Fil info
23:39Creuse : FNE 23 : nouvelle association qui préserve la nature creusoise, y compris des éoliennes | L'Echo… https://t.co/Qa3j5YQ9rF

Les AESH à la porte de l’école inclusive ?

Education

Pourtant indispensables à la réussite de la scolarisation des enfants porteurs de handicap, les AESH restent confrontés à la précarité, aux temps partiels et au manque de formation.

«L’accompagnement d’un enfant en situation de handicap est un très beau métier mais il y a un manque aigu de moyens pour le faire dans de bonnes conditions. Nous aussi nous avons besoin d’être accompagnés en pédagogie et ce tout au long de l’année». Accompagnante d’enfants en situation de handicap (AESH) depuis 5 ans, la revendication de Sylvie résonne comme un cri du cœur. Récemment médiatisé par un coup de gueule de François Ruffin à l’Assemblée nationale, le sort réservé aux AESH n’a rien d’enviable. Sous payée, peu reconnue et quasiment sans formation, cette catégorie de personnel est le parent pauvre de l’éducation nationale. Et le passage des contrats de droits privés à ceux de droits publics n’a pas vraiment arrangé leur situation. «A la rentrée de 2017 l’académie comptait 557 AESH en contrat de droits privés. En 2018 il n’y en avait pas plus que 285. Et si dans le même temps les contrats en droits publics est passé à 474.  D’un côté on a supprimé 272 contrats pour en créer une centaine. Le compte n’y est pas alors qu’il y a un besoin énorme» assène Stéphane Lajaumond, qui animait hier un stage en direction de ces personnels pour la FSU.

"De la précarité dans le long terme"

«C’est la catégorie la plus précaire de l’éducation nationale» ajoute-t-il. Dans la salle plus d’une trentaine de femmes qui exercent en Corrèze. Toutes contredisent la version de Jean-Michel Blanquer qui annonçait la revalorisation de ces emplois via l’abandon des emplois aidés vers un contrat. Toutes sont loin, très loin des 1.350 euros mensuels signalés par le ministre de l’éducation. «Le salaire annoncé correspond à un temps plein, ce qui est très rare. La majorité des salariés sont à mi-temps et gagnent tout juste 600 euros par mois» lâche l’une d’entre elles. «Même ceux ayant signé un CDI restent à temps partiel, c’est juste de la précarité dans le long terme» glisse Virginie.  
Une autre témoigne avoir dû accompagner deux enfants autistes en même temps et ce malgré la notification d’accompagnement individuelle émise par la MDPH «et mon salaire lui n’a pas été doublé !» peste-t-elle. Avec des salaires à peine au dessus du seuil de grande pauvreté, toutes dénoncent un manque flagrant de formation. «La formation se résume à 60 heures à raison d’un mercredi par mois de septembre à juin. Passé l’organigramme de l’Education nationale, on ne consacre que deux heures aux troubles autistiques. Ce n’est pas possible. On se retrouve ensuite propulsé avec des enfants avec lesquels on doit se débrouiller seules. A se demander si les enfants ne sont pas pris pour de simples numéros» insiste Aurore. Face à des enseignants pas plus formés sur les questions du handicap, les AESH n’ont d’autre recours que le système D pour parfaire leur accompagnement. «Les enseignantes spécialisées peuvent nous aiguiller mais elles sont débordées. Au final, l’école nous accueille mais je me sens souvent seule avec mes questionnements d’accompagnement» déclare Virginie.
Catherine, elle, a déjà 11 ans de métier et son salaire plafonne à 618 euros. «J’approche de la retraite et je ne vais même pas toucher le minimum vieillesse. Si aucun statut n’est créé, rien n’avancera» alerte-t-elle. C’est justement une des principales revendications de la FSU. «Il faut mettre en place un recrutement comme pour les profs sous une statut de fonctionnaire» plaide Stéphane Lajaumond.
Ce statut, toutes l’espèrent pour entrer de plain pied dans «l’école inclusive» promise en 2022 par Jean-Michel Blanquer. Toujours en quête de reconnaissance les AESH ne sont pas au bout de leur surprise puisque même leur ministère, dans une récente circulaire, s’évertue à parler encore d’AVS...

Mathieu Andreau

jordans for sale amazon