Fil info
00:21Corrèze : La sculpture s'installe en pleine nature jusqu'au 23 juillet | L'Echo https://t.co/gvkVOiQeFE via
23:38France : Les syndicats agricoles réunis par Macron -> https://t.co/L3fgBJztod
23:36International : Israël : la Knesset vote le racisme d’État -> https://t.co/IBnged6nWB
23:34Région : Une certaine vision du service public -> https://t.co/SBSJItKgUW
21:05Cyclisme : Geraint Thomas gagne au sprint à l'Alpe d'Huez -> https://t.co/IdsdrsVO8t
20:50Périgueux : Table rase sur les services publics | L'Echo https://t.co/lTpdUYjk5T via
20:39Corrèze : La sculpture s'installe en pleine nature jusqu'au 23 juillet -> https://t.co/1RYpAAYfyE
18:58Châteauroux : [intégral] L’alphabet façon Ghe2toBlaster -> https://t.co/fO7oDLMchp
18:55Périgueux : Table rase sur les services publics -> https://t.co/aqdzO3YvCY
18:54Indre : Les Familles Rurales manquent d’aides à domicile -> https://t.co/JXSqdlxTG1
18:51Ambrault : Demain soir, rendez-vous pour la 5e édition de Bluesberry -> https://t.co/zCK67Oecok
18:50Salagnac : Ils vont vadrouiller en attendant La Grande Vadrouille -> https://t.co/vsYGdKsbZo
18:19RT : Surprise! Le gvt espagnol lutte pour enlever les restes de Franco de son mausolée. Mais les moines qui gèrent ce li… https://t.co/657GDNJp2D
18:18RT : La comparution est chaque fois un peu moins immédiate... Après un malaise le jour de la première audience, le 11 ju… https://t.co/RHCLwhV9oj
18:11La comparution est chaque fois un peu moins immédiate... Après un malaise le jour de la première audience, le 11 ju… https://t.co/RHCLwhV9oj
17:37RT : Ce Macron qui a privatisé l'équipe de France à son seul profit, c est le même qui a baissé de 7… https://t.co/S2NrXG0GLk
17:37RT : Visite ce matin de la préfète de la . Nous lui demandons un RV avec pour lui demander ce qu'il… https://t.co/SoaqhMd30z
17:35RT : Affaire , les réitèrent leur demande d’une commission d’enquête sur les violences qui ont eu li… https://t.co/P0mXDaKayi
16:04Lubersac : Yannick Icebe a rencontré les jeunes rugbymen stagiaires -> https://t.co/unH00Vgu6q
14:51RT : 19/07 grille Châteauroux ST SEBASTIEN Limoges https://t.co/AkBdJFGs4C . Pour le Vendredi 20 juillet, s… https://t.co/hoQP9TL9MI
14:50RT : Région : Brive : La pression monte chez Anovo -> https://t.co/NB01gLnPzC
14:50RT : Visite ce matin de la préfète de la . Nous lui demandons un RV avec pour lui demander ce qu'il… https://t.co/SoaqhMd30z
12:38RT : Affaire . J’avais déposé une commission d’enquête sur les incidents du 1er mai refusé par la majorité ⁦… https://t.co/bFWqBdcrqm
12:37RT : Insupportable ! On apprend ce soir que le collaborateur d’ Alexandre Benalla déguise en policier s’e… https://t.co/9S2GJNLAYh
12:37RT : A Nice Estrosi coupe l'eau aux SDF, des commerçants se mobilisent et leurs viennent en aide ... Ici Mme Baerts phar… https://t.co/1s39tHS4Qh

Six classes fermées à la rentrée 2018

Education

La réunion du Conseil départemental de l’éducation nationale (CDEN) hier matin    à la préfecture de la Corrèze a rendu un verdict plutôt clément sur la configuration de la carte scolaire à la rentrée 2018. Des 24 fermetures initialement envisagées, six classes sont au final concernées.

