Fil info
18:31RT : de grâce donnez nous le numéro SIRET de La Souterraine Industrie » cette société n’est pas inscrite au registre de commerce !

Branceilles, cité des Korrigans

Festival Aïcontis

Après Lagleygeolle il y a deux ans, le festival du Fantastique et de l’Imaginaire fait étape à Branceilles les 7 et 8 octobre prochains, pour une septième édition consacrée aux korrigans et farfadets. Concerts, spectacles de rue, salon du livre, balade contée et étranges créatures vont investir ce joli bourg du Midi Corrézien.

La cité du Mille & Une Pierres va changer de visage le temps d’un week-end et se laisser aller à un peu de «fantasy». Farfadets, Korrigans, lutins et autres créatures légendaires vont investir les ruelles et places du village samedi et dimanche prochains.
Après les sorcières, les fées, les mages, les dragons et les elfes, ce sont les petits nains facétieux d’origine bretonne qui auront la vedette. D’ailleurs les korrigans  vivent-ils uniquement en Bretagne ? «C’est la légende qui le dit. Or on sait qu’ils habitent sous les dolmens et ici il y en a pleins !», affirme Luc Vaillant, troubadour. «Nous avons les preuves matérielles de l’ancrage des Korrigans en Occitanie», ajoute le musicien qui avec Florian Grivot, de la troupe des Humeurs Cérébrales, va proposer une création musicale spéciale pour le festival. Un spectacle à voir dans l’église tout le week-end. «Les Korrigans sont plutôt gentils mais leur logique est différente de la nôtre. Il y a certaines choses à faire pour se protéger de leurs mauvais côtés». Ce Biniouman Band donnera à entendre des airs bretons, irlandais, occitans également en début de soirée pour animer le repas et faire danser les convives.
S’il y a une institution qui connaît bien ces lutins têtus et farceurs, c’est la Guilde des conteurs  Brocéliande ! Elle sera présente au festival pour la première fois. La troupe mènera les curieux par les chemins de Branceilles et à travers les vignes à la recherche des korrigans. En plus de ces balades merveilleuses, elle partagera quelques contes avec les petits et les grands.
L’ambiance féérique sera partout dans la rue, à travers les décors mais aussi des spectacles. Ceux de la Compagnie Lilou et du Cirque pouce auront de quoi séduire et faire rire le jeune public. Les visiteurs devront garder les yeux bien ouverts car au détour d’une maison ou d’un stand, ils risquent fort de tomber nez à nez avec des lutins malicieux, à moins que ce ne soit des chimères... moins sympathiques !
La fête se poursuit jusqu’à tard dans la nuit car les korrigans ne sont jamais fatigués. Samedi, à côté de l’église à 21h, la Guilde des Conteurs de Brocéliande racontera la légende de la Mort chez les Bretons armoricains accompagnée d’une harpe celtique.  Un peu plus tard et pour terminer la première journée en beauté, la Cie Zoolians proposera un spectacle de jonglerie enflammée.

Littérature et fantasy

Le salon du livre, le coeur du festival, est de retour avec une nouveauté, sa scission en deux parties. «Les auteurs et les illustrateurs seront installés dans la salle des fêtes, les éditeurs, eux, seront en mairie», indique Christophe Chirol, président d’Aïcontis.
De nombreux ouvrages, pour tous les goûts, les publics et les bourses, seront sur les stands, disponibles à la vente. Autour de ce pôle littéraire s’articuleront des rendez-vous conviviaux sous forme de petits déjeuners à 10h, ou de forums. «Le petit déjeuner de samedi sera animé par l’illustrateur Pascal Moguérou et Claudine Glot, la présidente du centre arthurien de Brocéliande. La discussion portera sur les Korrigans». Dimanche, Pierre Dubois, «le maître du Fantasy en France», parlera des «petits peuples des légendes» avec l’illustrateur Brucero. Les forums quant à eux seront tenus par le collectif Elbakin.net. Ils auront lieu en matinée et en soirée. Marché fantastique, jeux, expositions de travaux réalisés par les enfants de l’école et du centre de loisirs, des peintures de Marie Bazin, démonstration de forge, dragon crachant du feu, séances de maquillage rythmeront la fête.
Le public trouvera de quoi se restaurer, sur le pouce ou autour d’une table. Il est également invité à se costumer.

Infos pratiques
Un repas gastronomique est proposé samedi soir à partir de 19h avec un boeuf braisé à la cervoise et un autre dimanche midi avec entrecôte marchand de vin. Tous les deux à 15 euros.Réservations au 06 16 64 65 95.
Entrée du festival libre et gratuite. Le programme en détail et infos sur www.aicontis.eu. ou au 06 29 83 31 05.


«On se remet en question pour chaque édition»

C’est en 2004 que des passionnés de fantasy, membres de l’Office de Tourisme du Pays de Collonges, ont eu l’idée de créer un festival du fantastique et de l’imaginaire.
L’objectif était «de mettre en place un événement hors saison sur un thème originale», résume Christophe Chirol, président d’Aïcontis. La première édition a eu lieu en 2005 sur Collonges-la-Rouge et Meyssac sur le thème des sorcières. Le succès d’Aïcontis (J’ai conté en occitan) se confirme rapidement. En 2008, la commission en charge du festival doit voler de ses propres ailes. Elle crée avec le soutien de la communauté de communes, l’association Aïcontis. Tous les deux ans, la manifestation culturelle doit changer de thème et de village. Une itinérance qui permet de valoriser les charmes du Midi Corrézien en dehors de Collonges. «A chaque fois, les bourgs sont entièrement fermés à la circulation et totalement investis. C’est un défi perpétuel, on se remet en question pour chaque édition. On le vit comme un challenge».
Une vingtaine de bénévoles actifs sont à pied d’oeuvre depuis un an et demi pour que l’édition 2017 soit une réussite. Il seront ensuite plus de 200 pour assurer la bonne marche de la manifestation*. Car celle-ci ne fait que gagner en notoriété par la qualité des intervenants, les auteurs sont tous reconnus dans le milieu du fantasy, et des spectacles. L’ambiance joyeuse, bon enfant et intergénérationnelle y est aussi pour quelque chose. «Le village est entièrement transformé, mis en scène. Tout le monde participe : école, accueil de loisirs, associations».
La cave de Branceilles sera aussi de la partie puisqu’elle accueille les oeuvres de Marie Bazin et prépare une cuvée spéciale des Mille et Une Pierres ! En 2015, le festival avait attiré entre 10.000 et 12.000 visiteurs sur les deux jours.

(*) L’association recherche des bénévoles. Avis aux amateurs : 06 29 83 31 05.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.