Fil info
18:54Châteauroux : «Qu’on nous redonne des bras !» -> https://t.co/lAulfkh4fd
18:52Indre : 128 bébés décédés à la Martinerie retrouvent un nom -> https://t.co/QlDqPdl95C
17:19 y sera sur le stand arvmc : Les américains à chateauroux 1951-1967 de Mascle https://t.co/WM7iND8iBY

Ils ne veulent pas que l’on touche au ciel de Gimel

Parc Eolien

Samedi 2 septembre, l’association «Défense et Respect du pays de Gimel» organisait sa première réunion publique dans la salle municipale de Gimel-les-Cascades.
Une rencontre studieuse et chaleureuse, au cours de laquelle les orateurs, autour de la présidente Manuella Chevrel, ont développé le point de vue de l’association DRPG sur le projet de la société RES (Renewable Energy Systems) qui prétend implanter trois aérogénérateurs géants de 180 mètres de haut (l’équivalent d’un immeuble de 55 étages) au sommet du Puy de l’Aiguille sur la commune de Saint-Priest-de-Gimel, un site bien connu des promeneurs.
Gigantisme, rupture d’échelle, atteinte à la mémoire des lieux, nuisances à la faune et aux rapaces repérés dans la vallée de la Montane, impact sur l’attractivité touristique du site de Gimel (classé en 1912 grâce à Gaston Vuillier), dépréciation immobilière déjà repérée au voisinage du projet, proximité de plusieurs sites classés… «Tous ces reproches ont été repris, et les oreilles du groupe international anglais qui pousse à ce projet discutable ont du siffler», note l’association.
Les organisateurs ont tenu à réaffirmer avec force qu’ils n’étaient pas hostiles aux énergies renouvelables, mais «seulement opposés à un projet déplacé à cet endroit-là». Pour eux, la transition énergétique, inévitable, ne doit pas mener à un «n’importe quoi, n’importe où».
Le projet, «élaboré sans dialogue effectif» avec les riverains, est rejeté par de nombreux habitants comme en témoigne le succès des deux pétitions (Internet, puis «papier») lancées par DRPG. En deux mois, 570 signatures ont été réunies et la dynamique semble enclenchée… Une dizaine de nouvelles adhésions ont été engrangées, pour cette association née le 8 juillet dernier et qui semble bien se porter. La réunion aura aussi été l’occasion pour DRPG de rendre publique une brochure intitulé «Un désastre paysager pour le pays de Gimel», travail fouillé et documenté qui répond point par point aux «éléments de langage» développés par RES pour justifier sa volonté de «créer un nouveau paysage» à Gimel.
Ce dont les habitants du lieu, premiers concernés, ne veulent pas.  Aucun représentant de RES ne s’est manifesté à la réunion.

La pétition de l'association est accessible ici : https://www.mesopinions.com/petition/nature-environnement/touchez-ciel-g...


L'association
Défense et Respect du Pays de Gimel (DRPG) est une association fondée le 8 juillet 2017. Elle a pour but, la défense de la nature, de l’environnement et des paysages dans la commune de
Gimel-les-Cascades. Son objet est d’informer, de mobiliser, d'agir contre tout projet d’installation d’éoliennes industrielles à proximité du site classé de Gimel et du site Natura 2000 de la vallée de la Montane. Elle souhaite sauvegarder l’attractivité touristique, la faune, les eaux, la flore, les chemins, les monuments historiques, les panoramas pittoresques, les points de vue remarquables existants dans la commune et la tranquillité des habitants. Le montant de l’adhésion est fixé à 10 euros.

Pour contacter DRPG, écrire à : lecridegimel@gmail.com.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.