Fil info
21:49Très nombreux avec notre maire Vincent Millan pour défendre notre territoire de mobilité https://t.co/gCKHfA1Hga
20:16 Rétablissons les faits réels : a publié une image de cette cérémonie.

Renoncement de François Hollande : "Cette lucidité vient trop tard"

Politique

François Hollande a surpris tout le monde en annonçant qu’il ne serait pas candidat à sa succession hier soir lors d’une allocution depuis l’Elysée. A Tulle, le bruit courait depuis quelques jours qu’il pourrait repartir et faire sa déclaration depuis la Corrèze, comme en 2011... Passé le choc de l’annonce, les premières réactions tombent sur les réseaux sociaux. Jean-Paul Denanot, député européen est le premier à exprimer son émotion : «je salue la décision du Président de la République, que je regrette car il a un bilan très positif, conforme aux valeurs socialistes», indique-t-il sur son compte Twitter.

Bernard Combes, candidat socialiste aux législatives 2017 aurait aimé que le Chef d’Etat reparte. Le maire de Tulle est «triste» mais «fier aussi». Il souligne «le courage d’un homme, la dignité d’un grand homme d’Etat».  «Je ne connaissais  pas sa décision avant qu’il l’exprime aux françaises et aux français mais je m’y attendais un petit peu. Je trouvais que depuis quelques jours, ses réponses étaient plus évasives, ses distances étaient plus grandes. Je pense qu’il était dans une intense réflexion. Cette décision, je la regrette infiniment parce que je pense qu’il était en capacité dans le cadre d’une campagne électorale de faire valoir la qualité de son bilan. Au moment où la droite arrive avec son lot de réaction et de castration sociale, on aurait pu avoir un véritable choix». Le député de la circonscription de Brive, Philippe Nauche, candidat aussi à sa succession estime que «le président a pris une décision lucide et courageuse en fonction de la conjoincture politique du moment. Le temps lui rendra justice «pour son action positive et désintéressée menée pendant ce quinquennat». Alain Ballay, député socialiste de la circonscription de Tulle-Ussel et candidat lui aussi,  a été touché par son annonce: «Il y a de la tristesse, de l’émotion, beaucoup de respect pour le Président de la République, pour l’homme d’Etat. J’ai beaucoup de sympathie car cela a du être difficile de prendre cette décision. C’est une décision lucide prise par un grand homme qui va permettre à la gauche de laisser la place à quelqu’un d’autre».  Karim Maatoug, premier fédéral du Parti Socialiste est «déçu et triste» mais «salue sa décision». «C’est une page qui se tourne», commente-t-il.

"Sa trahison lui a éclaté au visage"

Son de cloche différent pour Alain Guilbert, Secrétaire départemental du PCF Corrèze : «On a vu ce jeudi soir un Président de la République qui a fait preuve de lucidité parce qu’il a vu la situation dans laquelle il s’est mis et il a mis le pays et le peuple de gauche. Sa trahison lui a éclaté au visage. Il a  pris conscience qu’il ne pouvait plus rassembler la gauche».

Dominique Grador, première adjointe PCF de la mairie de Tulle tire le constat de «beaucoup de gâchis. On est arrivé au bout du désenchantement. C’est le constat d’échec qu’il fait lui-même puisqu’au moment de revenir devant les Français, il ne s’engage pas. Il l’a fait avec une certaine lucidité, gravité, sensibilité. Il était très sincère mais cette lucidité vient trop tard. Il eut fallu qu’il considère qu’on ne peut pas conduire une politique les yeux rivés sur les déficits publics, en imposant une austérité qui bloque complétement tout développement de la société, qui rend les gens plus en difficulté et qui ne résoud aucun problème finalement».

"Le chômage en sa défaveur"

Pour le sénateur corrézien LR Daniel Chasseing, François Hollande n’était plus en mesure  «de réunir la gauche  avec ses collaborateurs qui veulent se présenter à sa place : Macron, Valls et les frondeurs de l’autre côté. Il avait très peu de chance d’être au deuxième tour. Je pense aussi que son échec au niveau du chômage a joué en sa défaveur. Il n’y aura pas eu de baisse durant son mandat».
Sur son profil Facebook, Pascal Coste a posté un commentaire à chaud : «Il y a eu Sarkozy et Juppé, un troisième dinosaure se retire. Il y a un changement de logiciel politique en France qui s'opère. François Hollande a la grandeur de tirer les enseignements de l'échec de sa politique notamment économique et de l'emploi. Il a également la grandeur, par ce choix, de rendre service à sa famille politique. J'espère que dans les mois qui lui restent, il saura apporter tout ce qu'un président de la République peut apporter à un département, et notamment solder tous les dossiers corréziens qui traînent avant que la Corrèze ne redevienne un département lambda», exprime le président du conseil départemental.
 

Photo Olivier Morin/AFP

Air Max Flair KPU

Commentaires

Il est urgent d'avoir une gauche unie, après les insultes vers les socialistes, les frondeurs, les demissionnaires ce sera difficile de rassemblé, j'espère que ça va se calmer, sinon le 2eme tour sera dur pour les travailleurs.

Arrêtons de faire comme si François Hollande était mort ! Ce n'est pas parce qu'on ne se présente pas à une élection qu'il n'y a plus de vie. François Hollande n'a jamais dit qu'il arrêtait la vie politique. Quant à M. Coste, il ferait mieux de se taire et tirer, lui, les échecs de sa politique au Conseil départemental. M. Coste veut solder les dossiers corréziens ? L'heure des comptes va arriver bientôt pour lui, qu'il ne s'impatiente pas...