Fil info
09:17Une décision injustifiable: Région : L’ARS ferme le centre expert autisme du Limousin | L'Echo https://t.co/ekGgykBrxD via
08:54Région : L’ARS ferme le centre expert autisme du Limousin | L'Echo https://t.co/ghdsvDC6Tt via
07:46# # - -Vienne : Nedde sera «celtico-médiévale» -> https://t.co/WMwJlmqIH0
07:42# # - -Vienne : Retour sur la pensée humaniste et universelle de Senghor -> https://t.co/zmawqv9U5Q
07:40# # - -Vienne : Partir l’esprit tranquille -> https://t.co/3475kHcz6g
07:33Région : L’ARS ferme le centre expert autisme du Limousin -> https://t.co/oFWpqHR6sj
07:31Région : Valadon & Cie s'exposent au musée de la mine de Bessines (87) -> https://t.co/d282WqU23U
06:53 😍😍😍💐💐💐💐
23:06Dordogne : Le coup de gueule d’une prof en colère | L'Echo https://t.co/aX0tB76gNW via
21:21Brive-la-Gaillarde : Le bloc rejette le projet... en bloc -> https://t.co/SzmW4iPo7T
21:10 L'irrigation est elle interdite en Corrèze
19:02 Maire de Paris? Y'a pas à dire, ça donne envie...
19:01Châteauroux : Allez, roulez petits bolides ! -> https://t.co/2dHnPTbrQ8
18:58RT : La Région soutient l'inscription au patrimoine mondial de l'humanité du désigné… https://t.co/Hp2ua6fpHg
18:58RT : Le Sud-Africain Johnny Clegg est mort d’un cancer, à l’âge de 66 ans. Sa chanson “Asimbonanga”, dédiée à Nelson Man… https://t.co/6ThFYSAv6M
18:58Indre : Du répit pour les blaireaux -> https://t.co/7FeBmZzO2y
18:53Indre : Le Berry, une terre de woofing ? -> https://t.co/i0EmKT52sV
18:53RT : "Fils de pute", “abrutis”, "je le tiens par les couilles", "c'est pour ça qu'on l'a fait entrer au gouvernement".… https://t.co/LLZTCyK06X
18:53RT : Retraites : Communiqué de FO : FO rejette une réforme paramétrique permanente https://t.co/cZCUyMS6U2 via
18:52RT : Dans les propos attribués à par , il est indiqué que je serais d'accord avec lui. C'est inexact.… https://t.co/qmUWFD7WmY
18:51RT : Castaner vient de médailler : -G. Chassaing, qui a chargé la fête de la musique à Nantes -B. Félix, lié à la mort d… https://t.co/lZuWINzRcb
18:50RT : l'Humanité du jeudi 18 juillet 2019 sur votre écran d'ordinateur avec la boutique de l'https://t.co/t9CSG7KjHthttps://t.co/NbyXL3pmm9
17:45Dordogne : Un marché incontournable -> https://t.co/ctO07OkjJ6
17:21Dordogne : Les salariés de la SOCAT inquiets pour leur avenir -> https://t.co/8qDX1hDvVM
17:02Sarlat-la-Canéda : Opération Sentinelle : pour sécuriser les zones sensibles -> https://t.co/TvDDArNG70
16:51RT : Nous sommes prêts à repartir ! Retraite, aide juridictionnelle, réforme de la carte judiciaire... Nous ne lâcherons… https://t.co/0mbJzLpr42
16:03Valençay : Deux employés de la commune honorés -> https://t.co/3S7bVzJbPe
14:56France : Annulation du concert de Thérapie Taxie -> https://t.co/8WXPQYMDvC
14:02Dordogne : Le coup de gueule d’une prof en colère | L'Echo https://t.co/PvYtoHT5US via
13:43Corrèze : Ressource en eau : l'alerte est activée sur 142 communes -> https://t.co/82uY2Az9PB
13:18Corrèze : Erró et Argentat, une histoire de toile -> https://t.co/abQ6G1kuTm
12:55Dordogne : Le coup de gueule d’une prof en colère | L'Echo https://t.co/HC6TQwVFxL via

«Mener la bataille des idées»

