Fil info
18:50RT : Indre : Maternité : la commission d'appui n'a pas eu lieu ! -> https://t.co/4hXbbbn92f
18:49RT : Le 20/9/17 était arrêté à la préfecture de , il faisait son métier de en filmant… https://t.co/ze1YoNyWTG
18:49RT : A la préfecture de , en Creuse , l’an dernier à la même date, lors de l’occupation par les… https://t.co/sEDGkus9oh
18:49RT : Tulle : Sécheresse : Les restrictions maintenues -> https://t.co/Ozp4tkH15P
18:12Indre : Une nouvelle association pour les acharnés du jeu -> https://t.co/JaOpdOPM4A
18:07Indre : Maternité : la commission d'appui n'a pas eu lieu ! -> https://t.co/4hXbbbn92f
17:30Tulle : Sécheresse : Les restrictions maintenues -> https://t.co/Ozp4tkH15P
16:11Région : La transition énergétique divise -> https://t.co/NB8561KJHK
16:09# # - -Vienne : L’implication par le dessin -> https://t.co/3h3TQkKXse
15:51Marcillac-Saint-Quentin : Une rue en la mémoire de l’ancienne institutrice -> https://t.co/f3RjRnSEC7
15:47Carsac-Aillac : Les moulins entrent en scène -> https://t.co/Ukmp4T7eMS
15:43Mussidan : La déviation est en bonne voie -> https://t.co/Nwe5gD0Ymm
15:42Dordogne : Une journée pour s’informer sur le mal de dos le 25 septembre -> https://t.co/89CeYCmTrr
15:40Dordogne : Le Périgord s’exporte jusqu’en Australie -> https://t.co/W81TRX9Kj4
15:36Dordogne : La « petite histoire » n’en finit pas de grandir -> https://t.co/sp5jjVhcys
15:33Périgueux : Deux jours pour prendre véritablement soin de soi -> https://t.co/gMUzMdwADs
14:54Saint-Benoît-du-Sault : 130 minots ont repris le chemin du stade -> https://t.co/gGe8tWRHE9
14:52Le Blanc : à quand le retour des coquelicots dans les campagnes ? -> https://t.co/AhSI0EREpq
14:52Pouligny-Saint-Pierre : La commune s'enrichit d'une nouvelle association -> https://t.co/0itB3FKHi6
14:44 😍😍
14:44 Yess
14:43 c'est Martin ? 😱
14:07Périgueux : Des locaux sécurisés et adaptés -> https://t.co/lFf1ComIiO
12:39RT : le bel article de l' pour la Journée Internationale de la Paix https://t.co/Qgnd5U9f7k
12:37RT : Pour le coup, Céline a sans doute la meilleure formule pour parler de : « La merde a de l'avenir, vous ver… https://t.co/TAornnQb8U
12:33RT : Contrairement à ce que je lis et j'entends, non, le ne propose pas d'agir dans le cadre des traités européens… https://t.co/yVJtV5QwsL

Le loup sort du bois à la chambre

Elevage

Hier après-midi à Tulle se tenait une cession plénière de la Chambre d’agriculture de la Corrèze. Au fil des dossiers, la peur du loup s’est invitée !
Lors du traditionnel discours d’ouverture du président de la Chambre Tony Cornellissen, il aura fallu attendre le passage intitulé «les 7 sujets qui  fâchent» pour y mordre à pleines dents !

