Fil info
14:19 Formidable 👍
13:42Le surnom de "Poupou" lui a été donné par un journaliste du quotidien communiste du Centre, di… https://t.co/iG6trKRIOz

Minuit sonne à la Grange de Sédières

Concert

Différents temps forts rythment l’été à Sédières. Le prochain a lieu samedi 20 août et dimanche 21 août et est dédié aux musiques actuelles. Au menu de ces deux soirées : de la chanson française, du rock, de la pop, du trad et surtout un bon son made in Corrèze, à écouter à la Grange.

Entièrement repensé à la suite de la disparition de l’ADDIAM 19, le festival de Sédières conserve tout de même un moment dédié aux musiques actuelles.
Ce temps fort n’a plus lieu en juillet comme autrefois mais en août, sur deux jours, et il fait la part belle aux groupes locaux. La soirée de samedi est consacrée au pop-rock et à la chanson française avec Minuit en tête d’affiche. Derrière ce nom très simple se cachent  Simone Ringer et Raoul Chichin, les enfants des Rita Mitsouko. Avec leurs amis Joseph Delmas, Klem Aubert et Tanguy Truhé, tous compositeurs, comme eux, ils ont décidé de former un groupe, motivés par l’envie de «composer de la musique pop, contrastée et toujours sincère». Le défi est relevé avec la sortie de leur premier single «Flash» en avril 2015. Depuis, l’ascension est fulgurante. Les cinq artistes sont récompensés dans la foulée du premier prix du concours «inRocks Lab».
En septembre de la même année, ils sortent un EP (Extended Play) avec cinq morceaux à la forte identité musicale. «Nos textes parlent de rencontre lumineuse, de nuits laborieuses, de motos et d’alter ego», expliquent les artistes. Leur musique, inspirée par Prince ou Bowie, peut être rock, funk, new wave, «solaire ou complainte, franche et radicale, belle et explosive.  L’éclectisme fait notre force, nourrit nos compositions», ajoutent-ils. Le groupe, en tournée dans toute la France, a décidé de faire étape à Sédières. Ils y présenteront un spectacle «coloré et intense», avant la sortie d’un premier album.
La première partie sera assurée par des pépites limousines : Gauvain Sers et Carré Court. Le premier, originaire de la Creuse, est venu une première fois à Tulle au printemps dernier pour accompagner Tryo à la salle des Lendemains. Le jeune homme engagé livre des textes ciselés et percutants, oscillant entre humour et révolte, sur de belles mélodies jouées à la guitare.  Les seconds viennent de Limoges. Emilien Gremeaux et Julie Crouzillac s’inspirent des sixties et cultivent un goût prononcé pour Nancy Sinatra, Etta James ou The Ronettes. Le duo explore avec aisance pop, soul, rocksteady ou rock.
La soirée de dimanche est tournée vers les musiques traditionnelles, avec trois groupes originaires du département. Elle démarre à 18 heures avec Quasi-Quatuor en apéro. Le trio de vielles à roue électro-acoustique fera danser les festivaliers sur le parquet. La formation se réapproprie des thèmes du Massif central pour arrimer solidement cette musique dans le corps et la tête. Ces trois musiciens explorent et apprivoisent les nombreuses possibilités que renferment leurs instruments. A 20h45, place à San Salvador. Ce groupe polyphonique est plus préoccupé par une forme de renouvellement des musiques traditionnelles et du monde, que par l’expression d’un «folklore authentique», d’un patrimoine soi-disant «sauvegardé». Sa musique circule, au contraire, entre les cultures et les univers musicaux. En appui sur un travail de composition original, San Salvador entend plutôt partir à la recherche d’un folklore imaginaire : sa nouvelle création, «La Grande Folie», poursuit en ce sens cette démarche.
Chapitre V terminera cette soirée avec une bonne dose d’ethno-rock corrézien. Depuis 2011, le groupe fusionne rock, funk, musiques traditionnelles et du monde. Le quintet s’est forgé une solide réputation en recomposant un répertoire pleinement populaire, faisant fi des codifications pour retrouver l’essence d’une musique instinctive, basée sur la pulsation. Les compositions du groupe puisent au plus profond des sonorités traditionnelles pour les réinventer, au rythme de cultures et de timbres planétaires.

Photo : Virgile Guinard


Tarifs
Samedi 20 août. A 20h30 : Gauvain Sers, Carré Court, Minuit, 18 euros, 12 euros (réduit)
Dimanche 21 août. A 18h : Quasi-Quatuor, San Salvador, Chapitre V, 10 euros, 6 euros (réduit).
Pass pour les deux soirées. 24 euros, 15 euros (réduit).
Renseignements/Réservation au 05 55 27 76 40.

Air Jordan X 10 Shoes

Commentaires

...pour qui sonne le glas ?