Fil info
18:50Indre : Changer le regard sur Alzheimer pour mieux comprendre -> https://t.co/beuifJVFP1
18:49Châteauroux : [intégral] Adam et Eve entrent en scène -> https://t.co/B5pzdszS5h
18:33Périgueux : La cérémonie des pauvres -> https://t.co/NUQzzRvMDQ
18:311er match du les en grève sont présents pour les soutenir ! https://t.co/gJJ48CCFrq
18:31Périgueux : La suppression du Tode sera-t-elle la fin des saisonniers ? -> https://t.co/zN4kWBFT0Q
18:28Périgueux : Une association, pas une entreprise -> https://t.co/y9lpcQ63nn
18:25Périgueux : La santé, les impôts, les énergies renouvelables -> https://t.co/hYpZRJJd69
17:48Conseil municipal de Guéret : la vidéosurveillance un premier débat avant d'autres https://t.co/wqZxsvgOnE https://t.co/wqZxsvgOnE
16:50Bergerac : Les ordures au menu du conseil d’agglo de rentrée -> https://t.co/Tf4tQjepMZ
16:45Soulac-sur-mer : le désamiantage du Signal va pouvoir commencer - France 3 Nouvelle-Aquitaine https://t.co/l7KcQqjZPn
16:31RT : Parking payant à Hospital de , ce nouveau recul de l’accès aux soins pour tous est inacceptable.https://t.co/10plAr9IBr
16:25Le Pont-Chrétien-Chabenet : Être Pontcabanois rassemble 90 convives -> https://t.co/oZQnZ4C2cI
16:21 Si à vous découvrez cette taxe cela fait longtem… https://t.co/mVTNsIBN8q
16:10 Partenariat public-privé,ils disent.
16:00RT : Parking payant à Hospital de , ce nouveau recul de l’accès aux soins pour tous est inacceptable.https://t.co/10plAr9IBr
15:26Périgueux : Un nouvel écrin pour la Vélorution -> https://t.co/4FNeOX5VBg
15:23Marsac-sur-l'Isle : Le cirque Falck pose sa piste aux étoiles au parc des expos -> https://t.co/t09m7UI5qs
12:56RT : L’Histoire retiendra qu’un continent de 500 millions d’habitants a regardé ses pieds lorsque 58 naufragés frappèren… https://t.co/abxWhFhYop
12:55RT : L' est le dernier bateau à secourir les migrant.e.s naufragé.e.s en Méditerranée. Et on veut l'en empêcher… https://t.co/dKpRGX6ur3
10:40RT : Région : Steva (Bessines): un sursis de six mois -> https://t.co/62pluIWoEb
10:35Région : Steva (Bessines): un sursis de six mois -> https://t.co/62pluIWoEb

La radio Bram FM fête ses dix ans

Médias

Bram FM fête son dixième anniversaire cette année. Pour célébrer l’événement, la radio du pays de Tulle organise différents rendez-vous dont deux en mars et souhaite étendre sa notoriété. Elle lance un appel aux dons pour financer le nouveau dispositif installé sur le toit de la cité administrative, lui permettant d’émettre sur les ondes... sans panne !

Les difficultés techniques pour émettre en direct ne devraient plus être qu’un mauvais souvenir... La semaine dernière une nouvelle panne du réseau ADSL a empêché Bram FM d’être sur les ondes. Cet automne, le problème avait duré six semaines. Mais hier, les programmes ont retrouvé leur cours habituel sur le 98.3 grâce à un nouveau dispositif installé sur le toit de la cité administrative à Tulle. Il permet de capter le faisceau hertzien de la radio et de le renvoyer sur l’antenne relais du Puy Pinçon. «Nous avons le contrôle total du signal depuis le studio, ce qui n’était pas le cas avant», souligne Mickaël Bucquet. Le jeune animateur est rassuré par «la sécurisation du système».

