Fil info
17:03parvis*
15:30 Sur le parivis de la collégiale Saint-Martin génuflexion gilets jaunes en mode happening artis… https://t.co/4YQiyGo8D7
14:36 en marge de l inauguration des aménagements du bourg des échangent avec le député LREM Christo… https://t.co/ccdwfR5u2b
14:33 une cinquantaine de gilets jaunes marchent sur le boulevard périphérique de Brive. Ils défilen… https://t.co/GKjv27lwU8

«On nous prend pour des billes !»

Manifestation des Motards en Colère contre le 80 km/h

Près d’un millier de manifestants ont répondu à l’appel de la Fédération française des motards en colère (FFMC) de la Corrèze pour dire non à la limitation à 80 km/h.
La colère des motards ne désenfle pas contre la limitation à 80km/h sur le réseau secondaire. Et la confirmation de la mise en œuvre du dispositif dès le 1er juillet annoncée mercredi dernier n’a rien fait pour apaiser leur courroux.
Samedi, près d’un millier de manifestants corréziens mais aussi des départements limitrophes (Lot, Dordogne, Haute-Vienne, Cantal, Creuse, Aveyron...) ont emboîté la roue à la FFMC entre Brive et Tulle pour exprimer leur mécontentement vis à vis d’une mesure qu’ils jugent totalement inefficace. «D’autres possibilités existent pour que le nombre de morts sur les routes diminue» peste Régis Bigot, président de la FFMC de la  Corrèze. Les modifications qui ont été faites sur les tronçons qui ont servi pour l’expérimentation de la mesure ont coûté huit millions. ça, le  gouvernement oublie de le dire. Si on ajoute à ça le coût des panneaux et la communication qui est faite sur les différents journaux, c’est 20 millions d’euros qui sont partis en fumée. S’ils veulent mettre de l’argent dans la sécurité routière, nous on sait où il faut le mettre. Pour les motards les effets de guillotine sont partout. On essaye de les faire enlever pour mettre des doubles rails mais c’est très compliqué. On a réussi à en mettre un seul  sur Brive» poursuit-il.  
Mais cette exaspération déjà très marquée chez les motards n’a pas manqué de redoubler lorsque le ministère de l’Ecologie a annoncé que cette mesure rapporterait 230 Me à l’Etat. «On ne parle plus de sécurité routière. Ils se foutent de nous parce que là c’est vraiment du grappillage pour  s’en mettre plein les fouilles. Aujourd’hui, ce n’est plus que ça» fulmine Régis Bigot.
L’irritation des motards a depuis contaminé des élus locaux. Le cortège tapageur n’a donc pas manqué de faire une halte devant la permanence de la députée de la deuxième circonscription avant de rejoindre la ville-préfecture. «Je suis aussi très en colère car cette mesure a été confirmée alors même que cette semaine, à l’Assemblée, le ministre nous a annoncé clairement qu’il y aurait un débat parlementaire. C’est un mensonge. On nous prend vraiment pour des billes. Ce débat on ne l’aura pas puisque tout est déjà décidé d’avance. C’est honteux surtout que cette mesure on ne sait pas sur quoi elle se base. Aucun rapport ne démontre son efficacité. Le gouvernement joue sur la corde sensible mais cet abaissement de 10 km/h ce n’est pas ça qui va faire diminuer le nombre d’accidens. Il n’y a pas de bon sens dans cette mesure alors même qu’Emmanuel Macron en avait promis» a déclaré Frédérique Meunier face aux motards.
Plus tôt, le président du Conseil départemental y était, lui aussi, allé de son allocution pour rappeler le vote unanime du Département  contre  l'abaissement systématique de la vitesse à 80 km/h et fustigé la décision unilatérale du gouvernement sur le sujet sans concertation avec les  gestionnaires des routes que sont les conseils départementaux. Pascal Coste déjà partisan d’une expérimentation pour garder une limitation à 90 km/h sur 1.000 km du réseau corrézien, leur a indiqué que le Premier ministre avait demandé «un inventaire très précis des zones qui mériteraient de rester à 90 km/h ». Toujours est-il que la colère n’est pas prête de retomber et un nouveau rassemblement est déjà prévu le 31 mars à Périgueux.

Mathieu Andreau

Images : Mathieu Andreau et Karène Bellina

 

Les Motards en colère manifestent à Tulle, 10 mars 2018

Commentaires

En Corrèze la nationale 89 est très accidentogène, car aucun terre plein central et des élus on oublié que un des leur a disparu je parle de Jean Claude Cassain en 2003 sur la 89, une salle à Cabanis porte son nom et une rue a Brive. Aucun pompier ni urgentiste, ni personne qui s'occupe des handicaps personne ne lutte pour laisser la vitesse à 90 km/h voyant la souffrance au quotidien ! Même la plus belle ligne droite qui incite a forcer et vous voyez une biche passer devant vous , heureusement sans gravité , mais alors il faudrait des grillages? le mieux prudence !