En présence du Préfet de la Corrèze Bertrand Gaume, le président Cornelissen a dit tout le mal qu’il pensait de la mise en place par la préfecture d’une cellule de veille sur le loup : «Nous, au contraire, allons mettre en place une cellule de veille anti-loup, chargée de mettre en œuvre tous les moyens possibles pour empêcher que le loup n’arrive en Corrèze» a t-il assuré.
Des traces de passage du loup ont été relevées sur les départements limitrophes du Cantal et du Puy-de-Dôme. Et tout laisse à croire que l’animal fera un jour de la Corrèze un lieu de villégiature. Enfin presque car toutes les sensibilités syndicales confondues JA, FDSEA, MODEF, Coordination rurale, Conf’paysanne... n’ont rien trouvé à redire à l’accueil chaleureux qui serait réservé au loup...
Il n’a été question que de fusil, de poison, de pièges lors des différentes interventions plus ou moins musclées des élus !
Tous les élus ont voté favorablement la proposition du président Cornelissen de la création d’une cellule anti-loup.
Jean-François Sauvage le président de la Fédération départementale des Chasseurs de la Corrèze avait indiqué à ce sujet : «A la vitesse où il avance dans notre pays, un jour ou l’autre, il sera là. Il faut s’y préparer. J’ai insisté auprès des chasseurs pour qu’ils restent vigilants. Il fait partie de la biodiversité comme les autres animaux même si je sais pertinemment que ça va vous poser des problèmes».
Le préfet de la Corrèze a essayé de couper la poire en deux en rappelant la loi qui fait du loup une espèce strictement protégée : «On pourrait faire la fusion des deux cellules. Autant en faire une seule, comme ça il y aura les anti, les pro et entre eux, le préfet fera ce qu’il a à faire. Il ne s’agit pas  d’être pour ou contre le loup.»
Mathieu Jimenez a dit au représentant de l’Etat qu’il y avait un choix à entériner : «Soit c’est l’élevage, soit c’est le loup. Si le loup a été éradiqué dans les  années 70, c’est parce que c’est pas compatible. La réalité elle est là. On n’est pas au pays basque mais ne vous inquiétez pas si il traîne vers la forêt, vous n’en entendrez pas parler, on a ce qu’il faut»...
Il a été abordé également le fait que les indemnisations liées au loup ne portent que sur les ovins et non sur les bovins. Le préfet a dit qu’il allait faire une demande dans le sens de cette prise en charge en Corrèze. Au cas où loup y es tu ?
Serge Hulpusch

Au fil des dossiers

Un coup de blues agricole
Michel Queuille le secrétaire générale de la FDSEA de la Corrèze a dit son coup de blues et son mécontentement sur la situation qui vivent les  exploitants : «Entre ce ce que perçoivent les agriculteurs de rémunération et ce que les aînés perçoivent de retraite, il y a quelque chose de grave que le Gouvernement n’a pas l’air de prendre au sérieux. Il y a urgence à rétablir un peu d’équité».
L’élu a rappelé que 40% des exploitants avaient un revenu inférieur à 350 euros. Alors «Pourquoi Monsieur le préfet avoir tout mis en œuvre pour éviter une augmentation de 10% des pensions de retraite agricole, geste attendu depuis des lustres».

Le flop des états généraux de l’alimentation
Ce sujet faisait aussi partie de ceux qui fâchent. Le président Cornelissen a dit sa déception sur ce dossier différé au mois de mai «alors que  l’évolution des relations contractuelles et le rééquilibrage des négociations commerciales sont attendus. Nous attendons le relèvement du seuil de revente à perte et l’encadrement des promotions. Nous demandons la mise en place d’indicateurs publics pour la fixation des prix et la clause de renonciation des contrats à partir des coûts de production. A quand la restitution de la valeur ajoutée pour nos producteurs ?»
Jérôme Pascarel, le président des JA de la Corrèze a lui souligné un dossier à mi-chemin : «Les textes qui seront examinés en mai prochain posent des bases pour la refonte de la construction des prix pour un meilleur revenu pour nos agriculteurs. Malgré tout, ce texte doit être renforcé dans  certains aspects. Nous comptons sur nos élus  parlementaires pour qu’ils jouent leur rôle».

Des comptes financiers 2017 sains et équilibrés
Des délibérations, il y avait celles relatives au compte de résultat Agrégé 2017 et du compte financier 2017.
Le résultat financier 2017 s’établit à 16Ke avec un taux de réalisation de 96% «très satisfaisant». Après un début de mandature dans le dur, les comptes se sont rétablis et permettent un travail de la chambre en phase avec ses priorités. Les recettes montent à 9.050Kepour des dépenses de l’ordre de 9.009Ke, soit un excédant de 16Ke. Le fonds de roulement est revenu à un niveau d’équilibre de 2.086Ke, soit l’équivalent de 83 jours d’autonomie financière.
La chambre consulaire emploie 83 agents après le transfert de 3 agents au service informatique de la chambre régionale.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.