Fil info
21:49Très nombreux avec notre maire Vincent Millan pour défendre notre territoire de mobilité https://t.co/gCKHfA1Hga
20:16 Rétablissons les faits réels : a publié une image de cette cérémonie.

Force Ouvrière constate le ras-le-bol des enseignants

Rentrée scolaire

Alors que les établissements scolaires du second degré accueillent les élèves pour leur première journée, la section départementale du syndicat FO se veut le porte-parole de la désillusion des enseignants.
«On peut résumer cette rentrée comme ça. Chaque enseignant constate une heure supplémentaire, un élève supplémentaire par classe... Un petit rien qui s’accumule et qui chaque année s'empile et s’ajoute aux conditions de travail de plus en plus difficiles».
Pas facile de traduire par des chiffres cette rentrée, que le syndicat Force ouvrière juge catastrophique. «Les chiffres ne sont pas arrivés, ils resteront longtemps encore dans les tuyaux du rectorat et du ministère de l’éducation nationale». Pourtant les représentants syndicaux départementaux, Marie-Christine Caquot, Benoît Ladhari et Jean-Pierre Boisserie mesurent ensemble un contexte de rentrée «très tendu».
«Tout d’abord il y a le contexte international, la crise, la Grèce, les migrants... Et le contexte national, les agriculteurs qui manifestent  pour la première fois comme des ouvriers. Et enfin le premier ministre qui maintient le pacte de responsabilité. La loi Macron qui fait des cadeaux aux patrons sur les moyens et les effectifs de la fonction publique et les salaires».
Selon FO, la ministre de la fonction publique essaie de faire signer aux syndicats, un accord sur le PPCR (parcours professionnel carrière et rémunération) «inacceptable». Celui-ci ne prévoit aucune augmentation de salaire, ni de points d’indice avant 2017, date des élections présidentielles, et une discussion qui durera puisqu'en 2020. «Ce n’est pas possible !».
Dans les établissements scolaires, à la réforme scolaire s’ajoutent des mesures «qui vont dans le sens de la politique d’austérité». L’entrée, par exemple, de l’apprentissage du personnel enseignant dans les lycées, qui prolonge ou accélère la privatisation du service public et de la disparition du statut. «En Corrèze, nous savons que deux postes sont occupés par des apprentis qui seront à terme soit embauchés en CDI (en droit privé) soit remerciés».
«Face à l’inacceptable», les syndicats FO, FSU, CGT, Sud, Snes, SNUipp, Snetta et Snalc (représentants 80% du personnel) se sont réunis hier à Paris, pour décider ensemble d’une réponse appropriée. «Certainement un mouvement de grève unitaire au début du mois d’octobre».

MBD

Air Max 90 Ultra BR