Fil info
21:49Très nombreux avec notre maire Vincent Millan pour défendre notre territoire de mobilité https://t.co/gCKHfA1Hga
20:16 Rétablissons les faits réels : a publié une image de cette cérémonie.
09:51L toujours avec nous et dans notre ❤️ le faire vivre une urgence !! https://t.co/WkKC72f5CT
09:20Aujourd’hui jour de soutien à Sylvie postière à qui passe en conseil de discipline ✊🏼… https://t.co/eRtiBqNEM9

Carnaval versus mascarade dans les rues de Tulle

Politique

Ce samedi 1er avril à Tulle, plus d’une quarantaine de personnes ont participé au «carnaval des élections» dans les rues de la préfecture corrézienne. Un happening festif et politique où clowns et bouffons ont dénoncé «la fumisterie» d’une élection présidentielle plombée par les affaires. L’appel à manifester samedi dans les rues de Tulle avait été lancé via les réseaux sociaux dans le sillage du mouvement citoyen Nuit Debout qui se cherche un second souffle. Plus d’une quarantaine de personnes ont répondu présent à ce «Carnaval des élections» inédit et joyeux.
Le rendez-vous avait été donné sur la place Berteaud où un certain 6 mai 2012 avait été fêtée l’élection du Président de la République François Hollande.
Un quinquennat plus tard, dans une campagne présidentielle polluée par les affaires, la  place avait valeur de symbole.
«Voilà le résultat, il n’y a pas besoin d’en dire plus. Maintenant,  il n’y a rien qui change. Les élections telles qu’elles se préfigurent : la réélection du même par les mêmes donc ça ne sert pas à grand chose. ça continue comme ça» lâche un clown vert et triste.
«Bonjour, votez pour moi ! Je fais plein de promesses et je ne les tiens pas. Donc je suis comme les autres. Tu peux voter pour moi. Moi je suis honnête. Je peux te promettre tout ce que tu veux comme les autres depuis six générations :  tu seras heureux et tu auras de moins en moins d’argent» lance un clown gai habillé de noir, nez rouge vissé au milieu de la figure.
Un syndicaliste qui voit s’étioler le service public de la Poste jour après jour dénonce «une jolie mascarade entre les usurpateurs des fonds publics et les défections malgré les promesses.  ça annonce un bel avenir. On a l’impression que même si on vise un cheval pas trop mauvais, on est sur un terrain défoncé, ça ne servira à rien. Autant ne pas s’engager sur ce terrain-là et se préparer son propre terrain».
Le mode d’élection n’est-il plus représentatif ?
Une maman clown déguisée en américaine constate : «Il faudrait bien un jour qu’on prenne en compte les votes blancs et l’abstention. François Hollande a été élu avec 15% des Français en âge de voter». Le costume US est là pour rappeler que la démagogie et le populisme ont mis Donald Trump à la tête du pays le plus puissant de la planète !
Et chez nous le scénario du pire est-il possible ? Ils sont nombreux à le penser dans ce carnaval...
«La 5ème République est à l’agonie, un certain nombre de candidats aussi. Je viens là achever la 5ème République mais pas la République» précise un militant des droits de l’homme.
Et comme dans tout vrai carnaval de 1er avril,   poissons et   slogans  ont fait flores dans ce cortège bon enfant : «Pouvoir s’abstenir du pouvoir» ; «Soyons ingouvernables» ; «Dans le doute abstiens- toi» ; «Ni dieux ni président»; «Piratons 2017»...
L’an passé, Nuit Debout prophétisait que 2017 n’aurait pas lieu.
L’élu communiste Dominique Grador, de passage sur la place Bertaud, n’est pas loin  de le confirmer : «Je pense que bien des gens ont de bonnes raisons de considérer cette élection comme une vaste fumisterie.  Finalement,  ceux qui ont été désignés par les primaires sont quasiment déjugés par la campagne électorale. Celui qui a été désigné par la droite et qui aurait du être élu, puisque le mécontentement devait lui assurer une élection facile, il est défait justement par les affaires. On voit bien qu’il est complètement hors sol. La présidentielle pose  un problème de démocratie. Une personne se fait élire pour dire qu’elle a à elle seule tous les pouvoirs, et une fois élue, qu’elle est impuissante à changer les choses. C’est une perversion totale. Mais de là à dire qu’il n’y a pas un enjeu à voter. Pour moi qui soutient Mélenchon, non je ne suis pas d’accord».
Le 23 avril arrive bientôt ou bien trop tard !

Serge Hulpusch

Nike Roshe Two Release Date

Commentaires

moi j'y étais tout vêtu de <a href="http://www.sav-pem.eu/">pièces détachées d'électroménager</a> car c'est un peu ça la politique on nous balance comme programme ce qui ne marche pas, ce qui va à notre encontre et on nous impose des 49.3 au nom de la démocratie la blague