Fil info
14:03À lire avec attention. c’est une idée à travail… https://t.co/r9JM3uYj62
13:46Boulazac : Matthieu Ricard et Alexandre Jollien à Boulazac -> https://t.co/QfJ02ReLsH
13:44Merci à pour cette mise en lumière des activités du ! Un club avec des enfants qui viven… https://t.co/ITA7UL2gpZ
10:07 Ds 1 VIDÉO, les descendants de agent de liaison de disent ce que l… https://t.co/8o39P6S0RN
09:53Trélissac : Le nom des rues donne du sens au quotidien -> https://t.co/XjFXwFpSJ2
07:58 Et, peu à peu, le s'est enflammé… Les premiers points du https://t.co/NfvwRDV6M7
07:50Boulazac : (VIDÉO) Boulazac reçoit… et cueille Monaco -> https://t.co/3WJaodJjdZ
23:35Trélissac : (VIDÉO) A 15 ans, Héléna est "inspirée" par la figure de Roger Ranoux, son grand-père -> https://t.co/JkFOSGhrXF
22:37Victoire à domicile des Panthères de Feu du face à sur le score de 31 à 23. Bravo ! En… https://t.co/amH0xhXydC
16:42RT : Il ne faut pas tout mélanger. On a essayé de nous entraîner sur la question de la grève et de la mobilisation. Ce n… https://t.co/BU5mLjKS99
16:37RT : La nouvelle saison du Hot Club commence par un retour aux sources du jazz avec l'orchestre "Mem’Ory" lundi… https://t.co/o6OUOkUN3N
16:35RT : Évidemment il est plus simple de dénoncer la galère des usagers que d'expliquer le pourquoi de l'application du dro… https://t.co/wytPkLcHTd
16:31RT : La réaction du de à démontre un durcissement de la réaction au mouvement… https://t.co/kMVzfWwLgQ
16:30RT : Édouard Philippe qui demande des “suites judiciaires” contre les grévistes de la SCNF.. quelle horreur ce gouvernem… https://t.co/uFgpB3LRET
16:29RT : . annonce des suites judiciaires contre les cheminots. La répression comme seul arme face à des chemino… https://t.co/H9jNtWeV9X
16:29 Qu'auraient-ils fait à la place du conducteur du train dans les Ardennes? Ils auraient trouvé la situa… https://t.co/jH2MqZrl5j
16:26RT : Ce gouvernement ne veut jamais rien négocier. Rien. Il enfume systématiquement sur « l’écoute », la « concertation … https://t.co/fte4awOJOw

Un millier de manifestants dans les rues de Brive pour la fonction publique

Manifestation

Un millier de personnes ont défilé dans les rues de Brive ce mardi matin pour défendre le service public, les agents et leur statut. Le cortège, formé sur la place Thiers, a emprunté les boulevards, le centre ville avant de gagner la gare et d’envahir les quais. L’appel de l’intersyndicale CGT, FO, Unsa, FSU, CFDT, Solidaires, CFTC et CFE-CGC a été entendu.