Ce changement d’antenne intervient l’année du dixième anniversaire de la radio associative du pays de Tulle qui compte bien célébrer l’événement avec les auditeurs. Deux rendez-vous sont déjà programmés en mars. Le samedi 10 une émission aura lieu en direct depuis le petit forum du théâtre des 7 Collines. «On reviendra sur l’histoire de la radio, on ouvrira les archives et on prévoit quelques surprises», révèle Mickaël. Le jeudi 15 mars, Bram se déplacera à la salle Des Lendemains qui Chantent pour animer l’apéro-concert hebdomadaire. Des artistes qui ont un lien avec la station seront invités à jouer en live. Le direct sera ponctué de jeux musicaux.

Plus de visibilité

Au cours de l’année 2018, la radio va multiplier les projets afin de «gagner en notoriété». «On veut essayer d’être plus visibles et, pourquoi pas, promener notre plateau dans différentes communes du pays de Tulle pour des émissions en direct», indique Fabrice Brosse, chargé du traitement du son. La playlist musicale devrait être rafraîchie tout en restant exigeante, et mettre en avant des groupes régionaux. La présence de la radio sur les réseaux sociaux sera renforcée et enrichie de photos et de reportages à écouter en replay. En septembre, de nouvelles emissions sont apparues sur la grille des programmes comme la Team Gracien où l'on parle Football ou Le Labo des savoirs où il est question de science.

Bram FM peut compter sur une dizaine de bénévoles et le travail «en collectif» de trois salariés. Mickaël Bucquet, prend l’antenne tous les soirs à 17h pour un tea time après avoir assuré les matinales pendant deux ans. Fabrice Brosse, en plus de la technique, anime l’émission musicale «Bordée d’zik». Tous les deux chapeautent la grille des programmes. Stevelan Chaizy, journaliste en formation en alternance à l’ESJ* de Montpellier, s’occupe de l’information locale et présente les journaux. Philippe d’Hauteville, salarié de Radio Grand Brive, est le directeur d’antenne.

« Il a fallu tout construire »

Comme RGB (ex Canal Bleu), Bram FM fait partie du Groupement des Radios Associatives du Limousin, le GRAL. C’est lui qui est à l’origine de la naissance de la radio en 2008. «En 2007, il a profité de l’ouverture de fréquences à Limoges, Guéret et Tulle pour créer Emergence FM, Pays de Guéret et Bram FM», se souvient Anne Mignard, directrice d’antenne de 2007 à 2010. «Denis Lespiaut, président du GRAL a été l’initiateur de Bram FM». Une fois le nom de la radio et son slogan* décidés puis un local trouvé sur le quai Gabriel Péri, il a fallu tout construire. «Installer le matériel informatique, la console, établir la ligne éditoriale, les chroniques et leur contenu, recruter des bénévoles, assurer les journaux, choisir la couleur musicale...», détaille Anne Mignard. « Je me revois en train d'installer les câbles dans le studio. A ce moment-là on apprenait tout en faisant, c'était passionnant . Concernant la musique, on a décidé de diffuser des titres que l’on n’entendait pas en pays de Tulle, de miser sur l’éclectisme et de cibler un public jeune (25/35 ans). Ça allait du hip hop à la chanson française en passant par le Trad'».

Le soutien des collectivités et du tissu associatif tulliste ont été indispensables. «Sans cela, rien n’aurait pu se faire. Les encouragements de la presse locale ont été très importants », ajoute celle qui garde en mémoire la couverture des élections cantonales de 2008. « Un journaliste à temps plein, Guillaume Demichel, effectuait les reportages sur le bassin de Brive, Tulle et le Pays d'Egletons. On avait fait des emissions spéciales pendant la campagne. Elles duraient une heure avec des interview des candidats et des commentaires de journalistes de la presse écrite ». La jeune femme n'oubliera pas non plus l'échange avec Jacques Chirac lors d'une commémoration du Drame de Tulle, ni « les vingt minutes d'entretien en tête à tête avec François Hollande, dans son bureau ».

Karène Bellina

 

(*) «C’est frais, c’est vous» est le premier slogan. Il est remplacé ensuite par l’actuel «Infos d’ici, musiques d’ailleurs».
ESJ : Ecole Supérieure de Jounalisme.


