré son chagrin. Le temps  de sécher ses larmes, il aura laissé la place à une parenthèse ensoleillée baignant Clergoux d’une lumière apaisée en ce jour d’hommage solennel.
Au pied de la stèle de la Résistance, une foule compacte de plusieurs centaines de personnes, sa famille, ses proches, ses amis, des élus, les autorités civiles et militaires, des Corréziens, des habitants de la commune, des dizaines de porte-drapeaux et à la demande  du défunt, alignés devant l’édifice, cinq drapeaux rouges flottaient au vent léger.
Le cercueil était recouvert des couleurs tricolores du drapeau français et sur un petit coussin rouge, les différentes médailles* posées symbolisaient le long parcours de vie d’un combattant infatigable de la liberté.
«C’est Jean Maison, notre Jeantou, l’enfant de Clergoux qui nous réunit aujourd’hui. Il nous a quittés ce dimanche 12 juin après une vie en tout point exemplaire»  a souligné Alain Guilbert, Secrétaire départemental de la Fédération du Parti communiste de la Corrèze. Un parti auquel Jean Maison adhéra en 1942 en même temps qu’il s’engageait à 17 ans dans la Résistance dans ce pays du plateau des étangs où il est né, a grandi et où il accomplira tout son engagement d’homme, de résistant, de «patron communiste», d’élu de la République et pour finir de «passeur de mémoire».
«Il parcourt les écoles, les collèges, les lycées du département où il enseigne aux jeunes l’histoire de la Résistance. Il le fait avec passion, enthousiasme, avec précision, sans jamais tirer la couverture à lui. Il le fera jusqu’à son dernier souffle» a rappelé Alain Guilbert.
Christian Planche, le président du Comité de la stèle s’est adressé à Jeantou : «Je sais que tu m’entends, je sais que tu me regardes avec un œil malicieux et même goguenard. J’ai fait de mon mieux afin de répondre à tes dernières volontés» ajoutant «quant aux drapeaux rouges que tu as désignés, je peux t’assurer qu’ils sont là, qu’ils sont rouges et bien rouges»... A sa demande, Jean Maison a été applaudi par la foule par deux fois.
Trois gerbes de fleurs ont été déposées au pied de la stèle au nom de l’ANACR de la Corrèze, du Parti communiste de la Corrèze et de la Présidence de la République.
Bertrand Gaume, préfet de la Corrèze, a rendu un ultime hommage à un «grand corrézien. Le 12 juin 2016 a été une immense perte pour la Corrèze car un grand homme s’est éteint et a emporté avec lui une part de l’identité corrézienne du XXème siècle. Il était la Corrèze jeune, insouciante et volontaire quand, dès les premiers jours de la Seconde guerre mondiale, il s’est mis à distribuer des tracts en pleine nuit pour inciter à la résistance et à la lutte contre l’idéologie nazie. Il était la Corrèze solidaire quand, au péril de sa vie, il partait de porte en porte dans son village de Clergoux pour demander du pain, du lard, des tickets de ravitaillement pour les résistants déserteurs. Il était la Corrèze unie symbolisant le lien indéfectible qui unissait les hommes, les personnes au cœur du commun combat en dépit de tous les risques encourus. Il était la Corrèze héroïque (...)».
Bernard Delaunay, co-président de l’ANACR de la Corrèze, a dit sa peine à son «très cher Jeantou» co-président de l’ANACR, au résistant «Toto» qui prit part aux combats de Tulle, d’Egletons, à la Libération de la Corrèze.
«Jean a échappé plusieurs fois à l’arrestation et la mort. Malgré les dangers, son engagement pour le rétablissement de la démocratie, des libertés et de la paix n’a jamais été vain. C’est tout cela qui lui a valu l’attribution de la médaille de la Résistance. Il était fier de la montrer et d’en expliquer l’importance aux élèves rencontrés dans les classes. Il refusait d’être considéré comme un héros. Il estimait qu’il n’avait fait que son devoir».
La mémoire de l’élu de Clergoux a été aussi saluée. Son maire, Marc Bachellerie, a listé les nombreuses réalisations accomplies au cours des huit mandats de Jean Maison à la tête d’une petite commune rurale qui aura su faire sa mue en attirant de nouvelles populations.
Pascal Coste, le président du Conseil départemental, a dit la «tristesse» de la Corrèze : «Notre département compte peu de personnalités aussi connues, appréciées et respectées que Jean Maison».
Un homme qui aimait la vie, aimait chanter «la caissière du grand café» une «bien jolie personne» qui pleurait hier sa peine à Jean.
*Médaille de la Résistance en 1947, La Croix du Combattant volontaire 1939-1945 en 1969, les médailles communales, départementales, régionales (Argent, Vermeil et Or en 1991 ; Chevalier de la Légion d’honneur en 2000)

Serge Hulpusch

Nike Air Jordan 11Lab4 Retro 4 Patent Leather