«Macron, démission ! Le cheminots, les hôpitaux, les retraités, en colère !», pouvait-on entendre dans le cortège entre les sifflets, la sono et les casseroles. La manifestation contre la privatisation des services publics a réuni un millier de personnes dans les rues de Brive hier matin, à l’appel de l’intersyndicale CGT, FO, Solidaires, CFDT, CFTC, CFE-CGC, FSU, Unsa. Une réussite au lendemain d’un long week-end et quelques jours avant la «Marée populaire». Les actifs, retraités, hospitaliers, territoriaux, agents des impôts, postiers, étudiants... ont fait entendre leur voix et leur ras le bol.
Dans le défilé, les agents des Centres d’Information et d’Orientation, étaient bien visibles, derrière une grande banderole. Ils sont venus avec leurs inquiétudes et une pétition contre la fermeture des CIO. Trois existent actuellement en Corrèze à Brive, Tulle et Ussel. «Le gouvernement a décidé de transférer les Dronisep* aux régions et dans la foulée, il a annoncé, il y a un peu plus d’un mois qu’il allait fermer les CIO. Depuis, on a entendu tout et son contraire», explique Nicole Curabet Verveche , psychologue de l’Education Nationale chargée de l’orientation au CIO de Brive. «Peut-être qu’il resterait un CIO par département mais où ? Les psychologues de l’éducation seraient alors dans les établissements scolaires, mais avec plus de secteurs, donc une moindre présence. La Région va avoir en charge l’information sur l’orientation dans les établissements. Quelle place aurons-nous là-dedans ? Pour faire de l’information au service de la Région alors que nous sommes des personnels de l’Etat ?», s’interroge-t-elle. Les agents des CIO veulent «de la proximité», ouvrir les jeunes sur tous les parcours possibles. «Nous sommes dans l’incertitude la plus totale, ne sachant pas si nous allons garder notre lieu de travail. Or, c’est important d’avoir un CIO car nous recevons des gens scolarisés dans le privé, des enfants déscolarises ou décrocheurs, des étrangers. Nous n’auront plus de lieu non plus pour l’échange, l’analyse», poursuit la psychologue.
Pascal, agent de la DirCo sur l’autoroute est lui aussi mobilisé «pour essayer de garder un service public de qualité. On est de moins en moins nombreux, les postes ne sont pas renouvelés. Je vis à 130 km/h toute la semaine avec des gens qui ne respectent pas toujours le code de la route. Depuis janvier 2017, 14 véhicules ont été percutés !», ajoute-t-il avant de déplorer le projet de mise en péage de l’A20. «Ca va alimenter les actionnaires. Cet argent ne sera certainement pas mis sur l’entretien. On ne sait pas trop comment va se dérouler notre avenir, ça se ressent au travail, il y a un mal-être».
Après le rassemblement sur la place Thiers, le cortège a marché sur les boulevards, traversé le centre ville et s’est dirigé vers la gare. Les manifestants ont ensuite envahi les quais et occupé les voies, interrompant le trafic jusqu’à midi. «On ne pouvait pas faire l’impasse sur la lutte des cheminots. Il était indispensable de les soutenir symboliquement», commente Thierry Rousseau, secrétaire de l’UL CGT de Brive. «Face à un gouvernement qui œuvre pour les riches et divise la population, il nous faut résister en menant des actions coups de poing pour montrer que l’on va continuer la lutte».  

Manif à l’hôpital d’Ussel

Ils étaient nombreux à s’être réunis ce mardi entre 13 heures et 15 heures devant le centre hospitalier pour dénoncer les conditions de travail et le service public dans son ensemble. «Au nom de la rentabilité, on assiste à une très forte dégradation des services de santé mettant en péril l’exercice même des missions, à la suppression d'emplois alors qu'ils sont déjà dans un état de sous effectif inquiétant et à une dégradation des conditions de travail»,
pouvait-on lire sur les tracts distribués par la CGT.
Pour Ussel, à proprement parler, les manifestants dénonçaient les rappels sur les repos ou congés annuels, des plannings non respectés, des conditions de travail qui se dégradent. Ils s’inquiètent qu’il n’y ait pas de stagiairisation cette année, ni de changement de grade. Réclamant pour Ussel des moyens humains et matériels ainsi que l’abandon de la position exclusivement financière de directeur, les manifestants revendiquaient également la fin du gel du point d'indice, l'abrogation du jour de carence, et des effectifs à la hauteur des besoins.

(*) Délégation régionale de l’Office national d'information sur les enseignements et les professions.

Karène Bellina


Une marée populaire samedi
Une cinquantaine de syndicats, associations, partis politiques appellent à réaliser une grande marée populaire ce samedi dans toute la France. La Corrèze n’échappe pas au mouvement et c’est ainsi qu’une grande soirée est organisée à Brive. Elle aura lieu place de la Guierle au théâtre de Verdure de 17 heures à 20h30. Une animation musicale et des prises de parole rythmeront ce rendez-vous festif et revendicatif dont l’objectif est d’envoyer un message au gouvernement, construire un rapport de force pour obtenir l’égalité, la justice sociale et la solidarité.
 

Nike Air VaporMax Plus Active Fuchsia 924453-603 Release Date

Manif de la fonction publique, 22 mai à Brive