Les 80 ans de 1936

La volonté de Jean Maison, résistant et maire de Clergoux pendant 49 ans a été respectée avec l’organisation de cette fête célébrant les 80 ans du Front populaire.
Pour cette initiative, le comité de la Stèle que préside désormais Christian Planche a mobilisé ses forces vives pour présenter l’exposition «1936 et les années du Front populaire» qui a servi de support au débat suivi d’un repas de la classe ouvrière et d’un bal à «l’Usine», une salle des fêtes dont Jean Maison fut l’initiateur.
«Cette exposition est une exposition que l’on a voulu chronologique. Elle part de la crise de 1929, puis on passe à la misère qui existe suite à cette crise ensuite on voit la montée des extrêmes droite. On insiste lourdement sur cette première partie pour bien montrer que toutes les crises créent de la misère. Mais l’originalité de ces années là, c’est qu’il n’y a pas une fuite en avant. Il y a une concentration du meilleur de la classe ouvrière qui réfléchit très longuement sur cette question et apporte, notamment par l’union des deux organisations CGT et CGTU un espoir suite aux élections de 36. Ces élections sont gagnées par la gauche parce qu’il y a l’unification du mouvement syndical» explique Christian Planche.
«Dans la deuxième partie on montre que l’on fête 1936, pas seulement le poing levé, mais en organisant des grèves dans les usines, dans les ateliers. On le montre en même temps sur l’aspect politique et sur l’aspect solidarité qui amène l’ensemble des salariés à aller plus loin notamment dans l’occupation des usines : 12.000 usines occupées et 2 millions de grévistes. C’est la force de 1936 qui amène les accords Matignon qui tournent sur trois axes essentiels : les conventions collectives, les congés payés et les 40 heures. Il y a eu aussi des augmentations de salaires qui varient de 7 à 15%. On insiste aussi  sur l’action des femmes qui n’ont pas le droit de vote, mais obtiennent le droit de vote dans les usines» détaille Christian Planche.
L’exposition met en exergue deux thématiques qui «ont leur importance dans le débat politique aujourd'hui» : l’accord des Chemins de fer qui amène la SNCF avec Pierre Sémard et les électriciens-gaziers avec le statut proposé par Marcel Paul.
«Nous avons lourdement insisté sur la question culturelle. L’ensemble de la classe ouvrière pensait que sans culture, il n’y avait pas d’avancées sociales. La culture est au cœur du débat et de la construction de 36. On parle également d’économie en montrant que dès 1937 l’économie se ressent des avancées sociales, départ en congés et augmentation des salaires qui créent une dynamique dans les usines d'électroménager qui augmentent leur production de 20 à 25%. Nous avons voulu marquer  par cette exposition qu’il était possible, même dans un contexte extrêmement difficile de pouvoir changer la société. Elle sert de support à une réflexion très actuelle» assure Christian Planche.
Secrétaire de l’UD CGT, René Peyrical revient plus en détail sur des dates marquantes de 1935-1936 en insistant sur l’unité syndicale et les luttes qui ont conduit aux accords Matignon. «Aujourd’hui, 80 ans plus tard, au moment où patronat et gouvernement remettent en cause les conquêtes sociales issues de 1936 et de la Libération, il est bon de se rappeler que cette avancée sociale que nous devons à nos aînés est le fruit des luttes» souligne-t’il et d’inviter «à réfléchir à agir pour la réalisation d’un nouveau programme du type de ceux du Front populaire ou du CNR».  Il invite à «mener la bataille des idées».
Bernard Grandjean met en parallèle la situation des années 30 et celles actuelles en insistant sur la nécessité d’expliquer. Pour Pierre Pranchère, il y a «nécessité absolue de briser les chaînes dans lesquelles la France est engluée. Ces chaînes c’est l’Union Européenne qui est un carcan générant les difficultés actuelles» et de plaider pour «retrouver l’indépendance nationale». «L’Europe est un leurre» insiste Jean-Marie  Brigoulet.  Pierre Chastang souhaite «une position extrêmement claire sur l’Europe» en estimant que «la position du Front de gauche est du foutage de gueule». «Pour moi, l’Europe n’est pas le problème, c’est ceux qui la font» rétorque J.C Bouyssoux. «Il faut se réunir, se rassembler sur des objectifs clairs pour mettre en échec ce capitalisme ravageur» assure M. Guilbert (PCF). Guy Veysset (militant culturel) pointant le problème institutionnel généré par la Ve République invite à s’interroger sur «les limites de la délégation de pouvoir».
Le débat engagé s’est poursuivi pendant le repas qui a rassemblé plus de 80 personnes.

Vans Varsity Pack Sk8-Hi Era