« Bram et Tulle garderont toujours une place unique dans mon coeur »

Fanny Noaro est journaliste pour TV 5 Monde à Ouagadougou au Burkina-Faso. En contrat en alternance à Bram entre juillet 2011 et mai 2013, elle se souvient « des joies, des galères, du stress, des coupures d'antenne, des matinales, des soirées tardives, des bénévoles... »

« Pour moi cette radio est un tremplin (elle l'a été pour beaucoup d'entre nous), tu y fais tes armes et tu en ressors JTT "journaliste tout-terrain". Grâce à Bram, j'ai appris à être multi-tâches : tu t'occupes du journal, des bénévoles, de la programmation musicale, du relationnel avec les auditeurs. Bref tu touches à tout. C'est une super expérience. Épuisante mais enrichissante. Les difficultés viennent du manque de moyens : il faut tout faire seule et ça c'est dur. Car les moindres vacances, les moindres congés demandent de la gymnastique pour s'en sortir !  Le plus décourageant était les coupures d'émetteur. Ça ça me foutait en rogne de travailler pour rien. Le plus beau souvenir fut sans nul doute l'élection de François Hollande, une nuit marathon quand tu es seule à travailler. Il a fallu courir partout pour recueillir des réactions. Je me souviens par exemple d'interviewer Michel Paillassou [décédé en 2014 NDLR] alors qu'il était minuit passé ! Une fois toutes ces interviews faites, il a fallu les monter pour la matinale. Je me suis couchée vers 3h. Et devinez qui était à la présentation de la matinale ? Moi-même ! 3h plus tard je revenais à la radio pour présenter les journaux. C'était une soirée exceptionnelle. Je n'avais jamais vu Tulle avec autant de monde. C'était beau ». 

«Suivre le déroulement de la campagne électorale a été une expérience inouïe pour une journaliste en formation comme moi. Il fallait batailler avec les journalistes nationaux pour être intégrée dans les "pools", dans les "OFF". Je m'étais mis comme défi de faire apparaitre mon micro (avec le logo rose) sur toutes les télés et les photos ! Vous imaginez le coup de pub gratuit pour BRAM ?!! Même ma mère m'appelait pour me dire qu'elle "avait vu ma main tenant le micro" sur telle ou telle télé !»

«J'espère que la radio pourra vivre encore de longues années car elle est au service des citoyens. Il faut que les gens viennent y faire des émissions, c'est important. Bram et Tulle garderont toujours une place unique dans mon coeur».

 


Appel aux dons
Afin de pallier aux frais concernant la nouvelle installation sur le toit de la cité administrative et d’organiser des manifestations autour de l’anniversaire, la radio lance un appel aux dons. Ces derniers seront déductibles en partie des impôts. Pour participer, il suffit de se rendre sur le site www.bramfm.com.
De plus, Bram est toujours en quête de bénévoles. Les bonnes volontés peuvent s’adresser au siège au 25 quai Gabriel Péri ou au 05 55 26 57 56 ou encore sur la page Facebook.
Les programmes sont à écouter sur le 98.3.


Légendes Photos. 1. Dans le studio de la radio locale : Fabrice Brosse, Mickäël Bucquet et Stevelan Chaizy.
2. Anne Mignard dans le studio.
3. Le 6 mai 2012, la nuée de journalistes suit François Hollande à la sortie du bureau de vote. Fanny Noaro est au-dessus de la mêlée, sur le balcon en train d'interviewer une riveraine.
4. Lors du départ de Céline Chastanet, directrice d'antenne, en juin 2017 avec Philippe d'Hauteville, Mickaël Bucquet et Thomas Bantchik.
5. Lisa Mélia en plein reportage au Puy Grand à Chamboulive lors du concours de fauchage, en 2015.
6. Pierre Vignaud, place Gambetta à Tulle, en janvier 2017, lit un texte au nom des journalistes corréziens en hommage à Charlie.

 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.