La réunion du CDEN hier matin a  rendu une copie fortement remaniée où l’école rurale s’en sort renforcée. Au nouveau contour de la carte scolaire à la rentrée prochaine, chacun pourra voir le verre à moitié vide ou à moitié plein, que l’on soit parents d’élèves  à Meilhards dont la classe du RPI menacée a été maintenue in extremis ou à l’école de Baticoop à Tulle où une classe fermera bien à la rentrée contre l’avis d’élus locaux et de parents d’élèves.
De la première mouture des 24 classes qui devaient fermer leurs portes pour cause essentiellement de baisse des effectifs dans un territoire à forte dominante rurale, il ne reste plus que six classes qui passent à la trappe. Daniel Passat, IA-DASEN en Corrèze, insiste  néanmoins : «On n’aura aucune école avec une classe à plus de 23 élèves après fermeture». A Brive, les ouvertures correspondent globalement au dédoublement des classes de CP, mesure de la campagne présidentielle du candidat Macron et également mesure nouvelle, le dédoublement des classes de CE1.
Pour ce faire, l’IA-DASEN a mobilisé les moyens du dispositif «Plus de maîtres que de classes dans les écoles» en les concentrant sur le cycle 2 : CP et CE1. «Nous venons de vivre un CDEN de la responsabilité» se félicitait hier Pascal Coste, président du Conseil départemental et également co-président du CDEN, à propos de cet équilibre trouvé dans la répartition des moyens. Les relations avaient été plus que tendues entre l’élu et l’Etat au sujet de  cette carte scolaire.
Cette brouille fait partie du passé... Sur le fond du dossier, Pascal Coste voit dans cette carte une transition entre «la Convention ruralité et un Plan Ecoles corréziennes durable qui puisse s’étaler dans le temps 2018-2022». Le ministre de l’Education nationale s’engagerait alors sur cette période ! Les perspectives en terme de démographie scolaire seraient assez fines pour envisager ce plan aux dires de Pascal Coste. Il estime que la carte scolaire arrêtée pour 2018 intègre «cette dimension de faire mouvement». Jean-Jacques Dumas, président de l’association des maires de la Corrèze, a trouvé l’idée de ce Plan «excellente» au regard de l’évolution des effectifs. Daniel Passat a redit le cap qu’il s’était toujours fixé : celui «d’une école rurale, exigeante, bienveillante et performante».
Des derniers ajustements, il a répété qu’une carte scolaire se commençait au 15 septembre jusqu’à la rentrée suivante : «les choses bougent».
Concrètement, l’école élémentaire de Monceaux-sur-Dordogne sera soumise à un point sur les effectifs en juin et un autre en septembre. Idem recomptage pour les écoles de Lubersac et de Saint-Julien-le-Vendômois. A l’école de Meilhards en RPI, maintien de la classe à la rentrée prochaine en vue des effectifs suffisants. Bonne issue à l’école maternelle de Turgot où la hausse prévue des effectifs aboutit au maintien de la classe ainsi qu’à Mestes-Saint-Angel. Un rapprochement d’école devrait s’opérer entre les communes d’Auriac et de Rilhac-Xantrie, la classe d’Auriac intégrerait celle de Rilhac.
Pour finir, l’IA-DASEN conserve un demi-poste à l’école maternelle d’Argentat pour faciliter l’accueil des très jeunes enfants. Le RPI de Combressol-Davignac- Maussac devrait s’arrêter à la rentrée prochaine avec pour conséquences le maintien des classes à Maussac, Combressol et pour Davignac une possible fermeture de la classe (trois élèves seulement).
Bertrand Gaume, préfet de la Corrèze et co-président du CDEN,  résume l’état d’esprit retrouvé autour de la carte scolaire, «Il y avait 24 fermetures de classe avant le processus de discussion, de  concertation et de décision. Il n’y en a que six à la fin. C’est trois fois moins».


Les six fermetures de classe à la rentrée 2018 :

Brive, Ecole maternelle Marie-Curie (-1 classe)
Ecole élémentaire Henri-Gérard : (-1)
Malemort : Ecole élémentaire Jules-Ferry : (-1)
Saint-Priest-de-Gimel : (-1)
Tulle primaire Baticoop : (-1)
Ecole primaire Uzerche : (-1)
Les 8 ouvertures de classe :
Saint-Hilaire-Peyroux : +1
Brive : + 7 classes comme suit
Ecole Aubrac : +1
Ecole Jules-Vallès : +2 (REP+) ;
Ecole élémentaire Marie-Curie +2 (REP+)
Ecole primaire Jules-Romains : +2 (REP+)


La demande d’un moratoire

Les élus tullistes Bernard Combes et Dominique Grador réagissent aux annonces de la carte scolaire en ce qui concerne leur cité. «Le Conseil départemental de l’Education nationale vient de dévoiler la nouvelle carte scolaire pour la rentrée 2018. Grâce aux arguments que nous avons fait valoir avec les parents d'élèves et les équipes enseignantes auprès du Directeur Académique, il ressort que l’école maternelle Turgot ne subira pas de retrait de poste. C’est une juste décision pour ce site scolaire. Néanmoins, l’école Virevialle/ Baticoop reste concernée par une fermeture de classe. Les conséquences sont importantes : le regroupement d’une grande section maternelle et d'une classe de CP se révèle problématique compte tenu de l’accueil sur cette seule et même classe de quatre enfants en situation de handicap.
Aussi, nous demandons, conformément au souhait des parents d’élèves, à ce qu’un moratoire soit mis en place pendant un an, de sorte à différer une décision de fermeture, évitant ainsi d’être confronté aux problématiques de ce regroupement. Nous continuerons à défendre ce point de vue, jusqu’à la rentrée scolaire 2018/2019».

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.