Fil info
21:44Corrèze : Plus de 2.000 gilets jaunes expriment leur ras le bol -> https://t.co/HysZpjfPQQ
19:38RT : Dordogne : Une marée de gilets jaunes sur la Dordogne -> https://t.co/tUSBvfYYLI
18:52Dordogne : Une marée de gilets jaunes sur la Dordogne -> https://t.co/tUSBvfYYLI
18:16Pour des raisons de sécurité, les gilets jaunes ont décidé l'interruption de la mobilisation pour la nuit sur Guére… https://t.co/YQ0CIqR5mS
15:55Quand tu arrives à la soirée et que tu n'as pas été très attentif au indiqué sur le carton d'invitation.… https://t.co/MwWTY0K7Rn
14:49A La Croisière, les gilets jaunes se sont positionnés côté Haute-Vienne et côté Creuse occasionnant des bouchons ju… https://t.co/JLiHNklhDn
14:3017 novembre 2017 : "Concentré de colère" / L'Echo https://t.co/viSNBqz2a2
13:06RT : Nouvel incident a . Une femme a été renversée par un automobiliste qui a voulu forcer le barrage au rond-… https://t.co/JPyW1g73zL
13:05RT : rond point de Souilhac bloqué avec barrage filtrant. Sono et casse croûte pour les https://t.co/xOBqquPYSJ
12:31Manifestation des gilets jaunes : d'après la préfecture une quinzaine de barrages filtrants sont toujours actifs po… https://t.co/MlaXUSBfih
12:20Les colonnes de évoquent la position du de l’ https://t.co/kIGBDMaIDs
10:24 Bjr, avez-vous quelqu’un de chez vous à Thiviers? Avez-vous une adresse email que les personnes sur p… https://t.co/ooFFbJeel4
10:20RT : les véhicules passent sur le rond-point des Balladours toutes les 30 min. "On est pas là pou… https://t.co/mlEPqHekqZ
10:20RT : il s agit en fait d un barrage filtrant au rond point des balladours. Agriculteurs, commerça… https://t.co/A0aJtBva68
10:20RT : rond point des balladours complètement bloqué https://t.co/tgGvLo3OQe
10:11Mobilisation des gilets jaunes ce matin : La goutte d'essence qui a fait déborder le vase. https://t.co/YmmQ5s9NjL
10:06 Plus grand que le stade Amedee Domenech à Brive où joue le CAB ... créer un stade… https://t.co/8zaQfKOXS1
08:36Rdv samedi 24/11, pour un moment d’échange et de partage avec , autour d’un footing Ouve… https://t.co/Z4wkQbfKWp

L’alimentation bio se développe... son prix aussi !

Consommation

L’UFC Que Choisir a mené une enquête sur l’alimentation bio. Le constat est sans appel : malgré un secteur en fort développement depuis des années, les prix ne baissent pas, pire ils sont à la hausse.

Avec une croissance à deux chiffres depuis des années le secteur du bio affiche une santé éclatante. Les rayons s'étoffent dans les enseignes de la grande distribution et les magasins spécialisés fleurissent ici et là. Selon un sondage de l’UFC Que Choisir, en 2003 37% des français disaient consommer du bio au moins une fois par mois. Ils sont aujourd’hui 67%. Si les comportements alimentaires et de consommation évoluent, quant est-il des prix ? C’est la question que s’est posée l’UFC que Choisir en réalisant une enquête nationale, déclinée au niveau départemental. Si la logique voudrait que le développement du bio fasse infléchir les prix, cette enquête démontre qu’il en est rien. Le panier bio demeure en moyenne 70% plus cher que son petit copain dit «conventionnel» en grande surface. Ainsi, le prix moyen du panier non bio est de 74e tandis que le même en version bio monte à 126e. En magasin spécialisé son prix atteint même les 161e. «En Corrèze, nous sommes autour des mêmes prix : 150e au Biocoop de Malemort, 169e au Vitalform de Brive et 173e au Biomonde d’Ussel» indique Maurice Marre, responsable départemental de l’association de défense des consommateurs. «Les fruits et légumes sont ceux qui ont pris le plus gros coup de barre en grande surface. Le surcoût est exorbitant entre le bio et le conventionnel. Le panier à 15 euros en conventionnel passe à 40e en bio où il est à 30e en magasin spécialisé» poursuit-il. Passe encore la différence de prix entre les produits même si le passage du simple au triple à de quoi peser sur l’estomac. Pire, l’enquête révèle surtout que si les prix ne baissent pas ils ont tendance à grimper. «En 2009, la même enquête faisait état d’un écart de prix de 57% sur le panier. On constate donc que si le bio se développe l’écart de prix entre le bio et le conventionnel aussi» note Maurice Marre. Représentant 45% des parts de marché du secteur bio (37% pour les magasins spécialisés, 13% pour la vente directe, 5% pour artisans et commerçants), les grandes surfaces font donc leurs choux gras des évolutions de nos comportements alimentaires. Sauf qu’à ce rythme le «manger mieux» ne saurait être à la portée de toutes les bourses.

Mathieu Andreau